Pop-Rock.com



Chroma Key : "Dead air for radios"
Virage à 180°

mardi 3 octobre 2006, par Geoffroy Bodart

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Pixies : "Bossanova"
Duran Duran : "Thank you"
U2 : "Zooropa"
Killing Joke : "Extremities, dirt and various repressed emotions"
The Offspring : "Smash"
Pearl Jam : "Ten"
Air : "Moon safari"
My Bloody Valentine : "Loveless"
Faith No More : "Album of the year"
Republica : "Republica"


Dream Theater a connu trois claviéristes. Jordan Ruddess, actuellement en place, est de loin le plus talentueux des trois, et laisse une large part à ses influences classiques. Avant lui, Derek Sherinian, qui avait déjà travaillé avec Kiss (!) et Alice Cooper (re- !), faisait office de bête de scène, un monsieur rock’n’roll qui avait de la gueule, mais pas cette folie créatrice qu’exige le parrain du metal progressif de la part de ses membres. Et, au tout début, il y avait Kevin Moore, celui dont le jeu était le plus chargé en émotion, celui qui a grandement contribué à donner leur âme aux premiers albums. Quand il quitta Dream Theater, ce fut pour lancer ce nouveau projet : Chroma Key.

1994. Coup de tonnerre sur la planète prog. Kevin Moore annonce, pendant l’enregistrement de Awake, qu’il souhaite quitter le groupe. La raison de ce départ : le bonhomme ne se retrouve plus dans la musique pratiquée par la formation new-yorkaise. Tout simplement. En guise d’adieux, il offrira à Dream Theater sa chanson la plus émouvante, la plus triste, tous albums confondus : Space-Dye Vest. Ce morceau lent, lancinant, presque schizophrénique dans ses paroles qui voient s’entremêler les pensées du narrateur relatives à ses déboires sentimentaux et son coup de foudre pour une fille posant dans un catalogue de vêtements, met un point final atypique à un album très sombre et heavy (et bien meilleur que le Train of thought de sinistre mémoire qui tenta de renouer avec cette optique musicale) dans lequel la participation de Moore est noyée sous le déluge de guitares et le martèlement continu de la batterie. Ce morceau donne également un premier aperçu de ce vers quoi le claviériste veut orienter sa carrière.

Il faudra attendre quatre ans avant que le premier album de Chroma Key ne voit le jour, très confidentiellement, et la déception ne sera pas mince pour tous les fans de Dream Theater qui s’attendaient à de nouvelles prouesses musicales ou à une musique progressive répondant aux canons du genre. Dead air for radios est en effet un album électronique, minimaliste, lent et aérien. L’antithèse de Dream Theater ? C’est presque ça. Certaines chansons, à l’image de l’ouverture Colorblind, ont un format pop et seuls trois titres dépassent la barre des cinq minutes. L’album n’est pourtant pas spécialement facile à appréhender et risque bien de lasser bon nombre d’auditeurs par sa lenteur et par la voix désincarnée, atone, et passée au filtre, de Kevin Moore. On pourrait également reprocher à cette musique son caractère froid, distant, qui avait de quoi surprendre, en raison du fait que Moore se montrait plus expressif auparavant. Mais si l’émotion n’est plus jetée en pâture à l’auditeur, exposée crûment, elle n’est pour autant pas absente et la personnalité et les démons du claviériste se révéleront au fur et à mesure des écoutes de titres aussi hypnotiques que Mouse, intrigants que Camera 4, ou inquiétants que Hell Mary, titre ambiant post-apocalyptique.

En fait, les reproches que l’on pourrait émettre à l’encontre de Chroma Key sont à peu près les mêmes que ceux dont à fait l’objet l’autre projet de Kevin Moore, OSI, auquel était également associé son ancien compère Mike Portnoy et un autre guitariste de metal progressif de renom, Jim Matheos (Fates Warning). Dans ce projet, qui a connu un plus grand rayonnement essentiellement en raison de son line-up, Kevin Moore s’était servi du matériau de base du guitariste et du batteur, à savoir un long morceau instrumental assez hard et technique, et l’avait scindé en divers morceaux plus courts, qu’il a retravaillés. Ajout de quelques samples, programmations et nappes de claviers, pose de son chant morne, et surtout, une déconstruction patiente du travail de ses collègues (passage de certaines pistes de batterie à l’envers, effets sur les guitares, etc.). Le résultat s’avéra déconcertant, et pourtant dans la droite lignée du travail de Kevin Moore.

