Pop-Rock.com



Front 242 : "Politics of pressure"
You’re in the army now

lundi 25 février 2008, par Jérôme Delvaux

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Def Leppard : "Hysteria"
D.A.F. : "Alles ist gut"
Black Sabbath : "Born again"
The The : "Mind Bomb"
Frankie Goes To Hollywood : "Welcome to the pleasuredome"
Cocteau Twins : "Garlands"
Samantha Fox : "Touch me"
Henry Rollins : "Hot Animal Machine + Drive By Shooting EP"
Suicide : "Second album"
The Chameleons : "Script of the bridge"


Front 242, le plus illustre des groupes belges, a sorti relativement peu d’albums studios (sept en vingt-six ans de carrière), mais sa discographie renferme bien d’autres perles à côté desquelles il serait sot de passer. On pense à des albums live, des compilations de remixes, des maxis, mais aussi plusieurs E.P. Le 4 titres Politics of pressure, sorti en 1985, compte parmi les plus intéressants du lot.

Ne fût-ce que par son visuel, Politics of pressure aura contribué à donner à Front 242 son image virile, militariste et, disons-le, fascisante. A cette époque, les membres du groupe apparaissent sur scène et sur les photos de presse en tenue de combat, avec gilets pare-balles, bottines et lunettes noires, ce qui ne manque pas d’alimenter les fantasmes les plus saugrenus quant à leurs opinions politiques - tout comme la coupe de Richard 23, qui rappelle inévitablement l’ex-G.I. dément campé par Robert De Niro dans le mythique Taxi Driver de Scorsese. Seul Daniel Bressanutti, le génial compositeur/producteur, reste en retrait en public, s’estimant sans doute trop peu photogénique, et peut-être trop âgé (il a 32 ans au moment des faits, soit presque dix ans de plus que Richard, le cadet de la bande).

La première plage, Commando (Remix), reste sans conteste la bande-son la plus représentative de cette époque si particulière. Le morceau de base est déjà bien connu des fans, et pour cause : il faisait partie du track-listing du E.P. No comment paru un an plus tôt. Sensiblement plus courte (mais dépassant toujours les neuf minutes), la version de Commando proposée sur Politics of pressure enfonce tout simplement la précédente. Daniel B. et Patrick Codenys ont pris le temps de la retravailler en profondeur, et cela se sent. La rythmique est plus tendue, les programmations électroniques plus consistantes et de nouvelles vocalises guerrières ont été ajoutées. L’ensemble parait moins froid et plus habité, si bien qu’on se laisse très vite prendre au jeu et qu’on se retrouve à hurler « This is the warning ! There is an emergency ! Enemies are watching ! » peu importe que l’on écoute le morceau à la maison, en voiture ou en rue (effet garanti).
Le fameux single No shuffle, lui aussi précédemment paru sur No comment, a été enrichi de manière comparable. Les sons utilisés sont sensiblement différents et le résultat est moins basique, plus affiné. Plus dansant, aussi. L’apport des vocalises de Richard 23, qui répondent aux lignes de chant glaciales de Jean-Luc De Meyer, est mieux mis en valeur et l’ensemble en devient plus excitant. Encore reliftée à de multiples occasions (écoutez donc les versions de Live target et plus encore de Re-Boot), cette chanson demeure, aujourd’hui encore, l’un des plus grands classiques du répertoire live de Front 242.

Don’t crash, bombe pour dancefloors aux allures de single en puissance, ne fait pas tache à côté de ces deux classiques. Synthés incisifs, percussions martiales, chant hargneux, refrains fédérateurs, ce titre a tout pour plaire au fan d’EBM de base. Il n’y a ici rien de révolutionnaire, mais suffisamment que pour mettre sans dessus dessous n’importe quelle fosse de salles de concerts où Front fera escale.
Quatrième et dernière plage, Funkahdafi voit Bressanutti et Codenys exploiter à nouveau des samples de discours de personnalités. Après l’évangéliste américain de No angst et Welcome to Paradise, c’est ni plus ni moins que le Colonel Mouammar Al-Kadhafi, chef suprême de la Lybie depuis 1970, qui sert d’inspiration à une plage semi-instrumentale résolument musclée. Dans le contexte politique extrêmement tendu des années 80, ce ne sera pas du goût de tout le monde, et on reconnaît bien là l’esprit provocateur de Front 242.
Tout cela fait de Politics of pressure un disque peut-être pas aussi culte qu’Official version ou Front by Front, mais néanmoins une pièce indispensable de la collection de tout fan d’electro vintage qui se respecte.



