Pop-Rock.com



Killing Joke : "What’s THIS for... !"
Les rituels qui tuent

samedi 26 septembre 2009, par Vincent Ouslati

DANS LA MEME RUBRIQUE :
The Jesus & Mary Chain : "Psychocandy"
Simple Minds : "Sons and fascination/Sister feelings call"
Click Click : "Rorschach testing"
Hüsker Dü : "New day rising"
Aerosmith : "Pump"
Front 242 : "Front by Front"
Duran Duran : "Duran Duran"
A-Ha : "Scoundrel days"
The Rolling Stones : "Dirty work"
Chris Isaak : "Silvertone"


Allez vous péter les dents à catégoriser Killing Joke, fous que vous êtes. Dès leur premier album en 1980, la "blague qui tue" tentait tout, touchait à tout, osait tout. C’est du punk, de la dance, du rock, du metal, le clown s’amuse à brouiller les genres, à perdre les rares qui le suivent. Si j’ai découvert Killing Joke par l’indus arabisant de Pandemonium, je dus reconnaitre la richesse incomparable du Killing Joke des années 80. Jamais ils ne seront aussi insaisissables qu’en cette décennie, et ceux qui se jugeront paumés par un premier méfait aussi fourni en nuances ne se rassureront pas en 1981 avec la parution de What’s THIS for... !

Killing Joke nait alors que la fin des dinosaures du hard est un fait accompli et que la seconde vague du punk surgit plus furieuse que jamais. Entre ces deux âges si incompatibles, Coleman et sa bande se font leur place, en marge de tout, se préoccupant d’inventer leur propre son avant de songer à plagier quiconque.

Les Killing Joke ont inventé une troisième voie, un chemin de traverse entre boursouflures rock et idioties punks, privilégiant un son lourd, des atmosphères étouffantes à l’instar de The fall of because, écrasant titre d’ouverture de ce second méfait. Moins déconstruits, mais pas moins téméraires lorsqu’il s’agit d’oser des compositions puissantes, bruyantes, dérangeantes. Car ce groupe dérange, de par sa rage sourde, de par ses rythmes presque dansants sur des braises éternellement rouges. Le bien nommé Tension y ajoute sa batterie se limitant à une frappe simpliste qui ne varie jamais, là est la tension par cet aspect continu, interminable qui fait espérer un break, un changement brusque qui ne vient jamais.

Le clown aime maltraiter ses adeptes, ne leur donnant jamais ce qu’ils espèrent, se plaisant à les fouetter jusqu’au sang, des adeptes masochistes, aimant souffrir, se lacérant le dos sur les cordes de Geordie Walker, écrasés par les baguettes de plomb de Big Paul. Killing Joke se fera bien entendu encore plus violent notamment dans les années 2000 avec des monstres tels que celui de 2003 ou le tout aussi pesant Hosannas from the basements of Hell trois ans plus tard. Mais ce sont là des albums de métal somme toute classique, différents de par le fait qu’ils sont des créations de Killing Joke bien sur, mais au demeurant assez peu innovants.

Alors que sur ce disque de 1981, non seulement le groupe est hors de tout cadre possible, mais il est même à des kilomètres de tout carcan capable de les classifier. Rien ici ne peut cataloguer tel univers. Oserait-on parler de post-punk alors qu’on y fourre vraiment n’importe qui ? Ce serait faire peu de cas du bouillon créatif que Coleman possède à la place du cerveau. Il faudrait alors les classifier dans les inclassables, les sans-étiquettes, libéré du bac à disques et éternellement hors des modes. La blague qui tue initiait un parcours parmi les plus passionnnants et déroutants de la musique contemporaine.

Plutôt que de les référencer comme un misérable petit bureaucrate, tentez de regarder les années 80 avec le son de Killing Joke, vous les verrez à coup sur bien différentes.



Répondre à cet article

Vincent Ouslati





Il y a 3 contribution(s) au forum.

Jeremy
(1/3) 28 mai 2015, par Jeremy
Killing Joke : "What’s THIS for... !"
(2/3) 9 décembre 2014, par Melanie
Killing Joke : "What’s THIS for... !"
(3/3) 17 mars 2010




Jeremy

28 mai 2015, par Jeremy [retour au début des forums]

Chaque mois je lis votre site web dans le but d’y consulter les derniers posts. Comme toujours, la qualité est vraiment bonne.

fiche metier consultant consultant web marketing fiche metier consultant consultant web marketing

consultant fiche métier consultant métier referenceur web seo france conseil seo vidéo métier consultant SEO seo france référencement naturel internet blog seo le métier de consultant french seo blog seo

[Répondre à ce message]

Killing Joke : "What’s THIS for... !"

9 décembre 2014, par Melanie [retour au début des forums]

Indeed, the group has established different genres of songs and were actually hit. - Naperville Cosmetic Dentists

[Répondre à ce message]

Killing Joke : "What’s THIS for... !"

17 mars 2010 [retour au début des forums]

Tiens, je l’avais laissé passer cette belle chronique du "What’s THIS for... !" de Killing Joke !!!
Effectivement, quel album inclassable ! tellement hors des modes et du temps !
Oui, leur premier opus avec Requiem et Wardance était fichtrement bon, mais cette seconde galette est encore plus noire, plus déroutante, plus monolitique, plus tribale, plus sauvage.....etc. tout n’est que superlatif pour qualifier cet OVNI.
Le flippant et magistral Unspeakable est peut-être le morceau qui résume le mieux ce disque étrange.
À l’image de sa pochette post-nucléaire, je dirais que ce 33t est une bombe !
Killing Joke en refera d’excellents bien sur, mais pas d’aussi singulier que celui là.

[Répondre à ce message]