Pop-Rock.com



Duran Duran : "Liberty"
Strip-tease

jeudi 27 septembre 2007, par Clarisse de Saint-Ange

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Pulp : "Different class"
Alice In Chains : "Dirt"
Philippe Léotard : "A l’amour comme à la guerre (Chansons)"
Puressence : "Only forever"
The Smashing Pumpkins : "Mellon Collie and the infinite sadness"
Manic Street Preachers : "The Holy Bible"
Faith No More : "King for a day, fool for a lifetime"
dEUS : "The ideal crash"
Rage Against The Machine : "Rage Against The Machine"
My Bloody Valentine : "Loveless"


Intronisé comme le ratage absolu par la presse musicale à l’époque de sa sortie, Liberty a longtemps été le souffre-douleur de la discographie de Duran Duran, groupe qui a déjà longtemps porté le chapeau de la ringardise affichée des années 80. Pour les fans, il est le pire album des cinq garçons de Birmingham ; pour les autres, il n’est qu’une vaste blague, une sérieuse tranche de rigolade, une zone d’ombre dérisoire dans l’histoire d’un groupe qui a déjà du mal avec sa réputation. Retour sur une ambulance sur laquelle on a déjà beaucoup tiré.

Il faut le dire : les photos de groupe prises à la tristement célèbre Foire du Trône de la région parisienne n’ont peut-être rien arrangé non plus. Très différent, cet album intronise enfin Warren Cuccurullo comme un membre à part entière du groupe (alors qu’il accompagnait Simon Le Bon, Nick Rhodes et John Taylor depuis le départ du guitariste Andy Taylor), échappé de Missing Persons et ancien guitariste de Frank Zappa ; à cela s’ajoute également le batteur Sterling Campbell, qui allait ensuite devenir membre de Soul Asylum et musicien pour David Bowie. En d’autres termes, Duran Duran allait passer d’une formation funk, après Notorious et Big thing, à des inspirations plus rock. En vérité, Liberty est une sorte d’exercice assez proche des contributions musicales de Prince.

Assez pour l’introduction ! Liberty est très différent du reste de la discographie de Duran Duran, et va permettre à la formation anglaise d’évoluer vers le son de leur célèbre Wedding album. Liberty mélange à la fois des inspirations de pop très estivale (Violence of summer en est un témoin presque trop visible) à des envolées qui vont clairement s’inspirer d’un rock américain très proche de la Californie. En fait, les bons ouvrages ne manquent pas parmi les onze titres plutôt dynamiques et entraînants de cet album qui fait briller les trois lettres de la pop d’une façon presque trop criarde. Serious est à mon sens le meilleur morceau jamais écrit par le groupe, bien que très différent du reste de leur carrière. Il les emmène dans une pop/rock alternative, piste qu’ils auraient pu, à mon avis, explorer plus amplement. A ce véritable joyau s’ajoutent le nostalgique et sirupeux My antarctica (qu’on se surprend à détester au bout de plusieurs écoutes, pour ensuite y revenir honteusement) mais également le tonitruant Read my lips, véritable mélange de funk et de rock pour boîte à strip-tease.

C’est un double jeu de mots qui est à l’origine du titre de l’album et également du titre de la chanson éponyme : si Liberty peut signifier "liberté" en anglais, il possède également le sens de "libertin". En fait, Liberty est un album définitivement sexuel : les rythmiques sont clairement orientées dans ce sens, avec ce quelque chose d’à la fois langoureux et insistant, comme des avances intenses et appuyées, alors que ça et là, Cuccurullo pose ses guitares léchées et rageuses, comme prêtes à bondir sur la première proie venue. Et même Simon Le Bon se surprend à ronronner puis à rugir d’une façon assez déconcertante : du tourbillonnant Hothead au hard-rock (non, vous ne rêvez pas) de First impression, il est certain que cet album en déboussole plus d’un, non seulement parce qu’il ne cadre absolument pas avec l’image musicale que l’on se fait de Le Bon, Rhodes et de leur bande, mais également parce qu’il réussit à synthétiser tous les styles musicaux qui étaient en train de se rencontrer au tournant des années 80 et des années 90 : une sorte de rock un peu dance sur Can you deal with it ?, du rock répétitif et presque trop crasseux sur All along the water, et sur Read my lips, c’est un funk cochon qui se taille la part du lion.

