Pop-Rock.com



Air : "10,000 Hz Legend"
Chronique track by track

vendredi 23 mai 2008, par Alexandra Jakob

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Martyn Bates : "Stars come trembling"
Red Hot Chili Peppers : "Bloodsugarsexmagik"
Mano Negra : "Casa Babylon"
The Fall : "Shift-Work"
Pearl Jam : "Vs."
Beastie Boys : "Ill Communication"
The Smashing Pumpkins : "Mellon Collie and the infinite sadness"
The Divine Comedy : "Fin de siècle"
Pearl Jam : "Ten"
Godspeed You Black Emperor ! : "F#A#∞"


Tout a commencé dans l’avion. J’étais assise entre deux types bizarres. C’était il y a longtemps. Ou peut-être pas. Je ne sais plus. J’allais à Paris, il me semble. Toujours est-il que l’un de ces types, roux et habillé comme un banquier en vacances, a entrepris de me parler d’un truc dément, une histoire de fréquence magique capable de moduler le sommeil paradoxal. Des ondes pouvant influer sur les rêves. Je suis physicienne. J’ai haussé les épaules en maudissant le hasard et les Professeurs Nimbus qu’il place régulièrement en travers de ma route. C’est alors que le copain du roux, un petit mignon aux allures d’elfe, a sorti sans mot dire une radio. Une bonne grosse radio toute simple, un peu kitsch, d’une maladresse touchante, comme on en fabriquait à la pelle dans les années 70. Il a tourné une molette et...

Je suis dans la rue. Une brume scintillante nimbe les contours d’une ville endormie. La désorientation me gagne, le silence m’oppresse, j’étouffe sous les nuages. Soudain, le brouillard se lève et je les aperçois au sommet d’une tour. Je suis avec eux maintenant. Le plus grand accorde une guitare, tandis que l’elfe se tient froidement derrière une angoissante montagne de synthétiseurs. Ses doigts minces effleurent le clavier de l’un d’entre eux. D’une voix étrangement sourde, comme déformée par un robot maléfique, le banquier m’explique qu’il n’est en fait pas du tout banquier. Lui et son copain sont musiciens électroniques. La mélodie explose, douce, aérienne, céleste. Un orchestre symphonique apparaît. Les violons s’élèvent. Puis tout s’arrête. Mes nouveaux amis me proposent d’aller dans un bar.

L’air m’enveloppe comme un cocon, chaud et rassurant. Je ne vois presque rien, malgré quelques bougies dispersées ça et là. Je bois un étrange cocktail grenat, lovée dans un canapé de la même couleur. Une voix savoureuse et un peu distordue me chuchote savamment des déclarations romantiques, auréolées par des chœurs veloutés. Comment je me sens ? Bien, très bien, même. Mais quelque chose me pousse à partir. J’ai soudain sommeil.

Mon réveil ultra-moderne se met en route. Il est réglé sur la fréquence la plus populaire de la ville, la numéro 1. Des percussions glaciales achèvent de m’éveiller puis une mélodie bubble-gum prend le relais. J’oublie tous mes soucis, m’amuse à reprendre en chœur le refrain gospel, un sèche-cheveux en guise de micro. Je réalise alors qu’il ne s’agissait pas d’une vraie chanson, mais d’un jingle radio. Qu’importe, ma bonne humeur me semble indestructible. J’attrape mes clefs et sors.

Il m’a appelée par mon prénom. Je ne le connais pas, pourtant. Blond, hirsute, le visage tardivement poupin. Je m’en serais souvenue. Il porte un chapeau crotté et des guenilles en devenir. Une tenue adaptée à son activité de vagabond. Il se prétend ami avec les deux musiciens. Je ne le crois pas, jusqu’à ce qu’il sorte un harmonica. Mues par une vie propre, mes mains claquent sur cette mélodie folk où s’entremêlent de planantes nappes de synthétiseurs. Les gens s’arrêtent, nous regardent, jettent parfois une pièce dorée. Une jeune fille danse. Mais trop vite, il doit me quitter. Il oublie un livre. J’essaye de le rattraper, cours, hurle. Las, je m’écroule sur un banc, dans un parc. Un cygne me décoche un regard outré. J’ouvre le livre.

La physique n’explique pas tout. Cela fait maintenant longtemps que je m’échine à comprendre ces formules. Les chiffres glissent, tournoient puis filent comme pour mieux me narguer. Puis je relève la tête. Les arbres... C’est bien plus qu’un bruissement, bien plus que le bruit du vent chahutant de majestueux feuillus. Des chants indiens. Je retourne à mon livre et tout s’éclaire. Des angles... Il s’agit d’un livre d’astronomie maya. Au loin, une flûte traversière se lance dans une épopée virtuose. Les arbres...

On me secoue. Les derniers rayons du soleil illuminent la mare aux cygnes d’un tempétueux reflet ocre. Les deux musiciens sont à mes côtés. L’un d’eux tient un papier, un contrat mirobolant, l’air à la fois chanceux et malheureux. Ils semblent inquiets. La terre se met à trembler, comme mue par des basses souterraines. Des éclairs fendent le ciel noir et lancent des flèches distordues. C’est beau. Des cordes menaçantes vrombissent, puis la foudre frappe. L’un d’eux me glisse un papier dans la main.

