Pop-Rock.com



Front 242 : "Front by Front"
Fascist groove

jeudi 29 mai 2008, par Jérôme Delvaux

DANS LA MEME RUBRIQUE :
David Bowie : "Tonight"
Bryan Ferry : "Boys and girls"
The Cult : "Electric"
The Psychedelic Furs : "The Psychedelic Furs"
The Cure : "Disintegration"
Simple Minds : "Sparkle in the rain"
Hüsker Dü : "New day rising"
The Smiths : "Meat is murder"
Arcadia : "So red the rose"
The Jesus & Mary Chain : "Psychocandy"


L’année 1988 a été particulièrement riche pour Front 242. En plus d’une tournée avec Depeche Mode dans les plus grandes salles européennes, le groupe belge a sorti un troisième album d’excellente facture, Front by Front, et décroché un hit mondial avec Headhunter. La tentation a parfois pu être grande dans le chef de certains de réduire cet album à ce seul single colossal, mais cela aurait indiscutablement été une très grave erreur...

Une très grave erreur, oui, car même si Headhunter reste aujourd’hui encore le single phare de la carrière de Front 242, l’album Front by Front contient bien d’autres pépites. De Until death (Us do part) à l’ironique Welcome to Paradise en passant par l’explosive Work 01 et la plus groovy Felines, ce sont dix titres d’une belle consistance que nous propose le quatuor bruxellois. On reste certes dans la même gamme de sons que sur Official version, mais les mélodies sont souvent plus riches, les refrains plus fédérateurs et les rythmiques plus entraînantes. On sent aussi que certaines idées ont été davantage exploitées. Le meilleur exemple est Welcome to Paradise, où Front reprend les samples des discours du prêcheur pentecôtiste Jimmy Swaggart où il les avait laissés sur l’album précédent. En effet, un extrait de sermon était utilisé en clôture d’Official version. Daniel Bressanutti va désormais plus loin en mettant en musique le prêche. Le refrain est connu : « Hey poor, you don’t have to be poor anymore. Jesus is here ! ». Et Richard 23 d’ajouter, sur scène, « Don’t tell the Devil ! ».

L’appel à la chasteté de l’évangéliste (« No sex until marriage ! ») est quant à lui suivi de samples de rires gras. Interprétée un peu trop au premier degré par certaines communautés, cette chanson vaudra pourtant au groupe un soutien inattendu de la part de mormons américains... On ne manquera pas d’établir ici un parallèle entre ces croyants pensant entendre en Welcome to Paradise un chant pro-religieux et les skinheads néonazis (ainsi que quelques journalistes idiots) qui ont cru voir en Front 242 un groupe fasciste. Ou comment la finesse est généralement inefficace face aux gens qui en manquent cruellement (de finesse). Au sujet de cette réputation de sympathie pour l’extrême droite, le choix de chanter Im Rhythmus Bleiben n’a rien arrangé. Ce rythme martial, ces percussions industrielles, ce chant énervé et ces paroles en allemand, voila de quoi mettre de l’eau au moulin des fumistes qui voient des nazis partout... Toujours est-il que le morceau fait systématiquement un malheur en concert, où l’invitation de Jean-Luc De Meyer de rester dans le rythme est toujours reçue cinq sur cinq par les fans. Ils ne restent pas davantage de marbre face à des petites perles comme l’implacable Circling overland, le plus dance First in/First out, ou encore l’instrumental new beat Blend the strenghts, autant de furieuses machines de guerre prêtes à mettre le chaos sur les pistes de danse et dans les fosses des salles de concert du monde entier.

Et puis bien sûr, il y a Headhunter, le tube intemporel du groupe, qui doit autant à la puissance de son rythme qu’à l’efficacité de son refrain : « One - You lock the target / Two - You bait the line / Three - You slowly spread the net / And four - You catch the man ». Imparable ! L’album en présente la version 3.0 (les deux précédentes sont sorties en maxi), sans doute la plus aboutie. Le single trônera pendant plusieurs mois en tête des charts alternatifs américains et Anton Corbijn, rien de moins que le vidéaste attitré de U2 et Depeche Mode, se chargera de la réalisation de son clip, à Bruxelles. Remixé un nombre incalculable de fois, Headhunter fera l’objet d’une compilation de dix-sept (!) versions chez Metropolis Records en 2000 (avec des remixes par Frontline Assembly, Apoptygma Berzerk ou encore Haujobb, soit des noms bien connus des amateurs d’electro et d’indus). En toute objectivité, cette chanson à elle seule aurait pu permettre à Front 242 de faire son entrée par la grande porte au panthéon des musiques électroniques. Le groupe a toutefois eu le bon goût de livrer son meilleur titre au sein d’un album réussi de bout en bout et qui, presque vingt ans plus tard, a acquis une dimension culte amplement méritée.



