Pop-Rock.com



Joy Division : "Closer"
Ultime médication

lundi 11 mai 2009, par Vincent Ouslati

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Chris Isaak : "Silvertone"
David Bowie : "Scary Monsters"
Van Halen : "1984"
Frankie Goes To Hollywood : "Welcome to the pleasuredome"
Prefab Sprout : "Steve McQueen"
Duran Duran : "Duran Duran"
Eyeless in Gaza : "Photographs as memories"
The Smiths : "The Queen is dead"
Samantha Fox : "Touch me"
Gary Numan : "Metal Rhythm"


Je broie du noir, j’ai la tendance gerbeuse en ce moment, pour cause d’une absence cruelle qui me vrille les tripes aussi sûrement que l’action de deux boutanches de Danzka. Ni envie de sortir, ni envie de festoyer sévère, je pratique la réclusion permanente et l’abstention d’une bonne partie des plaisirs terrestres.

Abstention par choix, parce que la souffrance supportable sur l’échelle de mes artères a quelque chose de presque bénéfique et quitte à déprimer, autant y aller fort. Souffrir me donne raison en quelque sorte, il me confirme dans mes désirs premiers, mes besoins primaires non assouvis. J’avais encore quelque espoir que ce vague trou dans l’âme s’estompe, que le temps passant, le manque se fasse moins virulent. Il ne s’estompe pas, il grandit, se fait gigantesque, monstrueux. Le trou absorbe toute l’énergie que je comptais conserver au chaud, il la bouffe, l’ingurgite et ne la rend plus. J’ai beau tenter quelques difficiles négociations, le néant gagne invariablement dans nos discussions, il trouve toujours le dernier mot, froid, qui clôt le débat et ferme la boite aux soupirs.

Lorsque rien ne va plus et tout fout le camp, j’ai coutume d’en revenir aux fondamentaux, un bon disque, un verre de whisky, et la noyade de tout le corps dans les vapeurs d’alcool. Le fondamental, c’est choisir le disque et, curieusement, je ne cherche jamais dans ces occasions un truc potache et couillon capable de me dérider. Je tape invariablement dans le plus glauque, le plus douloureux, comme pour compenser mon mal-être par le mal-être du chanteur, par la dureté de la musique. Je commence ma cure par Sleep with angels, hommage touchant de Neil Young à Kurt Cobain paru en 1994. Ça sent la sincère tristesse, Young y est touchant, angélique, mais ça ne suffit pas à combler mon propre traumatisme. Je mets ensuite Sopor Aeternus, Ultra de Depeche Mode, Un peu d’Alice In Chains, Mayhem, tout ce qui me semble suffisamment suinter la douleur et/ou la haine qui puisse panser la mienne propre.

Rien ne passe, verres sur verres, galettes après galettes, je m’épuise à rencontrer la paix par les oreilles, le tocsin de la bouteille vide se faisant pressant, je vais jusqu’à retrouver la marche funèbre de Chopin, en mp3, minable et inutile, même un martyr comme Chopin ne me fait aucun effet notable. Au désespoir de dénicher ma drogue, je me rappelle alors d’un disque, d’un groupe pour lequel je n’ai pas d’accointances particulières mais dont une chanson m’avait à une époque fait un effet terrifiant. La chanson était The eternal, un condensé de douleur et de morbidité comme jamais je n’ai pu en entendre pareil ailleurs, une lente procession macabre d’entre des tombes invisibles et pourtant présentes, un souffle aussi dérangeant que les odeurs de liquide d’embaumement de la morgue. La chanson se trouvait sur un disque qui s’appelait Closer, pochette au caveau, solennel, mortuaire, parfait.

Je ne me rappelais plus vraiment de Closer, je l’avais à peine écouté, seul The eternal m’avait donné suffisamment de frissons pour me déranger les neurones durablement. Mais cette nuit, Joy Division s’impose naturellement, Ian Curtis est de la trempe du malade idéal, le concurrent qui va s’affronter avec mes propres tourments. La recette est efficace, immédiate, aux premiers mouvements rythmiques d’Atrocity exhibition, aux premières vocalises malhabiles mais si sincères de Curtis, je pose le verre sur le sol, je ne tremble déjà plus autant. La souffrance ne se fait pas moins forte, mais elle se pare d’un linceul cotonneux, apaisant. Le mouvement déjà plus entraînant d’Isolation me rend un petit rictus sur les lèvres, je délaisse définitivement l’alcool pour m’envelopper dans ces vapeurs sonores glauques et superbes. Puis vient l’apothéose tragique dont j’avais besoin, l’ultime médication possible, cette trilogie du gros spleen, Twenty four hours, The eternal et Decades.

Ces minutes de tourment pur, cette déprime érigée en raison d’être me mettent en face de ma misérable petite dépression, de mes petits problèmes pathétiques, il ferme le chapitre de ma faiblesse, de ce sentiment de vide qui m’angoisse. Il le confine dans l’urne d’où il n’aurait jamais du sortir.

