Pop-Rock.com



Heaven 17 : "Penthouse and pavement"
Frustration

lundi 23 novembre 2009, par Jérôme Delvaux

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Frankie Goes To Hollywood : "Welcome to the pleasuredome"
Peter Murphy : "Should the world fail to fall apart"
Black Sabbath : "Born again"
Kraftwerk : "Electric Café"
Jah Wobble : "Betrayal (The Legend Lives On...)"
The Cult : "Sonic Temple"
Front 242 : "Front by Front"
The Durutti Column : "L.C."
Japan : "Tin drum"
Tears For Fears : "Songs from the big chair"


Yuppie : acronyme de Young Urban Professional. Terme anglophone typique des années 1980, il définit les jeunes cadres et ingénieurs de haut niveau évoluant dans les milieux de la haute finance et habitant le cœur des grandes capitales occidentales. D’abord forgé par des sociologues, afin de nommer cette population à l’existence inédite, puisque défrayant le schéma générationnel classique en termes de pouvoir, visibilité, poids économique, « yuppie » devient aussi un terme péjoratif (un peu comme « bobo »), désignant les jeunes ambitieux cyniques, faire-valoir du capitalisme dans sa version la plus inégalitaire, obsédés par l’argent et la réussite, amoraux, matérialistes à l’extrême. Un terme équivalent, qui contient aussi la connotation années 80 du terme yuppie, serait en France la figure du Golden Boy. (Définition de Wikipedia.fr)

Ce soir, au bar à sushis près de la Bourse, Voskoboinikov, à bout de frustration, a demandé aux filles si elles pouvaient citer une des dix provinces belges. Alexandra et Clarisse ont trouvé Bruxelles. Sarah n’a rien répondu. Albane n’était pas très sûre d’elle, mais elle a finalement trouvé… les Ardennes. Albane croyait que les Ardennes étaient une province. Ahuris, Voskoboinikov et moi lui avons assuré que c’était bien le cas.

- En fait, il est facile de trouver une bonne fourrure, déclare Albane, d’une voix lente. Depuis qu’un plus grand nombre de créateurs de prêt-à-porter a investi le champ de la fourrure, l’éventail s’élargit, car chaque créateur sélectionne ses propres peaux, afin de donner une individualité à sa collection.
- Tout cela est effrayant, dit Clarisse, frissonnante.
- Il ne faut pas être timorée, dit Alexandra. La fourrure n’est guère qu’un accessoire. Il ne faut pas se laisser impressionner par elle.
- Un accessoire, mais un accessoire de luxe, fait remarquer Clarisse.
- Quelqu’un a-t-il déjà écouté le premier album de Heaven 17 ? C’est un groupe anglais formé par deux anciens de Human League. Non, personne ? C’est un disque composé de deux faces bien distinctes : la première est pop et funky, l’autre plus électronique et expérimentale, dis-je à la ronde, hochant la tête.
- Il ne faut pas se laisser intimider par la fourrure, dit Voskoboinikov. Il me jette un coup d’œil et ajoute, l’air absent : « Effectivement, la face B du disque est totalement stupéfiante. Sur Let’s all make a bomb et The height of the fighting, il y a plein de sons précurseurs de la house, voire même de la new-beat. Il faut faire écouter ça à tes jeunots du club au canal, là, ceux qui pensent que Prodigy a inventé la musique électronique. »
- La fourrure est un accessoire de luxe, insiste Clarisse.

La serveuse réapparaît, posant les verres de saké, ainsi qu’un imposant sorbet au pamplemousse. Voskoboinikov baisse les yeux, clignant des paupières : « Je n’ai pas commandé ça ».
- Si, dis-je. Dans ton sommeil. Tu as commandé ça dans ton sommeil. Tu te revoyais sans doute, jeune et beau, en train de danser transpirant de coke sur Play to win.
- Non, non, fait-il, incertain.
- Je le mangerai, dis-je. Tais-toi et écoute. Je tape bruyamment des doigts sur la table, repensant à l’intro presque kraftwerkienne de Geisha boys and temple girls, un morceau qui m’obsède depuis plusieurs jours.
- Clarisse : Karl Lagerfeld, sans problème.
- Sarah : Pourquoi ?
- Albane, allumant une cigarette, bien que ce soit formellement défendu : Evidemment, il a dessiné la collection Fendi.

Je tente d’en placer une : Vous connaissez probablement Human League pour leurs singles de synth-pop des années 80, Don’t you want me, etc. Leurs deux premiers albums n’ont absolument pas marché mais proposaient quelque chose de totalement différent, plus osé et donc moins accessible. Plus proche de Fad Gadget que d’Abba, en somme. Les deux claviéristes, Ian Craig Marsh et Martyn Ware, lorsqu’ils sont partis former Heaven 17, souhaitaient initialement continuer dans cette veine-là. Mais sous l’impulsion du chanteur, Glenn Gregory, ils ont également introduit dans leur musique ce qu’il convient d’appeler du funk blanc.

