Pop-Rock.com



Los Jaivas : "Alturas de Macchu Picchu"
Des Andes et d’ailleurs

samedi 19 décembre 2009, par Vincent Ouslati

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Dead Kennedys : "Fresh fruit for rotting vegetables"
Serge Gainsbourg : "Love on the beat"
Simple Minds : "Once upon a time"
U2 : "October"
New Order : "Power, corruption and lies"
Kraftwerk : "Electric Café"
Midnight Oil : "Red sails in the sunset"
AC/DC : "Back in black"
Japan : "Tin drum"
Depeche Mode : "Speak & Spell"


Il ne me viendrait pas à l’esprit de ne parler uniquement que de musique sombre, violente, rapide, forgée à grands coups de blast, de gueuleries en pagaille et d’histoires de cadavres se buvant leur sang putréfié avec des pailles. Il est de bon augure d’aborder aussi des albums qui prêtent moins aux déchaînements qu’à l’apaisement. Alturas de Macchu Picchu fait partie de cette petite sélection qui n’est jamais bien loin de la platine, un de ces petits chefs-d’œuvres qui ne me quittent que rarement. Et qui à chaque écoute, me procure le même sentiment, soit un incommensurable plaisir.

Il aura déjà fait plusieurs fois le tour de la Terre en vinyle, puis en CD, puis désormais dans un bête format MP3. Et son auteur, ce sont Los Jaivas, groupe de folk/rock progressif du Chili, reconnus comme des demi-dieux dans leur pays et dans une bonne partie de l’Amérique Latine. En 1981, Los Jaivas ont déjà prêt de vingt années d’existence et une poignée d’albums au compteur. Quelques cons au petit Q.I. mais à la grande gueule iront les surnommer les "Pink Floyd d’Amérique Latine", qu’est-ce qu’il faut pas entendre, car le groupe de Viña Del Mar, si il est coupable de nombre d’expérimentations audacieuses, a surtout su mêler ses racines et sa musique, le progressif n’étant que le résultat de leur volonté de mélanger les genres. L’aspect "folklorique" (ce mot est d’une laideur...) sera encore très présent sur des albums tels que Canción del sur en 1978, mais c’est véritablement avec le monument de 1981 que Los Jaivas voient exploser leur reconnaissance mondiale.

Qu’est-ce que Alturas de Macchu Picchu ? C’est d’abord un texte, une lettre, la plus belle qui soit puisqu’elle est de la main de Pablo Neruda, extrait de l’œuvre du même nom, parue dans Canto general en 1950. Ce texte est parmi les plus beaux de son auteur, manifeste formidable sur le génie humain, sur les origines, la grandeur et la déchéance des peuples originaires d’Amérique Latine, sur la merveille et le symbole qu’il voit dans ce lieu magique (et désormais touristique) qu’est le Macchu Picchu au Pérou. Un tel écrit demandait une interprétation musicale à la hauteur du poème. Los Jaivas, loin de patauger dans un folklore trop évident, ont préféré offrir au texte un accompagnement musical parfaitement équilibré entre éléments originaires et fusion progressive, la variété d’instruments décelable sur ce disque est de fait impressionnante, passant aisément de la quena (flûte de pan) à la guitare électrique, du bombo (tambour) à la batterie.

C’est le producteur péruvien Daniel Camino qui, rendant visite au groupe alors résidant à Paris proposera ce travail sur les écrits de Pablo Neruda. Peu motivé sur le coup, les Chiliens finiront par se laisser convaincre et mettront neuf mois à mettre en musique leur plus belle création. Le texte sera découpé en neuf pièces, sans reprendre toutefois l’intégralité du poème, non adapté de prime abord à devenir une composition sonore.

Du tendre prélude de Del aire al aire à La Poderosa muerte de plus de 11 minutes entrecoupé d’un brillant solo de guitare, entrer dans la lettre de Neruda via cette musique si prenante est une expérience inoubliable. Bien loin de vieilles conneries pour gringos en mal d’altitude type "El condor pasa", cet album se détache de ses racines chiliennes sans les laisser pourrir, invite au mariage naturel d’avec le rock progressif d’un Jethro Tull ou les expériences de Tangerine Dream sur Ricochet, l’alchimie est fameuse, envoûtante, apaisante. Tout en douceur, mais pas mièvre. Les Jaivas ne tombent jamais dans une soupe romantique pourtant prisée sur le continent. Le chant léger et plaintif ne se détourne jamais vraiment du retour de sublimes joutes entre pianos et guitares, entre flûtes et batterie.

