Pop-Rock.com



Simple Minds : "Sparkle in the rain"
Pour la gloire de l’Ecosse

dimanche 26 novembre 2006, par Albin Wagener

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Killing Joke : "What’s THIS for... !"
Serge Gainsbourg : "You’re under arrest"
Virgin Prunes : "...If I die, I die"
Spandau Ballet : "Diamond"
Noir Désir : "Veuillez rendre l’âme (à qui elle appartient)"
Duran Duran : "Duran Duran"
Alice Cooper : "Da Da"
Section 25 : "The key of dreams"
A-Ha : "Hunting high and low"
U2 : "The unforgettable fire"


Issus de Glasgow et des cendres du groupe punk Johnny & The Self-Abusers, les Simple Minds ont longtemps été assimilés à la vague post-punk expérimentale, notamment avec des albums comme Real to reel cacophony et l’inégalé Empires & Dance, toujours dans un style contemplatif, coincé entre les villes pluvieuses de l’Ecosse, la plénitude des highlands et les envies de voyages de Jim Kerr. Après leur seul album new wave, New gold dream 81-82-83-84, qui mélangeait à la fois atmosphères mélancoliques et traces de funk irrésistible, les Ecossais amorcent un autre virage.

Sparkle in the rain est précédé en 1983 par le single Waterfront, véritable hymne à Glasgow, la ville natale des Minds. L’album est produit par Steve Lillywhite et le son du groupe se rapproche ainsi des caractéristiques épiques que U2 aime à utiliser à l’époque ; peu de temps avant cet album, les Irlandais et les Ecossais avaient tourné ensemble dans toute l’Angleterre, se vouant un respect et une admiration mutuelle, allant même jusqu’à cultiver certaines similitudes - The Edge et Charlie Burchill font un emploi similaires des guitares, et les voix haut perchées de Bono et de Jim Kerr semblent scander des slogans profondément humains.

Une chose va pourtant différencier les deux groupes : alors que U2 vient du rock, les Simple Minds n’ont jamais cessé d’employer des méthodes expérimentales. C’est ainsi que Sparkle in the rain sera leur premier et dernier album de rock atmosphérique, sorte de célébration positive de tout ce que Jim Kerr pouvait observer à l’époque. Plutôt que de condamner ou de se lamenter, les Minds s’emploient à dégager une énergie sans pareil : la rythmique saccadée de Mel Gaynor sur Up on the catwalk donne une étrange dynamique à ce titre interrogateur sur les médias et les envies suscitées par les paillettes, et le fabuleux Kick inside of me est probablement un des morceaux les plus entraînants écrits dans les années 80. Quelques touches plus mélancoliques annoncent d’ores et déjà les amours progressives que l’on retrouvera plus tard sur Street fighting years : East at easter joue avec les images et Street hassle, la reprise de Lou Reed (avec qui les Minds flirteront sur l’album précité), apporte un côté reposant et presque rassurant, comme si Jim Kerr voulait rassurer les prisonniers involontaires des brumeuses cités britanniques.

D’autres titres conservent un mystère plus atypique que l’on retrouve toujours sur un album des Simple Minds et osent même quelques innovations : ‘C’ moon cry like a baby fait travailler Mick MacNeil et son orgue décalé, alors que l’héroïque White hot day joue encore un peu avec les reliques de la new wave tentée sur New gold dream. Au milieu de ces chansons qui respirent l’optimisme lumineux désormais caractéristique de ces précurseurs, les Simple Minds peignent pratiquement un autoportrait de ce qui restera à ce jour leur marque de fabrique musicale : les riffs de guitares imparables et victorieux de Charlie Burchill, le ton de la voix de Jim Kerr qui semble venir tout droit du cœur, comme chantant une manifestation contre les affres de l’existence, mais également la basse ronflante de Derek Forbes qui apporte aux titres un ressort rutilant et une énergie motrice qui fait des Simple Minds un groupe différent dans leur façon d’utiliser et d’harmoniser les intruments. Le tout empreint d’une naïveté délibérée, comme une tentative insolente de voir et de vouloir le bien.

Alors que U2 poursuit son ascension vers le succès, Sparkle in the rain confère aux Minds un statut de groupe plus introspectif mais également plus lyrique, avec un titre évoquant parfaitement ce que le combo de Glasgow souhaite faire passer : de l’espoir, de l’espoir et encore de l’espoir malgré la pluie, les ténèbres et tous ces fantômes qui nous perturbent. Tout ça quelques mois avant le tube interplanétaire Don’t you (forget about me), refusé tout d’abord par Jim Kerr et également par Bryan Ferry, avant d’être finalement adopté. Un tube qui ne représente absolument pas la verve de leur musique, un tube que le groupe n’avait même pas écrit.



Répondre à cet article

Albin Wagener





Il y a 9 contribution(s) au forum.