« Va voir les sœurs Buffalo à Tokyo ». J’ai bien peur d’être tombée dans une sacrée secte. Un prêtre vêtu d’un kimono blanc tâché de rouge psalmodie des strophes absconses. Je ne comprends qu’une seule chose : du sexe nait le poison... La lumière décroit, les ombres grandissent, s’intensifient, immenses, deux jeunes filles chantent d’une voix désincarnée, des violons cisaillent l’air, le fendent, l’éventrent... Ce spectacle d’une somptueuse morbidité me terrifie. Je m’évade.

L’heure de pointe à Tokyo. Les citadins. Des passants marchent, courent, se heurtent, tournent les talons. Puis, par une singulière gradation, je perçois les voitures vrombissantes, les bus hoquetant, le grondement du métro, le tonnerre de l’avion. Beauté de la civilisation. J’étouffe, pourtant. Il me faut partir.

Mon cheval marche à travers les plaines arides du Nevada lorsqu’un buisson d’herbes sèches lui coupe la route. J’entends le sifflement de l’air et une cow-girl surgit, veule, un bidon de fer à la main. Elle se met à m’invectiver, je ne comprends pas. Il est question d’une salope, de lait. J’attrape mon Colt 45, vise au cœur, tire. C’est magnifique. Des perles de sang jaillissent, elle tombe, au ralenti, dans un tourbillon de violons et de piano. O-Ren Ishii vient de mourir au Far West. Cool.

Les grillages s’étendent sur des kilomètres. Pas le moindre panneau. Je longe inlassablement cette clôture jusqu’à trouver un écriteau sibyllin. Zone 51. Le ciel semble soudain se déformer, mû par des ondes électromagnétiques. Je crois au tournage d’une série SF un peu datée lorsqu’une soucoupe volante fait irruption. A son bord, les deux musiciens et le vagabond. Ils m’aperçoivent. J’en sais trop. Il faut me punir. Je prends tout ça trop à la légère. Mais c’est si génialement drôle.

Il fait nuit. Je repose, prisonnière du caramel. Je vais mourir. Je revois l’avion, les deux musiciens, le cygne, les japonais, le vagabond, la cow-girl hargneuse. Je sombre au son d’un orgue.

Comme tous les jours depuis maintenant deux semaines, j’ai fait semblant d’avaler le petit cachet blanc. Je dois sortir. Expliquer à tout le monde comment j’ai assisté à la genèse d’un chef-d’œuvre. Mais j’ai peu d’espoir. Dans cinquante ans, les gens comprendront peut-être...



Répondre à cet article

Alexandra Jakob





Il y a 13 contribution(s) au forum.

gasmen toska
(1/7) 2 février 2013
Air : "10,000 Hz Legend"
(2/7) 10 décembre 2012, par online poker
online writing help
(3/7) 23 novembre 2012, par online writing help
Air : "10,000 Hz Legend"
(4/7) 11 novembre 2012, par spongysteel
Air : "10,000 Hz Legend"
(5/7) 2 novembre 2012, par badp1ssing
Air : "10,000 Hz Legend"
(6/7) 23 mai 2008, par françois
Air : "10,000 Hz Legend"
(7/7) 23 mai 2008, par jp




gasmen toska

2 février 2013 [retour au début des forums]

Think we need to bring more ideas for this purpose. Involvement of young people can be handy in this regard. I am happy to find a good post here. Thank you. gasmen toska

[Répondre à ce message]

Air : "10,000 Hz Legend"

10 décembre 2012, par online poker [retour au début des forums]

I think most people would do the same when they are headed with the situation. online poker

[Répondre à ce message]

online writing help

23 novembre 2012, par online writing help [retour au début des forums]

Interesting article you have here. I didn’t really think about it in that way yet, but you truly have a point. Good job
online writing help

[Répondre à ce message]

Air : "10,000 Hz Legend"

11 novembre 2012, par spongysteel [retour au début des forums]

I am very glad to see such information which I was searching for a long time. Chiropractors North Vancouver

[Répondre à ce message]

Air : "10,000 Hz Legend"

2 novembre 2012, par badp1ssing [retour au début des forums]

Your summaries are always top-notch. Thanks for keeping us apprised. I’m reading every word here. top poker rooms

[Répondre à ce message]

Air : "10,000 Hz Legend"

23 mai 2008, par françois [retour au début des forums]

Clairement leur album le plus audacieux et ambitieux, un vrai contre-pied à Moon safari, dommage que leur musique soit devenue si popote depuis...

[Répondre à ce message]

Air : "10,000 Hz Legend"

23 mai 2008, par jp [retour au début des forums]

Le plus beau Air avec Virgin Suicides. Il y a dans ce disque une invention et une énergie (si tant est qu’on puisse parler d’énergie chez Air) qu’on ne retrouvera pas par la suite. L’audace ne paie pas malheureusement :(

[Répondre à ce message]