Les pièces majeures sont sans aucun doute La poderosa muerte et surtout Aguila sideral, évocation magique du vol d’un aigle dans les hautes cimes des Andes, batterie sourde mais omniprésente, guitare distordue, cette flûte qui s’empare des conduits auditifs au travers d’un fin nuage, d’une beauté confondante. Et lorsque la voix de Gato Alquinta se fait entendre, vague et modifiée, nous sommes depuis longtemps atteints d’un mal incurable, un amour profond s’empare de votre petit corps habitué à d’autres rythmes, d’autres sons.

La batterie très mise en avant de Antigua america réveille les auditeurs de la torpeur dans laquelle ils se lovaient avec bonheur, mais c’est pour en revenir à un solo de guitare riche, somptueux qui se charge de conclure le titre. Ensuite, que ce soit le dansant Sube a nacer conmigo hermano, inspiré du Joropo du Vénézuela, et la conclusion (Final) de cette petite merveille, rien ne semble long, rien ne parait pesant. Le succès fulgurant de ce disque sera mondial et permettra non seulement aux Jaivas mais aussi à l’ensemble de la musique chilienne et sud-américaine de traverser les océans et atteindre des ondes qui leurs étaient jusqu’ici fermées.

Je réécoute bien évidemment cet album tout en écrivant et ce sont les mêmes sentiments de plénitude et de simple joie qui traversent mes oreilles, cette impression que rien au monde ne pourrait m’apaiser de meilleure façon que ce disque inspiré, parfait, intelligemment mené, et dont la musique n’a rien d’équivalent ailleurs. Le meilleur album des Jaivas ? L’un des plus grands albums de tous les temps, en toute simplicité.



Répondre à cet article

Vincent Ouslati





Il y a 7 contribution(s) au forum.

Los Jaivas : "Alturas de Macchu Picchu"
(1/6) 9 septembre 2014, par karthick
Los Jaivas : "Alturas de Macchu Picchu"
(2/6) 30 août 2014, par inspace sotre
Los Jaivas : "Alturas de Macchu Picchu"
(3/6) 9 août 2014, par hinglemcott
Los Jaivas : "Alturas de Macchu Picchu"
(4/6) 11 juin 2014, par coshsudhan
Los Jaivas : "Alturas de Macchu Picchu"
(5/6) 6 mars 2014, par rteashop
Los Jaivas : "Alturas de Macchu Picchu"
(6/6) 19 décembre 2009, par Kics




Los Jaivas : "Alturas de Macchu Picchu"

9 septembre 2014, par karthick [retour au début des forums]

very good post you done. Very impressive to read this. Thanks for such kind information.

Arthroscopy Clinic in Chennai
Eye Clinic in Chennai

[Répondre à ce message]

Los Jaivas : "Alturas de Macchu Picchu"

30 août 2014, par inspace sotre [retour au début des forums]

Its nice. Very good information you sharing.

Super Market Rack
Slatwall Panel
Garments Display Stand

[Répondre à ce message]

Los Jaivas : "Alturas de Macchu Picchu"

9 août 2014, par hinglemcott [retour au début des forums]

You awesome. Its nice to see the kind of sharing. Good luck.

Skin Clinic in Chennai
Urology Clinic in Chennai

[Répondre à ce message]

Los Jaivas : "Alturas de Macchu Picchu"

11 juin 2014, par coshsudhan [retour au début des forums]

That’s is so impressive ; I am very pleased by this post. Complete information on this post !!! I really like it.

Gastro Clinic in Chennai | Key Hole Surgery in Chennai

[Répondre à ce message]

Los Jaivas : "Alturas de Macchu Picchu"

6 mars 2014, par rteashop [retour au début des forums]

I really liked this post. Cool. A good story. The author must be very talented. free online social networking sites in india | free video sharing site | free live friends chat site

[Répondre à ce message]

Los Jaivas : "Alturas de Macchu Picchu"

19 décembre 2009, par Kics [retour au début des forums]

Je le télécharge direct.

[Répondre à ce message]