Pop-Rock.com



Bryan Ferry : "Mamouna"
Les mondes engloutis

samedi 8 mars 2008, par Clarisse de Saint-Ange

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Francis Dunnery : "Fearless"
Anathema : "Alternative 4"
Colin Vearncombe : "The Accused"
Tori Amos : "Little earthquakes"
Electronic : "Electronic"
Sonic Youth : Dirty"
Chroma Key : "Dead air for radios"
Nirvana : "In utero"
Mano Solo : "Les années sombres"
Nitzer Ebb : "Ebbhead"


Mamouna, c’est l’histoire d’un auteur-compositeur de talent qui allait devoir faire face à un problème relationnel grave avec sa nouvelle œuvre, au point de devoir demander à un ancien membre de son groupe de collaborer avec lui pour la première fois depuis vingt ans, afin de sauver cet album. C’est l’histoire d’un diamant brut qui avait besoin d’un joaillier pour le rendre plus beau et plus délicat encore. Un objet qui est aujourd’hui encore contemplé avec circonspection par son géniteur...

Après le succès de Bête noire en 1987, Bryan Ferry s’attelle avec ferveur à l’écriture d’un successeur digne de ce nom qu’il compte appeler Horoscope, et qui devra être un album aussi expérimental et audacieux que les premiers essais de Roxy Music, l’ancien groupe du crooner de sa majesté. A l’époque, Bryan Ferry enchaine les tubes (Slave to love, Don’t stop the dance, Kiss and tell) et, contrairement à David Bowie, profite des années 80 pour maintenir à flot sa carrière d’auteur/compositeur/interprète. Faisant confiance à son flair inimitable, à ses qualités de producteur et à son entourage trié sur le volet (sur l’album Boys and girls, Ferry avait collaboré avec David Gilmour de Pink Floyd, Mark Knopfler de Dire Straits et Marcus Miller), Ferry va se lancer dans une entreprise qui s’avèrera bien vite plutôt compliquée.

L’artiste n’est absolument pas satisfait des sessions d’enregistrement, malgré la flopée de musiciens engagés (Phil Manzanera et Andy Mackay de Roxy Music, Pino Palladino, Steve Ferrone, Guy Pratt, Nile Rodgers de Chic ; bref, que des pointures), et commence à trouver le temps long. Lassé de travailler sur cet interminable Horoscope, Ferry fait une pause et enregistre Taxi, un album de reprises qui sort en 1993. Cela fait déjà six ans que ce disque n’avance décidément pas d’un poil. Usé par une conception artistique qui commence à le dépasser, il décide l’impensable et demande à Brian Eno, son ancien comparse de Roxy Music, producteur respecté (de David Bowie, U2, Devo, les Talking Heads, etc.), de venir lui prêter main forte. L’album changera de titre, deviendra Mamouna, et pourra sortir en 1994 - et sera ainsi le seul album de chansons originales que Ferry sortira dans les années 90 (puisque le As time goes by de 1999 est en fait composé d’adaptations de standards des années 30).

Que Brian Eno et Bryan Ferry collaborent sur un même disque est absolument historique, puisque les deux hommes n’avaient plus travaillé ensemble depuis le départ d’Eno de Roxy Music en 1973, après For your pleasure. Le résultat est déroutant et exotique ; on retrouve à la fois les atmosphères inimitables de Brian Eno et les aspirations plus progressives que Bryan Ferry avait insufflées à ses deux précédents albums. La voix du chanteur parait perdue dans une sorte de désert paisible, une planète inconnue. Les tapisseries sonores brodées par Eno font de certains titres de véritables expériences mystiques (Your painted smile, Chain reaction) et la voix de Ferry fait toujours un malheur ; d’autres titres reprennent ce funk élégant cher au Britannique (Don’t want to know, N.Y.C., The 39 steps). Au milieu de cet espèce de monde parallèle, des perles comme Mamouna ou The only face s’accaparent sans problème le statut de classiques du genre (Ferry reprendra d’ailleurs The only face lors de la tournée subséquente à As time goes by). Quant à l’intrigant Wildcat days, il est carrément co-écrit par Eno.

Cet album est probablement unique dans la discographie de Bryan Ferry et signera le début d’une nouvelle idylle entre Eno et le crooner anglais (son album suivant, Frantic, doit également beaucoup à Eno). Pourtant, aujourd’hui encore, Ferry a du mal à considérer Mamouna comme un bon album, puisque son objectivité a sans doute été usée après tant d’années de travail. On sent bien que Mamouna est encore en flottement, quelque part entre deux mondes, une sorte d’univers parallèle indécis - mais c’est justement cette ambivalence qui fait tout le charme de ce disque. Un disque par ailleurs dédié à son fils, Otis Ferry.