Répondre à cet article

Jérôme Delvaux





Il y a 33 contribution(s) au forum.

Regional news
(1/6) 7 avril 2014, par hema
Front 242 : "Front by Front"
(2/6) 1er juin 2013, par Swager
Front 242 : "Front by Front"
(3/6) 29 mai 2008, par HB
Front 242 : "Front by Front"
(4/6) 29 mai 2008, par Jimbo
Front 242 : "Front by Front"
(5/6) 29 mai 2008, par debbie pinson
Front 242 : "Front by Front"
(6/6) 29 mai 2008




Regional news

7 avril 2014, par hema [retour au début des forums]

Critic’s Rating : Cast : Sivakarthikeyan, Hansika, Vamsy Krishna, Sathish, Soori, Shaji Direction : K Thirukumaran Genre : Romance Duration : 2 hours 34 minutes Synopsis : Five friends meet a mystic in a forest who grants their wish —
Latest tollywood news online
Regional news

[Répondre à ce message]

Front 242 : "Front by Front"

1er juin 2013, par Swager [retour au début des forums]

ncore Haujobb, soit des noms bien connus des amateurs d’electro e
70-417 exam
70-457 exam
70-458 exam

[Répondre à ce message]

Front 242 : "Front by Front"

29 mai 2008, par HB [retour au début des forums]

"Ou comment la finesse est généralement inefficace face aux gens qui en manquent cruellement." Justement Delvaux : c’est qu’elle ne leur est a priori pas destinée ! Merci d’avoir (beaucoup mieux) souligné le caractère particulièrement spécieux de ces fables nazillonnes (c’était donc toujours pas fait le vilain)... Deux-Quat-Deux (je prononce comme ça depuis ma première Diane -enfin si je peux) dans leur undergoundité, z’en en avaient rien à fouetter des gens pas trés fins et cette certitude-là me contente.

Excellent album de 1988, talonné cette année par du body en veux-tu en voilà avec des Borghesia, Laibach, A Split Second, Click Click, FLA...qui me font penser que les sympathies pour le diable sont pas faites pour durer : le diable est toujours à la mode, alors donc il finit par se démoder...

[Répondre à ce message]

Front 242 : "Front by Front"

29 mai 2008, par Jimbo [retour au début des forums]

J’ai jamais aimé cet album, trop commercial ! Et puis j’me suis juré de plus intervenir sur les chroniques à polémiques rageuses !!

[Répondre à ce message]

Front 242 : "Front by Front"

29 mai 2008, par debbie pinson [retour au début des forums]

Je peux me tromper mais, dans mes souvenirs d’enfance, la propension du groupe à attirer les skins était déjà antérieure à ce Headhunter et plutôt liée à leur look ou, plus simplement, leur nom. Il faut dire aussi qu’on parle d’une époque où la médiatisation des mouvements néonazis faisait les grandes heures de la presse catastrophe (des C.C.C, des skins et des tueurs du brabant, c’était autre chose que des arabes et des pédophiles pour nous foutre les jetons !) et la proportion de bombers/combat shoes/crânes rasés par habitant était bien supérieure à 1/193 comme à Anderlecht aujourdhui. Et il faut dire aussi qu’avec Lou Reed, D.A.F, Joy Division, New Order ou A Certain Ratio, ils n’étaient pas les seuls à se donner un genre totalitaire. Mais personnellement je n’ai jamais compris quelles étaient leurs intentions, à tous ces groupes. Je me suis toujours demandé si, au delà de la provoc comme stratégie marketing, il y avait quelque chose à comprendre à travers toutes ces références fascistes.

[Répondre à ce message]

    Front 242 : "Front by Front"

    29 mai 2008 [retour au début des forums]


    "Je peux me tromper mais, dans mes souvenirs d’enfance, la propension du groupe à attirer les skins était déjà antérieure à ce Headhunter et plutôt liée à leur look ou, plus simplement, leur nom."

    L’article ne dit pas autre chose. Dans un papier antérieur ("Politics of Pressure"), l’auteur écrivait d’ailleurs "Ne fut-ce que par son visuel, Politics of pressure aura contribué à donner à Front 242 son image virile, militariste et, disons-le, fascisante. A cette époque, les membres du groupe apparaissent sur scène et sur les photos de presse en tenue de combat, avec gilets pare-balles, bottines et lunettes noires, ce qui ne manque pas d’alimenter les fantasmes les plus saugrenus quant à leurs opinions politiques - tout comme la coupe de Richard 23, qui rappelle inévitablement l’ex-G.I. dément campé par Robert De Niro dans le mythique Taxi Driver de Scorsese."