Chroma Key étant un groupe susceptible d’être découvert par le biais des autres collaborations du sieur Moore, il importe de savoir dans quelle cour on joue avant de se risquer dans son univers désenchanté, qui conviendra davantage à l’amateur de musique électronique atmosphérique qu’au hardi fan de metal progressif. Mais si vous êtes sensible à ce genre de sons et d’atmosphères, Chroma Key a un bon stock d’arguments pour vous convaincre.



Répondre à cet article

Geoffroy Bodart





Il y a 5 contribution(s) au forum.

Chroma Key : "Dead air for radios"
(1/3) 31 janvier 2013, par kampol
Chroma Key : "Dead air for radios"
(2/3) 23 février 2008
Chroma Key : "Dead air for radios"
(3/3) 3 octobre 2006, par Red Cloud




Chroma Key : "Dead air for radios"

31 janvier 2013, par kampol [retour au début des forums]

easy weight loss What’s Taking place i’m new to this, I stumbled upon this I have discovered It absolutely useful and it has helped me out loads. I am hoping to contribute & help other customers like its helped me. Good job. fat loss factor program download

[Répondre à ce message]

Chroma Key : "Dead air for radios"

23 février 2008 [retour au début des forums]

ce premier CD de Chroma Key est quasiment excellent du début à la fin, hormis l’inutile dernière plage de l’album avec ses bruitages saoûlants.
sinon c’est du sans faute. Kevin Moore ne nous fait heureusement pas le coup de l’album solo instrumental gonflant et surfait ou il nous ressortirait tous les plans techniques habituels dans ce genre de cas. là au moins, il nous a fait de super morceaux dans la lignée d’un Porcupine Tree période "Stupid Dream"/"Lightbulb Sun", lorsque ces derniers s’en tenaient à des morceaux conscis, pop et mélodiques mais ne négligeant pas le côté atmosphérique pour autant. cet album s’adresse alors bien plus aux amateurs de Blackfield ou no-man qu’à ceux de "Fear Of A Blank Planet", "Deadwing" ou "In Absentia" car ici, pas de gros riffs de guitare ni de solos à rallonge. tant pis pour les esprits chagrin qui espéraient un énième Dream Theater et tant mieux pour les fans de pop intelligente et sans prétention (mais fait avec un goût certain). à noter que le deuxième album de Chroma Key "You Go Now" est dans la même lignée (en un peu moins réussi cependant).

[Répondre à ce message]

Chroma Key : "Dead air for radios"

3 octobre 2006, par Red Cloud [retour au début des forums]

Train of thought mauvais ? C’est personnellement un de mes albums de DT préférés. Comme beaucoup l’on dit, ça sonne comme ce que Métallica aurait dû faire dans les années 2000. La musique de DT se montre plus violente que jamais, sans pour autant négliger la mélodie et la complexité, évidemment la virtuosité est comme toujours au rendez-vous.

[Répondre à ce message]

    Chroma Key : "Dead air for radios"

    3 octobre 2006, par jp [retour au début des forums]


    Virtuosité et complexité, ok.
    Mélodie, pas mauvais.
    Feeling, zéro pointé.
    Ils sont bien trop concentrés sur la technicité de leurs jeux.
    Petrucci en tête

    [Répondre à ce message]

      Chroma Key : "Dead air for radios"

      10 février 2007 [retour au début des forums]


      Feeling, zéro pointé ; c’est un peu sévère... Je dirais que c’est un feeling plutôt agressif, et je dirais qu’il y a de jolis plans composés comme le début de endless sacrifice, vacant, le riff de stream of consciouness, et le dernier morceaux. Après reste à savoir ce que l’on appréhendait au début. C’est un album cash où le feeling de Kevin Moore n’aurait pas eu sa place... Mais TOT reste un très bon album, un des meilleurs pour ma part.

      [Répondre à ce message]