- Clarisse, cessant de ricaner : J’aime bien l’agneau de Mongolie mélangé à la taupe, ou… Cette fameuse veste de cuir doublée d’agneau de Perse.
- Albane : Que penses-tu de Xavier Delcour ?
- Clarisse, considérant la question : Le noir des pieds à la tête, mmmmm… sans plus.
- Alexandra : Mais il fait des choses extraordinaires en agneau du Tibet.

Je pense aux membres de Heaven 17, semblables à de jeunes banquiers, en costumes-cravates, sur les photos promos de l’époque - le début des années 80. Et dire que certains yuppies n’ont pas compris le second degré et ont cru, à tort, que ce disque était fait pour eux.

- Clarisse : Et Véronique Branquinho ?
- Albane, secouant la tête : Non, non, trop ébouriffé.
- Alexandra, hochant la tête : Trop gamine.
- Sarah : Cela dit, Edouard Vermeulen a de merveilleux ventres de lynx de Russie.
- Clarisse : Et n’oublie pas Dries Van Noten. Ses hermines blanches, c’est le paradis !
- Vraiment ? Fais-je, les lèvres retroussées en un rictus de dépravation. Le paradis ? Savez-vous qu’en anglais, cela se traduit par Heaven ?
- Le paradis, répète Clarisse, affirmative pour la première fois depuis le début de la soirée.
- Je pense que tu serais adorable, en, oh, en Xavier Delcour, Voskoboinikov, fais-je d’une voix aiguë, plaintive, posant sur son épaule un poignet indolent. Il s’est rendormi, ça n’est pas la peine. Je retire ma main en soupirant.

J’ai le CD dans la Saab. Je lui jouerai (We don’t need) This fascist groove thang sur le chemin vers la boîte, ça devrait le réveiller, me dis-je.

- Mais c’est John, fait Albane, dévisageant à une table voisine une espèce de dandy juif nonchalant, doté d’une coiffure soigneusement négligée et d’un costume Olivier Strelli apparemment taillé sur mesures.
- Clarisse se retourne pour s’en assurer : Mais je croyais qu’il était en France, en tournée avec son groupe.
- Non, en Wallonie, dit Albane. Pas en France.
- Ah ouais, fait Clarisse. Tu en es certaine ?
- Ouais. En fait, la tournée est terminée, dit Albane d’un ton extrêmement hésitant. Elle cligne des paupières. « En fait, ils préparent un nouvel album. » Elle cligne de nouveau des paupières. « En fait, je crois qu’il est terminé depuis l’an dernier. » Toutes posent sur la table voisine un regard indifférent puis se retournent vers nous, et leurs yeux tombent sur Voskoboinikov endormi. Clarisse se tourne vers Albane avec un soupir : « Crois-tu que nous devrions aller lui dire bonjour ? »



Répondre à cet article

Jérôme Delvaux





Il y a 13 contribution(s) au forum.

Heaven 17 : "Penthouse and pavement"
(1/10) 14 novembre 2014, par kevinnalexx
Heaven 17 : "Penthouse and pavement"
(2/10) 7 octobre 2014, par kevin
Heaven 17 : "Penthouse and pavement"
(3/10) 3 octobre 2014, par blackmagicstudio
Heaven 17 : "Penthouse and pavement"
(4/10) 9 septembre 2014, par karthick
Heaven 17 : "Penthouse and pavement"
(5/10) 30 août 2014, par inspace sotre
Heaven 17 : "Penthouse and pavement"
(6/10) 23 août 2014, par InspaceStore
Heaven 17 : "Penthouse and pavement"
(7/10) 11 juin 2014, par coshsudhan
Heaven 17 : "Penthouse and pavement"
(8/10) 23 novembre 2009, par debbie pinson
Heaven 17 : "Penthouse and pavement"
(9/10) 23 novembre 2009, par Un ex rédac chef qui aimait bien Heaven 17, en 1983
Heaven 17 : "Penthouse and pavement"
(10/10) 23 novembre 2009




Heaven 17 : "Penthouse and pavement"

14 novembre 2014, par kevinnalexx [retour au début des forums]

Good Information. Very Useful Thank You.

chennai to shirdi tour packages by flight

[Répondre à ce message]

Heaven 17 : "Penthouse and pavement"

7 octobre 2014, par kevin [retour au début des forums]

A lot of good information available ! Thank you !!!

Home Automation
Industrial Automation
Electrical Control Panel

[Répondre à ce message]

Heaven 17 : "Penthouse and pavement"

3 octobre 2014, par blackmagicstudio [retour au début des forums]

Very Informative. Good to read. Thank You.

best tattoo studio in chennai

[Répondre à ce message]

Heaven 17 : "Penthouse and pavement"

9 septembre 2014, par karthick [retour au début des forums]

very good post you done. Very impressive to read this. Thanks for such kind information.

