Pop-Rock.com



The Durutti Column : "L.C."
Vini, vine & melancolia

mardi 30 décembre 2003, par Alan Brausseau

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Japan : "Gentlemen take polaroids"
U2 : "The Joshua tree"
The Cure : "Disintegration"
Anne Clark : "Joined up writing"
David Bowie : "Tonight"
Laibach : "Let it be"
Kraftwerk : "Electric Café"
Pixies : "Surfer Rosa" & "Come on Pilgrim"
INXS : "The swing"
Légion 88 : "Thulé"


Membre à part de la Factory, The Durutti Column en détient pourtant l’essence : l’obsession dépressive. L.C. (soit Lotta Continua), 2ème album du groupe sorti en 1981, et qui restera son chef d’oeuvre Cold Wave.

Nous sommes en 1981. Il aura donc fallu attendre pas moins de 3 ans à Vini Reilly, l’âme du groupe, pour trouver un batteur à la hauteur du défi musical. Car si les albums suivants montrent nettement comment Vini choisit ses musiciens en fonction de son évolution musicale, Bruce Mitchell conservera son statut. Mais revenons à L.C....

Cet album représente de loin l’apogée du groupe dans sa période froide : unité du projet (les titres s’inscrivent dans un tout, en étant pourtant variés dans l’écriture), ambiances mélancoliques, jeu exceptionnel de guitare, trouvailles musicales (la principale : du phaser sur la boîtes à rythmes...) et de la reverb de luxe.

Là où Another Setting sera rigide, L.C. est planant ; quand Vini cherchait des pistes sur The return of..., il les maîtrise désormais sur ce disque. On a ainsi droit à 2 versions du même titre d’ouverture : la version rapide pour la face A, la plus lente pour la face B. Tout semble défiler naturellement alors que c’est du jamais entendu à la Factory !

En effet, on peut dire sans trop se voiler la face que Joy Division (par le chant grave, la basse "chorusée" ou encore le type de saturation à la guitare) puis New Order (tendance pop dance), vont influencer les autres groupes du label. Or, Vini Reilly imposa dès le début, en 1978, son univers : une technique à la guitare très pointue, issue du Jazz (en jouant à la fois sur les cordes graves et très aigues, il donne l’impression de gratter 2 guitares simultanément) plaquée sur des rythmes cycliques à la boîtes à rythmes (quand ce n’est pas les variations jazzy de Mitchell) avec un son de chorus "triste" -très typé. L’effet créé apparaît personnel : on oscille entre le new jazz et le new psychédélisme, au final c’est comme si on se complaisait dans le désespoir...

Le titre Never know (ou l’extra One Christmas for your thoughts sur la réédition CD) est le parfait exemple de cette alliance magique. Le morceau débute par une note au synthétiseur qui restera en fait la même tout au long des 6 minutes ; seulement le son est riche, la modulation judicieuse et l’effet discret. Le second élément constructeur est la boîte à rythmes. Elle dispose elle aussi d’une attention sonore délicate pour contre-balancer sa simplicité : un seul motif arythmique couplé à du phaser. Ce minimalisme est heureusement compensé par la technique guitare inouïe pour un disque Cold Wave, tout y est : accords léchés, rythmiques, arpèges, soli, soli à 2 octaves... bref le pied ! Enfin le chant déprimé/déprimant de Reilly, qui ressemble plus à une voix sourde, fonctionne à merveille. A l’image de l’album dans son ensemble, Vini se donne les moyens de "tout laisser tomber". De cette polarité naît une création de génie !

Technicien hors-pair en ce qui concerne le piano classique et la guitare jazz, Vini Reilly enregistra chez lui et sur 4 pistes s’il vous plait, un album Cold Wave magistral. La batterie jazz alliée aux boîtes à rythmes vintages, rassemble sur L.C., les deux tendances majeures de la New Wave, pour s’en défaire aussitôt.



Répondre à cet article

Alan Brausseau





Il y a 15 contribution(s) au forum.

improve website ranking
(1/9) 11 février 2013, par vishnu
help me write an essay
(2/9) 8 février 2013, par markjohn
The Durutti Column : "L.C."
(3/9) 21 juin 2007
The Durutti Column : "L.C."
(4/9) 13 mars 2007, par David
The Durutti Column : "L.C."
(5/9) 7 août 2006, par Jubowski
The Durutti Column : "L.C."
(6/9) 14 octobre 2005, par milou
> The Durutti Column : "L.C."
(7/9) 6 juin 2005, par christophe de marseille
> The Durutti Column : "L.C."
(8/9) 23 mai 2005, par lkj
> The Durutti Column : "L.C."
(9/9) 10 décembre 2004, par olivier




improve website ranking

11 février 2013, par vishnu [retour au début des forums]

improve website ranking I am really enjoying reading your well written website. It looks like you spend a lot of effort and time on your website. I have bookmarked it and I am looking forward to reading new article. Keep up the good work !

[Répondre à ce message]

help me write an essay

8 février 2013, par markjohn [retour au début des forums]

help me write an essay I have enjoyed reading your articles. It is well written. It looks like you spend a large amount of time and effort in writing the blog.I am appreciating your effort.

[Répondre à ce message]

The Durutti Column : "L.C."

21 juin 2007 [retour au début des forums]

J’ai découvert Vini Reilly de façon très originale:Lors d’un mariage à Manchester, où j’officiais ( je suis pasteur...) et il a joué seul sur sa Fender 1964, pour l’entrée de la mariée . J’ai été tout simplement époustouflé. J’ai apprécié , outre son génie musical,sa personnalité humble et discrète . Un artiste vraiment hors normes, mais vraiment novateur et créateur .Philippe

[Répondre à ce message]

The Durutti Column : "L.C."