Répondre à cet article

Jérôme Delvaux





Il y a 29 contribution(s) au forum.

Front 242 : "Politics of pressure"
(1/8) 12 juin 2013, par martinaa
Front 242 : "Politics of pressure"
(2/8) 29 mai 2013, par Ronaldo
Front 242 : "Politics of pressure"
(3/8) 28 février 2008
Front 242 : "Politics of pressure"
(4/8) 27 février 2008, par Jimbo
Front 242 : "Politics of pressure"
(5/8) 27 février 2008
Front 242 : "Politics of pressure"
(6/8) 26 février 2008, par Mika
Front 242 : "Politics of pressure"
(7/8) 26 février 2008, par dave
Front 242 : "Politics of pressure"
(8/8) 25 février 2008, par Jimbo




Front 242 : "Politics of pressure"

12 juin 2013, par martinaa [retour au début des forums]

George Harrison et Ringo 640-875 vce Starr ont créé quelques-uns des albums les plus importants de l’histoire de la examcollection 640-875 musique populaire. Mais aussi comment ils ont fini par se haïr et se déchirer. Geoff Emerick fut, au jour le jour, un témoin privilégié de leur complicité www.exam-collections.com/640-875-vce.html

[Répondre à ce message]

Front 242 : "Politics of pressure"

29 mai 2013, par Ronaldo [retour au début des forums]

tout comme la coupe de Richard 23, qui rappelle inévitablement l’ex-G.I.
Blogs Mass
Blogs Mesh
Blogs Mint

[Répondre à ce message]

Front 242 : "Politics of pressure"

28 février 2008 [retour au début des forums]

...les fantasmes les plus saugrenus quant à leurs opinions politiques.

Pas seulement ! "Meat Is Murder" (The Smiths, 1985) est une autre célébre illustration de cette ésthétique militarophile qui avait plus à voir avec les codes de la mythologie gay que partie(s) liée(s) avec le fascisme. Peu importe d’ailleurs que leurs commanditaires s’en défendent ou reconnaissent aujourd’hui leur opportunisme, les visuels demeurent, troublants a minima, et, même si monsieur Kaposi s’est employé à en bousiller une bonne part, il reste quelques survivants pour se souvenir de cette époque bénie où le pédé moyen n’écoutait pas Madonna (au pif) mais plutôt Laibach, Borghesia, Klinik, Cabaret Voltaire et 242 (au pif) -sans se douter que la vulgate hétérotte -avec 10 ans de retard, quite as usual...- chausserait également des Doc, mais pour sauter à pieds joints dans ces fables nazillonnes dont on aurez pu souligner ici, davantage, le caractère particulièrement spécieux (mais peut-être est-ce déjà fait, par ailleurs ?).

Soit, je force le trait ! C’est qu’il s’agissait, avant tout, de choquer l’infâme et dégoulinant babe, le bono-hystérique, de repeindre à l’anthracite ou en sépia toute cette merde FM couleur lait grenadine qui a fait dans l’intervalle tant de petits. Oserai-je suggérer qu’il fallait être trés bien introduit pour connaitre à l’époque de tels groupes, sans internet ?...

A propos, ou pas, quelqu’un sait-il ce que représente le gros plan du visuel de "From The Inside" (A Split Second, 1988) ? J’ai peur d’y voir encore midi à ma porte, et ma vue commence à baisser (l’ouïe ça va)...

[Répondre à ce message]

Front 242 : "Politics of pressure"

27 février 2008, par Jimbo [retour au début des forums]

La majeure partie des trous du c.. intervenant ici sont probablement des ados des nineties qui n’ont certainement pas compris que Front fait partie intégrante de la mouvance new wave, mouvement musical majeur des eighties, tout comme Simple Minds, pas assez chroniqué d’ailleurs, ainsi que DM, U2 et tant d’autres ! Et puis si les articles sur Front vous importunent tant allez sur d’autres sites, c’est pas compliqué !