Les deux derniers morceaux de l’album méritent une attention particulière : Venice drowning est atmosphérique et exprimental, presque progressif dans l’utilisation des synthés et même des guitares, et Downtown termine l’album dans une explosion de phéromones, avec une alchimie clairement sexuelle entre les instruments corrompus dans ce titre qui se pavane comme une obsession entre un funk obscène et une sorte de démonstration des talents de soliste de Cuccurullo, ajoutant une touche presque pornographique à ce morceau qui présente une véritable ode à la débauche. En fin de compte, même si on comprend que cet album n’ait plu ni aux fans, ni aux critiques musicaux de l’époque (et même d’aujourd’hui), il ne faut pas non plus oublier qu’en 1990, Duran Duran était à un tournant de sa carrière et cherchait à redéfinir son image et ses tonalités dans un paysage musical résolument changeant, tout en ayant abandonné son ancienne maison de disques. Cela fait quand même beaucoup de facteurs malheureux pour un seul disque qui, même s’il ne présente rien de résolument nouveau, présente une synthèse presque historique de son époque musicale, avec tout de même des morceaux bien ficelés, qui souffraient parfois d’une surproduction telle qu’ils en prenaient des allures de mauvais juke-box.



Répondre à cet article

Clarisse de Saint-Ange





Il y a 6 contribution(s) au forum.

dropshippingwatch
(1/4) 5 avril 2010, par Administrator
Duran Duran : "Liberty"
(2/4) 1er février 2010, par Joffrey Depierreux
Duran Duran : "Liberty"
(3/4) 24 avril 2008
Duran Duran : "Liberty"
(4/4) 26 novembre 2007, par sylvainc




dropshippingwatch

5 avril 2010, par Administrator [retour au début des forums]

Bvlgari B zero 1 with MOP Dial and Beige Strap-Lady Size
Bvlgari B zero 1 with MOP Dial and Pink Strap-Lady Size
Bvlgari B zero 1 Two Tone Case with MOP Dial and Beige Strap-Lady Size
Bvlgari B zero 1 Two Tone Case with MOP Dial and Brown Strap-Lady Size
Bvlgari B zero 1 Two Tone Case with Black Dial and Strap-Lady Size
Bvlgari B zero 1 Diamond Marking with White Dial
Bvlgari B zero 1 Diamond Marking with Black Dial
Bvlgari Assioma Chronograph Automatic with White Dial
Bvlgari Assioma Diamond Bezel with Pink Dial
Bvlgari Assioma Diamond Bezel with White Dial
Bvlgari Diagono Aluminium Chronograph Automatic with Black Fibre Dial
Bvlgari Diagono Aluminium Chronograph Automatic Rose Gold Case with Black Fibre Dial
Bvlgari Diagono Aluminium Working Chronograph with Black Dial
Bvlgari Assioma Working Chronograph Rose Gold Case with White Dial
Bvlgari Assioma Automatic with Black Dial
Bvlgari Assioma Working Chronograph Full Rose Gold with Champagne Dial
Bvlgari Assioma Rose Gold Casing with White Dial
Bvlgari Assioma Working Chronograph Two Tone with White Dial
Bvlgari Assioma Working Chronograph with Black Dial
Bvlgari Assioma Chronograph Automatic Gold Case with Black Dial
Bvlgari Assioma Automatic with White Dial Man Size
Bvlgari Diagono Aluminium Working Chronograph with Black Dial
Bvlgari Assioma Working Chronograph Rose Gold Case with White Dial-New Version
Bvlgari Assioma Chronograph Automatic Gold Case with White Dial
Bvlgari Assioma Petite Complication Flyback Function Working Automatic with Yellow Dial-Deployment Buckle
Bvlgari Assioma Petite Complication Flyback Function Working Automatic with Black Dial-Deployment Buckle
Bvlgari Aluminium Chronograph Automatic with White Dial
Bvlgari Assioma Working Chronograph with White Dial
Bvlgari Diagono Aluminium Working Chronograph Two Tone Case with White Dial
Bvlgari Bvlgari-Bvlgari Working Chronograph with White Dial
Bvlgari Assioma Working Chronograph with Black Dial

[Répondre à ce message]

Duran Duran : "Liberty"

1er février 2010, par Joffrey Depierreux [retour au début des forums]

Excellent album anti-conformiste.
Très belle plume de Clarisse de Saint-Ange aussi. Je suis à tout point d’accord avec elle sauf sur une chose : même en 2010, je ne encore jamais rien entendu de pareil d’un point de vue des sons. Cet album est donc totalement unique et hors temps. Ce sera peut-être le son de 2020 ?
Un de mes préférés de Duran Duran. Et pour les fans qui n’aiment pas, c’est qu’ils aiment le Duran Duran plus variété. Dommage...