13 mars 2007, par David [retour au début des forums]

je rejoins cet avis.
vini reilly me fascine autant par son génie musical que l’humanité, l’humilité, qui emane de sa voix, de sa personne.
j’ai découvert ce groupe en 1994, à la sortie de l’album ’sex & death’, dont j’avais entendu deux extraits ’believe in me’ puis ’fado’ chez lenoir sur france inter.
depuis j’ai pu écouter tous les albums, celui ci est excellent (je ne dirais pas meilleurs, car ils sont tous bons, y compris le dernier en date, ’keep breathing’)
’never know’ est un morceau hallucinant, dès les premières notes, il se dégage une energie envoutante, rare..

un artiste de génie paradoxalement peu connu.. les meilleurs choses se méritent.

[Répondre à ce message]

The Durutti Column : "L.C."

7 août 2006, par Jubowski [retour au début des forums]

Bel article qui aide à comprendre les créations magiques de Vini Reilly.

J’ai 22 ans et j’ai découvert The Return of Durutti Column l’an dernier. C’est un choc musical pour moi, déjà fan de longue date de Joy Div’ et de Cold ! La production d’Hannett, reconnaissable entre toutes, magnifie par son traitement du vide les élégantes volutes sonores que Vini laisse échapper de sa guitare.
Depuis, j’ai en ma possession Another Setting, où je découvre le chant désincarné de Vini Reilly, comme du jeune New Order totalement désespéré, comme si le monde se jouait toujours à côté...

Bref, si Durutti Column ne m’aide peut-être pas à vivre, il m’aide en tout cas à ne pas mourir. C’est toute une esthétique du désespoir qu’il crée.

[Répondre à ce message]

    The Durutti Column : "keep breathing"

    21 août 2006 [retour au début des forums]


    A découvrir le dernier album, Keep breathing, sorti cette année : une nouvelle merveille de création , certes très différent des premiers albums. L’oeuvre prend de plus en plus forme à chaque nouvel album car l’ensemble forme bien un tout : celle d’une vie , la vie d’une personne entièrement dévouée à son inspiration musicale.

    [Répondre à ce message]

    The Durutti Column : "L.C."

    5 janvier 2007, par Eric Goget [retour au début des forums]


    J’ai 45 ans et ai eu la chance d’acheter le disque vinyl à sa sortie. A l’epoque Durruty Column était passé au Printemps de Bourges. Je viens de me procurer la version CD mais je tiens à préciser que la pochette originale était (en plus de la qualité exceptionnelle du disque) une petite merveille !

    [Répondre à ce message]

The Durutti Column : "L.C."

14 octobre 2005, par milou [retour au début des forums]

bel article,mais faisant un peux trop reference a la technique du guitariste ’magistrale il est vrai)mais oubliant tout simplement de parler de la beaute du son de la guitare...Car pour moi, vini reilly c’est avant tout le plus beau son de guitare jamais entendu, loin devant knopfler et consort.

[Répondre à ce message]

    The Durutti Column : "L.C."

    11 janvier 2008, par yannick rock à la radio zenith fm  [retour au début des forums]


    bravo pour la reference à dire straits , moi aussi a la fin du never knows ; je me suis dit :mais bon dieu mais c’est bien sur y a du plan commun !
    et en écoutant the return il ya aussi du cure tendence seventeen second mais la classe de vini est intacte et originale , bref du bon pour les puristes , derniers dynausaurs sur cette terre du rock ;

    [Répondre à ce message]

> The Durutti Column : "L.C."

6 juin 2005, par christophe de marseille [retour au début des forums]

j’ai 34 ans et j’ai la chance d’avoir deux frères plus agés de 8 et 9 ans,ils ont participé a mon éducation musicale et je leur en serai éternellement reconnaissant.Cet album de "Durutti"est pour moi la quintescense musicale de cette époque bénie qu’a été le tout début de mon adolescence ;j’ai rechercher cet album longtemps en ayant simplement en tête sa couverture ;c’est maintenant chose faite:merci infiniment pour ce beau cadeaux

[Répondre à ce message]

> The Durutti Column : "L.C."

23 mai 2005, par lkj [retour au début des forums]

Je ne connais que "The return of..." (un trésor oublié) mais si c’est du même niveau alors c’est parfait.

[Répondre à ce message]

    > The Durutti Column : "L.C."

    5 juillet 2005, par lkj [retour au début des forums]


    Et dans la série des tésors oubliés :

    - Temple of the 13th "The Royal Family & the Poor" (Produit par Peter Hook de New Order, label Factory)
    - Crispy Ambulance "Plateau Phase"
    - Stockolm Monsters "Alma Mater Plus"
    - Joe Meek & The Blue Men "I Heard a new world : an outer space"
    - Chrome "Half Machine"
    - Bruce Haack "Electric Lucifer : Book 2"

    [Répondre à ce message]

> The Durutti Column : "L.C."

10 décembre 2004, par olivier [retour au début des forums]

C’est une belle analyse glorifiante de ce créateur de génie qu’est Vini Reilly. Je rajouterais :

- Sa technique est remarquable ;
- Son humilité de musicien est rare et c’est la preuve d’une exigence sans faille ;
- Sa créativité est obsessionnelle.

L’oeuvre de cet artiste est magnifique.

Olivier

[Répondre à ce message]