Simple Minds : "Sparkle in the rain"
(1/6) 2 avril 2014, par Astrid
Simple Minds : "Sparkle in the rain"
(2/6) 17 avril 2008, par Mac
Simple Minds : "Sparkle in the rain"
(3/6) 19 avril 2007, par marion
Simple Minds : "Sparkle in the rain"
(4/6) 19 décembre 2006
Simple Minds : "Sparkle in the rain"
(5/6) 19 décembre 2006, par fabio
Simple Minds : "Sparkle in the rain"
(6/6) 27 novembre 2006, par Fabb74




Simple Minds : "Sparkle in the rain"

2 avril 2014, par Astrid [retour au début des forums]

La musique des simple minds est sans pareil. Ce sont des musiciens vraiment talentueux ! Astrid du blog code promo sosh

[Répondre à ce message]

Simple Minds : "Sparkle in the rain"

17 avril 2008, par Mac [retour au début des forums]

SPARKLE IN THE RAIN c’est le début de la fin pour Simple Minds !
un seul titre à retenir de ce foutoir produit par Steve Lilliwhite, le lumineux White Hot Day. le reste n’est pas du tout inspiré et cette batterie beaucoup trop en avant me donne la nausée. ce groupe aura eu tout bon de 1979 à 82 (après, c’est une autre histoire.... moins glorieuse !)

[Répondre à ce message]

Simple Minds : "Sparkle in the rain"

19 avril 2007, par marion [retour au début des forums]

excellent album. J’aime tout leurs albums y compris real life qui ne fais pas l’unanimité pour certains. Mais je le trouve changeant avec de belles sonorités, une belle guitare aigüe, de très belles mélodies enfin plein de bonnes choses qui me transportent à chaque fois que je l’écoute. "sparkle in the rain" est un chef d’oeuvre, dommage pour moi j’aurai aimé avoir 20 ans à cette époque pour le découvrir dans un contexte musicale bien particulier et si riche. Malheureusement je n’avais qu’1 an mais heureusement que des de tels bijoux musicaux perdurent dans le temps pour tous ceux qui aiment la musique la vrai !!!!!!!!!!!!!!!!! merci pour l’article que j’ai lu avec beaucoup d’attention.

[Répondre à ce message]

Simple Minds : "Sparkle in the rain"

19 décembre 2006 [retour au début des forums]

Excellent article, rien à redire tout y est, et en premier lieu : la vérité.
A écouter et réécouter avec les autres albums clés comme Empires and dance ou Sons and Fascination.

Will.

[Répondre à ce message]

Simple Minds : "Sparkle in the rain"

19 décembre 2006, par fabio [retour au début des forums]

superbe article ,à la difference que pour moi leur dernier album atmospherique reste ngd ,sparkle avec ses coups de boutoirs renouent avec le rock innovant que l’on appelera rock heroique dont les minds sont les illustres précurseurs.
Aves street fightin years ,on revient ,c’est vrai à ce rock atmospherique

[Répondre à ce message]

Simple Minds : "Sparkle in the rain"

27 novembre 2006, par Fabb74 [retour au début des forums]

Très bonne critique d’un album rock indémmodable.

Le groupe Simple Minds est vraiment un combo à part. Novateur, expérimentaux, passionnés...les Minds font parti de ce qui se fait de mieux musicalement, leur dernier album "Black & White 050505" est là pour le prouver.

Bref, merci cette excellente déscription de "Sparkle in the Rain".

A posseder aussi : "Empires & Dances" ; "Once Upon A Time" ; "Live in the City of Light" ; "Good News from the next World" et enfin "Black & White 050505", je me retiens de tous les citer, l’ensemble de leur discographie étant très impressionnante, à part peut-être "Real Life" et "Neapolis" qui sont pour moi les moins réussi.

[Répondre à ce message]

    Simple Minds : "Sparkle in the rain"

    4 janvier 2007, par holyhour [retour au début des forums]


    Ha ! que c’est bon de lire un bel article sur ce groupe majesteux !
    à ajouter que la tournée pour cette album est peut-etre la meilleure de leur carrière ... THIS IS CALL ....SPEED YOUR LOVE TO ME !!!!!!!!!!

    [Répondre à ce message]

      Simple Minds : "Sparkle in the rain"

      13 septembre 2007, par Nobuko [retour au début des forums]


      Street Fighting Years est l’album le plus magique, féérique, somptueux et j’en passe des Simple Minds. Mandela Day est une chanson extraordinaire ! Real Life est un album sublime et très expérimental (j’ai du mal à comprendre qu’on ne puisse pas l’aimer ?). En fait, il est a constater que depuis Néapolis, Simple Minds retourne vers les expérimentations sonores et aussi aux origines de leur musique. Je pense que Simple Minds est l’un des grands groupes rock des années 80 qui demeure, encore aujourd’hui, incompris du grand public et des médias.

      [Répondre à ce message]