Répondre à cet article

Clarisse de Saint-Ange





Il y a 7 contribution(s) au forum.

Bryan Ferry : "Mamouna"
(1/5) 23 septembre 2014, par James Allen
Bryan Ferry : "Mamouna"
(2/5) 26 décembre 2013, par tokinne
Bryan Ferry : "Mamouna"
(3/5) 31 janvier 2013, par bunga
Bryan Ferry : magnifique "Mamouna"
(4/5) 6 juillet 2012, par vento
Bryan Ferry : "Mamouna"
(5/5) 28 mars 2008, par sylvainc




Bryan Ferry : "Mamouna"

23 septembre 2014, par James Allen [retour au début des forums]

People always attract towards those products and services which are excellent in quality and cheap in price. By keeping in mind this interest we are offering cheap rates on our professional writing services. Visit today http://www.essayplanet.org essay writing service website for preparing your term papers or resumes for easy job placement.

[Répondre à ce message]

Bryan Ferry : "Mamouna"

26 décembre 2013, par tokinne [retour au début des forums]

inclure à la fois l’environnement inimitable de Mark Eno et plus moderne que Bryan bateau avait percé dans ses deux dernières collections ambitions. Le discours de la chanteuse semble manquant dans une sorte de désert de détente, un monde inconnu.

à partir d’un dissertations

[Répondre à ce message]

Bryan Ferry : "Mamouna"

31 janvier 2013, par bunga [retour au début des forums]

easy weight loss Hurrah ! Finally I got a website from where I be able to in fact get useful data concerning my study and knowledge. fat loss factor program download

[Répondre à ce message]

Bryan Ferry : magnifique "Mamouna"

6 juillet 2012, par vento [retour au début des forums]

je viens très tardivement après la diffusion cet article , mais cet album est pour moi intemporel...
je suis heureux de voir cette analyse parce que Mamouna m’a accompagné pendant pas mal de temps...c’est une création bien homogène, les sons de Eno définissent un univers bien particulier et s’accrochent à la voix pleine de lamentation de Bryan Ferry, une voix qui semble démontrer un malaise mais en même temps on se sent transporté par cet ensemble !
la nuit semble être prédominante dans cet album, parfois on y ressent une ville rythmée en souffrance à travers ses bruits de fond (NYC), ou alors une solitude volontaire exprimée en profondeur (the only face), une perdition,...
c’est vrai il y a parfois des moments qui semblent assez sombres mais l’ambiance vacille entre un rêve et une existence difficile, ça fait planer en quelque sorte !
pour moi Mamouna est un album réussi et je suis étonné d’apprendre toutes les difficultés que Bryan Ferry a eues pour concrétiser ce projet ! il peut être fier de ce qu’il a créé et d’avoir pu à nouveau collaborer avec le génial Bryan Eno !
merci encore pour ce bel hommage et pour toutes les infos !

[Répondre à ce message]

Bryan Ferry : "Mamouna"

28 mars 2008, par sylvainc [retour au début des forums]

Décidément j’adore tes chroniques Clarisse, et celle-ci ne déroge pas à la règle... Magnifique album en effet perdu entre l’ambient, l’électro-dub (39 steps) et le rock progressif le plus expérimental, ce disque est unpur joyaux, comme tu le montres si bien. Pour moi c’est un des tout meilleurs disques des années 90. Et le meilleur de Brian Ferry. Ecoutez ce disque, vous ne le regretterez pas...

[Répondre à ce message]

    Bryan Ferry : "Mamouna"

    1er décembre 2008, par alfi [retour au début des forums]


    Bravo Clarisse pour cette chronique.
    Merci d’avoir ressorti de sous la légère poussière cet album souvent contesté qui ne peut laisser indifférent.
    Il était en effet annoncé comme un joyau quelque peu avant-gardiste ; il l’est, même si une légitime déception l’accueillit. Je crois qu’on en attendait trop. Ici encore la patte d’ENO est très sensible et donne son unité à l’album. C’est du Ferry pur cru à la réalisation réussie qui le place à mon sens au premier plan de ses albums sans reprises. J’encourage tout le monde à l’écouter et à rêver à une reformation de Roxy Music avec un nouvel album dans cette veine ; mais le vrai Roxy, avec les deux Brian, chacun à sa place. Ils ne sont en effet jamais meilleurs qu’ensemble, même si les collaborations de ENO avec David Byrne des Talking heads sont elles aussi à conseiller dont particulièrement l’album emblématique "My life in the bush of ghosts".

    [Répondre à ce message]