Pop-Rock.com



dEUS : "The ideal crash"
Testament d’un Barman

jeudi 5 février 2004, par Laurent Bianchi

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Mesh : "The point at which it falls apart"
Alain Bashung : "Climax"
Tom Petty & The Heartbreakers : "Into the great wide open"
Duran Duran : "Medazzaland"
Shane MacGowan & The Popes : "The snake"
Tin Machine : "Tin Machine II"
Bruce Springsteen : "The ghost of Tom Joad"
Bush : "Razorblade suitcase"
Faith No More : "Album of the year"
Nitzer Ebb : "Ebbhead"


Ideal Crash annonce exactement le contraire pour dEUS puisqu’il s’agit du disque de leur consécration. En même temps, ce titre révèle le résultat du split du groupe : la chose a été digérée, et comment ! Après deux albums très expérimentaux, tout à fait dans le format de ce que l’on appelle le rock alternatif, la bande à Tom Barman revient avec un album très bien produit (David Bottrill - Tool), fruit d’un travail de huit mois, reclus qu’ils étaient en Andalousie, loin de tout, pour mieux se retrouver... Et se dévoiler.

Composé de nombreux petits génies (trop peut-être), dEUS est à ces débuts un groupe qui s’apparente clairement à ces troupes théâtrales qui expérimentent gaiement sur scène, mélangent les genres au risque d’y perdre de leur identité (et talents), mais qui gagnera, avec l’anarchique Worst case scenario puis l’inégal In a bar under the sea, une notoriété internationale qui forcera le respect pour une bande de copains anversois adulant le méconnu Captain Beefheart, illustrant encore une fois le « on fait ce qu’il nous plaît, riche des cultures qui nous entourent », qui plaît tellement outre-Manche et outre-Quiévrain, devenue marque de fabrique - et de qualité- des belges.

Donc, comme je disais, ces trop nombreux talents vont forcer quelques départs. L’autre « tête », Rudy Trouvé, s’en ira pour mener à bien plusieurs projets, tous aussi ambitieux les uns que les autres : Dead Man Ray, Daan, Gore Slut, Kiss My Jazz et Lionell Horrowitz And His Big Combo. Stef Kamil Carleens également, chez Kiss my Jazz et Zita Swoon. Danny Mommens chez Vive La Fête ! Même le déluré et délirant violoniste et danseur Klaas Janzoons s’en ira. C’est dire si dEUS première mouture était une sorte de troupe du Splendide...

C’est donc autour de Tom Barman (devenu depuis aussi réalisateur et DJ) et de Craig Ward que va se poursuivre l’aventure dEUS, à Ronda, dans la chaleur fainéante et enivrante de l’Andalousie, histoire de retrouver ses esprits et de partir d’un nouveau pied. Finies les variations jazzy, les recherches de déstructuration sonore, l’anarchie musicale organisée, le capharnaüm délicieux des débuts, où rien qu’un titre comme Theme from Turnpike, dont l’extraordinaire clip vidéo préfaçait la sortie en salles de Trainspotting, pourrait en être l’emblème.

The ideal crash est un disque de rock. Tom Barman y chante sa douleur, ses réflexions... Let’s see who goes down first y chante-t-il, inspiré par Stefan Zweig. Et c’est là que se trouve le grand virage pris par dEUS. L’authenticité. Ce disque sera considéré comme un des meilleurs de l’année que l’on annonçait apocalyptique : 1999. Chef d’œuvre de simplicité lucide que ces dix titres ! On crie au perfectionnisme, à la précision de leurs compositions, à la finesse de la production, tout simplement parce que dans ce disque Tom Barman s’y livre, entier.

La première chose qui frappe lorsque l’on écoute ce disque, c’est le nombre de ballades, chansons douces, you name it, qui le parcourent. La guitare de l’Ecossais Craig Ward se boit comme du petit lait tellement tout est joué dans la finesse. Et pourtant cette douceur cache une puissance émotive rare.

Sister Dew pourrait être l’hymne national belge, tellement cette chanson colle à la mélancolie du temps qui caractérise le plat pays. Les violons viennent souligner cette mélancolie, et la voix plaintive de Tom Barman, caressée par des chœurs doucereux, son côté poignant. On pense à Little arithmetics, en plus émouvant et en plus abouti.

Et que dire de Magic hour, si ce n’est que c’est une chanson digne d’un song-writer de grand talent et de grande sensibilité. Et puis ce break, où le violoncelle, les violons font place nette à la guitare pour partir vers des contrées d’une beauté infinie.

Instant street trône au sommet de ce disque. Que dire de plus ? Tout y est. On a même droit à un banjo prodigieusement choisi, pour mieux dévoiler la voix du rugueux Craig Ward en guise de refrain, avant d’y déployer son jeu de guitare, inspirant un autre vidéo-clip proche de Turnpike, où la folie y est magnifiée. Que de beauté !



Répondre à cet article

Laurent Bianchi





Il y a 4 contribution(s) au forum.

dEUS : "The ideal crash"
(1/2) 3 juin 2013
> dEUS : "The Ideal Crash"
(2/2) 19 février 2004, par dywen




dEUS : "The ideal crash"

3 juin 2013 [retour au début des forums]

préfaçait la sortie en salles de Trainspotting, pourrait en être l’emblème.
it examnotes
it exampapers
it examquestions

[Répondre à ce message]

> dEUS : "The Ideal Crash"

19 février 2004, par dywen [retour au début des forums]

depuis ldtps, je cherche le titre d’1 chanson de dEUS, je ne me souviens que du clip qui se passait dans un train, a la fin du clip, on pouvait voir qqun, qui portait une ggrande robe, marcher droit vers la mer.... je me souviens que j’adorais cette chanson il y a qqes années mais je ne parviens pas a la retrouver. help !

[Répondre à ce message]