Nephrology Clinic in Chennai
Palliative Care in Chennai

[Répondre à ce message]

Heaven 17 : "Penthouse and pavement"

30 août 2014, par inspace sotre [retour au début des forums]

Its nice. Very good information you sharing.

Retail Store Fixtures
Super Market Rack

[Répondre à ce message]

Heaven 17 : "Penthouse and pavement"

23 août 2014, par InspaceStore [retour au début des forums]

This is a great information you sharing which is very useful for lot people and it will also help for many people.

Supermarket Rack
Slatwall Panel
Human Mannequins

[Répondre à ce message]

Heaven 17 : "Penthouse and pavement"

11 juin 2014, par coshsudhan [retour au début des forums]

I’m really excited about it because of this post. It ’s really amazing and eye-catching. Author would be really fabulous.

Neuro Clinic in Chennai | Obesity Clinic in Chennai

[Répondre à ce message]

Heaven 17 : "Penthouse and pavement"

23 novembre 2009, par debbie pinson [retour au début des forums]

Comme tout le monde à l’époque, j’avais connu Let Me Go vers 1982-83. Puis, à l’instar de leurs collègues synth-pop, ils avaient dilué leur force en courant un peu piteusement après les hits et je m’étais tourné vers des artistes qui avaient gardé des sonorités plus sombres comme Neon Judgement, le DM de Construction Time Again, Daf, Fad Gadget, À Grumh ; Front 242 et surtout Kraftwerk.

Mais c’est bien de réhabiliter cet album qui est intéressant et sans doute leur meilleur. Je ne leur connaissais pas ce côté afro-funk, très présent sur le morceau Penthouse & Pavement. On dirait presque du Shaka Khan avec un guest singer.

J’en ai reperé comme ça sur youtube deux ou trois autres qui feraient bien frétiller les trentenaires nostalgiques dans les soirées de poseurs : une version maxi de Play To Win, bien disco, et puis celle-là, dont je serais devenu dingue si j’avais connu ça à l’époque de Freez :-)

[Répondre à ce message]

Heaven 17 : "Penthouse and pavement"

23 novembre 2009, par Un ex rédac chef qui aimait bien Heaven 17, en 1983 [retour au début des forums]

En Amérique et en littérature, Bret Easton Ellis.

Sur Pop-Rock, la version gembloutoise : Klette Rouston Pénis, alias JD.

[Répondre à ce message]

    Heaven 17 : "Penthouse and pavement"

    23 novembre 2009, par Humphrey [retour au début des forums]


    Je sais pas ce qu vous avez tous avec ce Bret machin indigeste et chiant comme une pluie d’autofictions françaises.

    Florilège : « Chloé et moi nous sommes allés à L.A. en septembre dernier pour des raisons que nous n’avons jamais réussi à éclaircir, même si en y repensant cela avait à voir, je crois, avec une tentative de sauvetage de notre relation et le fait que Chloé devait être une présentatrice des MTV Awards, événement dont je ne me souviens absolument pas, si ce n’est le bavardage sur l’oscar, le bavardage sur Frieda Kahlo, le bavardage sur M. Jenkins, le bavardage sur la taille de la bite de Dweezil Zappa, Sharon Stone en pyjama, Edgar Bronfman Junior serrant Chloé de prés, deux Jujyfruits seulement dans la boîte que je tenais pendant la cérémonie où je n’ai cessé de planer, et en fait c’était vraiment Cindy Cindy Cindy et sur chaque photo de moi imprimée –dans W, dans US, dans Rolling Stone – je tiens la même bouteille d’Evian à moitié vide. »

    Je tire cette gerbe de Gerborama, qui m’est tombé des mains y’a 10 ans, précisément à cette page 106 de l’édition 10/18 (sur 537…), y’a encore le ticket de trom dedans qui fait foi…
    Et pattin-couffin. Passionnant. Même la bite à Truc m’a pas retenu. Pure puke of shitty names… Me demande tiens si je ne préférais pas lire l’ex-rédac-chef !
    Encore que, quand il avoue avoir aimé Heaven 17 (How men are, c’est celui-là ?), ben il me navre.

    [Répondre à ce message]

Heaven 17 : "Penthouse and pavement"

23 novembre 2009 [retour au début des forums]

http://jerome.delvaux.net

Commentaire de Yû après avoir lu ladite chronique de Heaven 17 (dont je suis assez fier, pour une fois) :

Ils vont penser à East 17, se dire que t’es un pauvre type, passer leur chemin.

Que c’est dur d’être lu par des cons…

[Répondre à ce message]