[Répondre à ce message]

Duran Duran : "Liberty"

24 avril 2008 [retour au début des forums]

Liberty est le meilleur album de Duran Duran CQFD : c’est le plus péchu de tous, c’est le livret le plus réussi (pourquoi une blague de shooter à la foire DE tône au fait ??) tout à fait dans le ton de l’époque (celui de medazzaland est hors concours, réussi dans un autre style), violence of summer tant la chanson que le clip, exceptionnels pour l’époque, on ne s’ennuie pas une seconde en écoutant cet album (sauf sur Venice Drowning, qui fait retomber la mayo entre read my lips et le sublissime downtown)
un album avec un son beaucoup trop en avance sur son temps, d’où le bide de ce dernier, un album qu’il faut avoir absolument, après on aime ou on n’aime pas, mais objectivement c’est du bon boulot, et on excuse la surproduction sur certains titres, avec un regret, la non finalisation du titre Dream Nation abandonné en cours d’enregistrement, dont une partie de la partition est reprise en 1997 dans Out of my Mind (écoutez bien - source NR)
je m’intéresse de très près à duran duran depuis 1981, je précise

[Répondre à ce message]

Duran Duran : "Liberty"

26 novembre 2007, par sylvainc [retour au début des forums]

oui Liberty est un disque charnel et charnière, c’est aussi pour moi le premier DD que j’écoute et je dois dire que presque 20 ans après sa sortie des morceaux comme "read my lips", "downtown", "venice drowning", "serious" ou "my antartica" me font encore grand effet... un album détesté masi qui pour moi synthéthise presque le meilleur de l’expérimentation (entre guillemets) des Duran. Moins cohérent que le précédent mais totalement précurseur du wedding album, pour moi cet album a sa place dans ce mouvement "alternative rock" qu’on prit les Duran suite à l’échec du très expé "bIg Thing" (comme tu le dis en fait). ils veulent à la fois se normaliser, tenter l’expérimentation tous azymuts, se faire plaisir, et essayer de passer pour un groupe adulte. pour moi c’est réussit, et je dois dire que c’est un disque très agréable, je veux dire où tous les titres finissent par trouver leur place, dans leur différence, et dire que "liberty", "serious" et "read my lips" sont de grands morceaux c’est ne pas être indigne de ce qui se prépare aux débuts des 90’s i.e. l’explosion du rock alter US et de la techno-house anglaise. En quelque sorte ce disque est un batard parfait du début des 90’s, je veux dire qu’il EST les 90’s.... Alors merci d’avoir parlé de ce dique, ttès sous-estimé, mais qui à mon avis va prendre de la valeur avec le temps... IL FAUT ECOUTER CE DISQUE...

[Répondre à ce message]

    Duran Duran : "Liberty"

    21 décembre 2007, par Blue Silver [retour au début des forums]


    J’ai découvert Duran Duran en 84 avec la chanson tube : "The Reflex", depuis j’achète tous leurs disques : "Notorious", "Big thing"... jusq’au petit dernier "Red Carpet Massacre" qui est une vraie belle réussite. Tous ces disques je les aime et les écoute souvent (même l’étrange "Medazzaland"). Ma chanson préférée est "The Chauffeur" qui clôture de manière magistrale l’album "Rio" sorti en 82, mais, malgré tout ce que tu peux dire, "Liberty" est moins bon et s’il y a un disque de Duran Duran a éviter c’est celui_là.

    [Répondre à ce message]

      Duran Duran : "Liberty"

      25 avril 2008 [retour au début des forums]


      Je précise que je suis les duran depuis 1981... je collectionne aussi _ !!!! RCM pour moi est de loin, le plus mauvais album de duran duran, pas tant par les chansons qui sont globalement très bonnes avec un plus pour zoom in et dirty great monster, mais pour la production très mauvaise de l’album, timbaland est ici un mauvais choix de collaboration, que du réchauffé, les titres sonnent comme des maquettes et ne prennent vraiment de l’épaisseur et de l’intensité qu’en live, exceptés Falling Down et RCM, les seuls à peu près bien produits - un Nile Rodgers aurait fait 10 fois mieux ; même la pochette et le livret, c’est du déjà vu, donc grosse déception pour moi
      Astronaut le précédent était bien meilleur, même si un peu faible par rapport à Pop Trash qui ne contient que des perles (exceptés Lava Lamp) - medazzaland est un ovni inclassable, excellent, bien meilleur que le duran duran de 1993- mais aucun album n’atteint l’énergie et l’éfficacité rythmique de Liberty qui est le meilleur de tous, c’est la fougue, c’est les 90’s, ça explose, peut-être un peu trop, et c’est ça qui en fait un album maudit, apprécié par celles et ceux qui ont aimés l’album à sa sortie, un album peut-être devenu imcompréhensible pour les autres, justement car étiqueté comme le frisbie de la carrière de duran, injustement, oh combien

      [Répondre à ce message]