[Répondre à ce message]

Front 242 : "Politics of pressure"

27 février 2008 [retour au début des forums]

Le plus illustre groupe belge est dEUS et puis c’est tout.
Que Delvaux arrête de nous les casser avec son fanatisme à 2 balles...

[Répondre à ce message]

Front 242 : "Politics of pressure"

26 février 2008, par Mika [retour au début des forums]

Putain on sait pas parler un peu d’autres groupes ici ??? Ca devient lourd Front 242 sérieux, c’est bon on a compris que Delvaux est fan, on peut passer à autre chose non ?

Tous les mois il revient l’article sur le Front bordel...

[Répondre à ce message]

    Front 242 : "Politics of pressure"

    26 février 2008, par Jimbo [retour au début des forums]


    C’est un site belge, et un peu de chauvinisme ne nous tuera pas par les temps qui courent, et tant pis si ça déplaît ! Quel groupe chez nous peut se targuer d’une si longue carrière ? Machiavel peut-être ? Faut avouer que du point de vue international, Front en impose et a été une source d’inspiration pour de nombreux bands ! Alors oui, du Front on en redemande.

    [Répondre à ce message]

      Front 242 : "Politics of pressure"

      28 février 2008, par Jim du Caire en Egypte [retour au début des forums]


      Là mon cher Jimbo, je me permets de te signaler la longue carrière d’un autre groupe belge et unique dans son genre les Gauff’s, non seulement ils sont connu à Liège, mais aussi du point de vue international, par exemple, en République Libre d’Outre-Meuse, Verviers, Spa, Herve, et la liste est longue.
      Et quel qualité dans leur jeu de scène, les costumes signé par les plus grands couturiers (Oxfam, les petits-rien, opération terre,...).

      [Répondre à ce message]

    Front 242 : "Politics of pressure"

    26 février 2008 [retour au début des forums]


    Vaut mieux ça qu’un article par mois sur Mika...

    [Répondre à ce message]

    Front 242 : "Politics of pressure"

    27 février 2008 [retour au début des forums]


    Sacrilège !!!!!! Comment oses-tu blasphémer ainsi sur le plus grand groupe de toute l’histoire de la musique ???
    Tu n’aimes pas Front 242 ?? Tant pis pour toi...Parce que içi, aucun mot contre ce groupe de ringards dégénérés qui se prennent pour des musiciens (remarque : il n’y a qu’eux pour croire ça) ne sera toléré.
    Heureusement que ce site existe pour parler d’eux parce que sur le reste des sites sérieux sur la toile, Front 242 est quasi inexistant...
    Et c’es très bien comme ça.

    [Répondre à ce message]

      Front 242 : "Politics of pressure"

      27 février 2008 [retour au début des forums]


      La réplique du parfait connard !

      [Répondre à ce message]

        Front 242 : "Politics of pressure"

        28 février 2008 [retour au début des forums]


        La confirmation de ce qui vient d’être écrit çi-dessus...
        Un peu léger comme argument...
        Enfin soit, tout le monde est libre d’avoir de la merde dans les oreilles.
        De temps en temps, un coup de conton-tige ne fait pas de tord et puis, ça ouvre des perspectives musicales insoupçonnées.
        Sans rancune !!

        [Répondre à ce message]

          Front 242 : "Politics of pressure"

          2 mars 2008, par debbie pinson [retour au début des forums]


          Ce sens inné de la provoc, ces étranges fautes d’orthographe comme cette manie de placer des cédilles en dessous des "ci"...le syndrôme du guitar héro qui aurait trop abusé de psychotropes durant sa jeunesse et qui écrit maintenant avec une conception toute particulière de la grammaire, suivant des codes et usant de signes caballistiques connus de lui seul.

          Tu ne te serais pas appelé Cartman dans une vie antérieure toi ?

          [Répondre à ce message]

Front 242 : "Politics of pressure"

26 février 2008, par dave [retour au début des forums]

Je rejoint là mon cher jimbo et je dirais meme plus quel tres grand moment musical

[Répondre à ce message]

Front 242 : "Politics of pressure"

25 février 2008, par Jimbo [retour au début des forums]

Un grand moment musical dans ma vie et aussi l’année où j’ai vu Front en scène pour la première fois !
23 ans déjà !

[Répondre à ce message]