Closer n’est pas qu’un hymne à la souffrance, il est le refus d’une vie insupportable, et l’espoir d’un avenir ailleurs mais surtout pas ici. Il est curatif, capable de soigner vos petites douleurs par la souffrance véritable, celle qui fait d’un simple disque de musique un mausolée d’une effarante beauté.



Répondre à cet article

Vincent Ouslati





Il y a 11 contribution(s) au forum.

Oakley Sunglasses
(1/10) 21 juin 2012, par Oakley Sunglasses
Joy Division : "Closer"
(2/10) 26 avril 2012, par oakley outlet
Joy Division : "Closer"
(3/10) 12 mars 2012, par harrisp019
Joy Division : "Closer"
(4/10) 17 octobre 2011, par hogan shoes
Joy Division : "Closer"
(5/10) 1er avril 2011, par Mercuryal
Joy Division : "Closer"
(6/10) 18 mai 2009, par Pauline
Joy Division : "Closer"
(7/10) 16 mai 2009, par Jé
Joy Division : "Closer"
(8/10) 12 mai 2009, par gump
Joy Division : "Closer"
(9/10) 11 mai 2009, par sebastien
Joy Division : "Closer"
(10/10) 11 mai 2009, par Jimbo




Oakley Sunglasses

21 juin 2012, par Oakley Sunglasses [retour au début des forums]

Are you looking Oakley Multi Flak Jacket Sunglasses D-Red for a pair of stylish sunglasses for the first time online

[Répondre à ce message]

Joy Division : "Closer"

26 avril 2012, par oakley outlet [retour au début des forums]

One above accent that you all abrasion in there are oakley sunglasses oakley frogskins outlet/ on auction the balmy oakley outletacclimate and in abounding cases sometimes cheap oakley sunglass on sale/ oakley sunglasses on auction all through the winter are sunglasses.

[Répondre à ce message]

    Joy Division : "Closer"

    26 mai 2012, par wymaHCUAc [retour au début des forums]


    Corey hart, one of the true artist of our time. He awlyas did it his way and his is more about his family that all this hollywood bullsh..t. He is the best and will alway will be. I thank God he have us him and his body of work. I awlyas loved him and used his music to make it through my hard times.

    [Répondre à ce message]

Joy Division : "Closer"

12 mars 2012, par harrisp019 [retour au début des forums]

i happy to find your distinguished way of writing the post. QAA approved Now you make it easy for me to understand and implement the concept.gatwick meet and greetThank you for the post.read your maximum of posts and Sushi Recipes i always found them interesting and impressive.The knowledge shared by all the post are good enough to acquire the whole information about topic

[Répondre à ce message]

Joy Division : "Closer"

17 octobre 2011, par hogan shoes [retour au début des forums]

Take a look at the best Hogan shoes and range of hogan 2011 in the hogan shoes zone. There you will also find the best hogan mens shoes and hogan womens shoes. Moreover, you get to choose from a wide variety of colors and prices. Welcome to our hogan shoes zone, buy your hogan shoes pair right away ! You will not regret the choice you make.

[Répondre à ce message]

Joy Division : "Closer"

1er avril 2011, par Mercuryal [retour au début des forums]

les accents dramatiques de cet album n’ont pas d’équivalent dans l’histoire de cette musique qu’on appelle le rock...A ce niveau d’expression, les genres ne sont plus de mise. Intemporels et universels ne sont pas des mots trop forts pour exprimer le genre de sensations viscérales et de sentiments intimes que suscitent des titres comme "24 hours" ou "decades". Plus encore "the eternal" confine à l’idée de Dieu...Je ne suis pas croyant, mais pourtant, comme par certains vers de Rimbaud ou de Baudelaire, dans certains textes antiques, se révèlent des climats, des images mentales, des fissures donnant à voir subrepticement autre chose, d’inconnu et pourtant familier...des révélations indicibles...
Comme la photo de la pochette, une musique sèche, minérale, d’os noirs et de toile blanche, caverneuse et intense.
Un chef-d’oeuvre.

[Répondre à ce message]

Joy Division : "Closer"

18 mai 2009, par Pauline [retour au début des forums]

Cela fait 29 ans aujourd’hui que Ian Curtis est parti ... RIP

[Répondre à ce message]

Joy Division : "Closer"

16 mai 2009, par  [retour au début des forums]

Gonflé. Burné. Journalisme gonzo ?

[Répondre à ce message]

Joy Division : "Closer"

12 mai 2009, par gump [retour au début des forums]

eh bien garçon, malgré quelques maladresses, le texte est superbe.
tu es parvenu à pas mal définir ce que cette musique a de plus précieux, bravo : )

[Répondre à ce message]

Joy Division : "Closer"

11 mai 2009, par sebastien [retour au début des forums]

Dans ces cas là j’aime aussi le whisky....et "take it with me" de Tom waits qui m’arrache les dernières larmes afin de faire place à cet etrange sourire satisfait...

Ton texte est superbe.

[Répondre à ce message]

Joy Division : "Closer"

11 mai 2009, par Jimbo [retour au début des forums]

Un frisson m’a parcouru l’échine de la première à la dernière ligne ! Un superbe hommage.

[Répondre à ce message]