Pop-Rock.com



The Cult : "Electric"
Du Hard, du Rock et du Cult

vendredi 15 mai 2009, par Vincent Ouslati

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Bon Jovi : "Slippery when wet"
Duran Duran : "Notorious"
Arcadia : "So red the rose"
Tears For Fears : "Songs from the big chair"
A-Ha : "Scoundrel days"
The Stranglers : "Feline"
Peter Murphy : "Should the world fail to fall apart"
Chris Isaak : "Silvertone"
AC/DC : "Back in black"
The Police : "Synchronicity"


Le revival rock’n’roll a touché à plus ou moins forte échelle toutes les époques, même les années 80 ! Si dernièrement, l’on peut retrouver des groupes comme Chrome Division, The Answer, Eagles Of Death Metal et autres Nashville Pussy qui ont réouvert la boutique avec un certain succès, on virait en 1987 nettement FM, le hard était un truc de demeurés et de beaufs. Justement le moment choisi par Ian Astbury pour ressortir la boite à riffs.

Electric n’avait vraiment rien pour plaire, coincé qu’il était entre Love, parfait artistiquement et Sonic temple qui a cassé la baraque au niveau des ventes, il fallait avoir des pelotes en acier et une maison de disques dans le coma pour oser pareil suicide commercial.

Ce serait sans compter sur The Cult, qui n’ayant jamais eu l’intention de faire ce que l’on attendait d’eux s’est pris d’une fièvre pour le wokanwoll en cette année 1987. En résulte encore aujourd’hui l’un des albums de hard les plus excitants qui soient. The Cult ne réinvente pas le hard rock, il l’immortalise, le fait sien, reprend tous les poncifs, toutes les fondations du genre, balance du riff, du refrain, de la speederie en dernière minute, se la joue boogie, de l’hommage à qui mieux mieux.

Electric n’avait rien de cohérent avec l’époque de sa sortie. Alors que tous se mettaient à virer FM pour la bonne cause, se lançant dans l’écriture de minables ballades calibrées au millimètre pour contenter la minette en collants fluo (les mêmes collants que Vince Neil), Astbury voulait son petit disque de hard pur et dur, sans concessions, furieux et simpliste, basique comme tout bon album de la catégorie se doit d’être.

Entre le sympathique hommage aux Rolling Stones via le riff de Love removal machine, ou la reprise certes un brin facile de Steppenwolf avec Born to be wild, tout n’est que plaquages assassins et partitions redoutables.
Ovni, cet album fut considéré comme une hérésie par les jeunes gothiques qui n’attendaient franchement pas cela de la part de leur héros de la décennie. Quant aux autres, ne voyant pas trop en quoi The Cult rimait avec rock, ils passèrent souvent à coté sans y laisser trainer la moindre oreille. Il se vendra pourtant plus que Love.

Détail qui a son importance, le successeur de Love devait s’appeler Peace mais le groupe globalement pas emballé par le son, décida d’aller tout refaire à New York, appuyé en cela par Rick Rubin.
Inutile de dire que le label n’appréciera pas vraiment la perte financière occasionnée. Mais il se rattrapera en 2000 en rééditant l’entièreté de l’album Peace dans l’impressionnant Rare Cult, six CD (voire sept pour le "Super" Rare Cult !) rempli ras la gueule d’inédits, de remixes et de lives.

Autre impasse que peut laisser entrevoir Electric, les peu réceptifs à la voix monocorde d’Astbury en seront pour leurs frais. Le chanteur n’est ni Bon Scott, ni Mick Jagger ou Robert Plant, son timbre si particulier n’est parfois que l’unique manière de reconnaitre The Cult derrière la guitare de Billy Duffy.
Pour ma part, Astbury revisiterait les chants de Noël de mon enfance, je serais encore capable de suivre. Et bien qu’il m’apparaisse parfois limite, il donne à ces petits morceaux de hard une tonalité toute personnelle qui renforce fatalement le cul... la sympathie que je voue à ce disque.

Pas l’album ultime donc et encore moins de quoi "enfoncer toute la discographie d’AC/DC" comme j’ai pu lire pareille ânerie sur un site que je fréquente de temps à autres. Néanmoins, il avait en 1987 de quoi réveiller avant la chute irrémédiable dans la guimauve de tout ou grosse partie du rock. Il faudra au moins Gun’s N’Roses avec Appetite for destruction la même année pour faire un peu de ménage dans la cage aux folles...



Répondre à cet article

Vincent Ouslati





Il y a 2 contribution(s) au forum.

The Cult : "Electric"
(1/2) 3 juin 2014, par COSH
The Cult : "Electric"
(2/2) 6 mars 2014, par rteashop




The Cult : "Electric"

3 juin 2014, par COSH [retour au début des forums]

Excellent posting. Undoubtedly you are an expert when it comes to this writing. This is absolutely the first time I visited your site and to tell the truth it succeeds in making me visit here now and then.

key hole surgery in chennai

[Répondre à ce message]

The Cult : "Electric"

6 mars 2014, par rteashop [retour au début des forums]

I am very pleased by this post. Complete information on this post !!! I really like it. free video sharing site | free live friends chat site

[Répondre à ce message]