    [Répondre à ce message]

    Front 242 : "Front by Front"

    29 mai 2008 [retour au début des forums]


    A Certain Ratio pouvait difficilement passer pour un groupe raciste, avec son bassiste noir.

    [Répondre à ce message]

      Front 242 : "Front by Front"

      29 mai 2008, par debbie pinson [retour au début des forums]


      C’est pas vraiment la question. C’est juste que, fin 70 début 80, toute une série de groupes ont utilisé d’une manière ou d’une autre des références fascistes. Et je me demandais juste s’il y avait autre chose que de la provocation (payante) derrière tout ça. Pas que je croie qu’ils étaient nécessairement affiliés au club, je ne demande pas la carte de parti de chacun des musiciens, je cherchais plutôt une perspective artistique pour appréhender le pourquoi du brol, s’il y a une explication à trouver, hein, parfois c’est comme de demander à Justice pourquoi ils ont choisi un logo catho. Mais je te rassure tout de suite ça ne va pas m’empêcher de dormir. Et j’espère aussi que ça ne va pas me retenir tout l’après-midi non plus d’ailleurs.

      [Répondre à ce message]

      Front 242 : "Front by Front"

      29 mai 2008 [retour au début des forums]


      Oui mais A Certain Ratio tire aussi son nom d’une citation d’Hitler quant au pourcentage de sang juif à avoir dans les veines pour gagner un billet de train à destination de la Pologne.

      [Répondre à ce message]

        Front 242 : "Front by Front"

        29 mai 2008 [retour au début des forums]


        C’est d’un goût !

        Mais c’était propre aux groupes de la Factory. Joy Division fait allusion aux filles mises à disposition des SS dans les camps et New Order au "nouvel ordre mondial" dont rêvait Hitler.

        [Répondre à ce message]

          Front 242 : "Front by Front"

          29 mai 2008, par debbie pinson [retour au début des forums]


          Oui...et je me suis toujours bien demandé pourquoi, en gros. On en parle jamais, et les sites de fans ou les biopics semblent toujours éviter la question. Mais je ne suis pas là pour faire la chasse aux sorcières. D’ailleurs je m’en fous moi des nazis, c’est juste pour en apprendre un peu plus sur certains groupes que j’apprécie.

          [Répondre à ce message]

            Front 242 : "Front by Front"

            29 mai 2008 [retour au début des forums]


            C’était tout simplement la mode de l’époque, sans doute plus pour choquer leurs parents qui avaient connu la guerre qu’autre chose : A Certain Ratio, New Order, Joy Division et même Spandau Ballet sont tous des noms aux allusions nazies, les punks étaient couverts de croix gammées, Bowie a fait le salut hitlérien en 77... Ca devait sonner vintage, quoi, l’équivalent des noms tirés de jeux Atari aujourd’hui...

            [Répondre à ce message]

              Front 242 : "Front by Front"

              29 mai 2008, par debbie pinson [retour au début des forums]


              Mouais. Atari et le IIIè Reich, c’est pas exactement la même chose (quoique) mais soit. Pour en revenir à Front 242, le côté martial se retrouve jusque dans la musique : les beats, les voix scandées, les samples. Mais il n’y avait pas vraiment de concept derrière tout ça, un truc à comprendre, ou c’est moi qui...

              [Répondre à ce message]

              Front 242 : "Front by Front"

              30 mai 2008 [retour au début des forums]


              La mode, moui et... n’oublions pas qu’en cette période fin 70’s, les parents des ados qui écoutaient ces groupes avaient connus la seconde guerre mondiale. Un peu comme si dans 15 ans un groupe se faisait appeler 9/11, tower attacks, Ny Jihad ou que sais-je d’autre ? De la provoc’ ado quoi. Du marketing bien ficelé quoi.

              [Répondre à ce message]

                Front 242 : "Front by Front"

                30 mai 2008, par debbie pinson [retour au début des forums]


                Mmmm... si j’en crois vos explications, nous avons là 4 personnes qui ont passé 25 ans de leur vie à sortir une quinzaine d’albums conçus uniquement dans le but de suivre une mode et de faire peur à leurs parents. Je ne suis pas sûr d’être convaincu.

                [Répondre à ce message]

                  Front 242 : "Front by Front"

                  30 mai 2008 [retour au début des forums]


                  "albums conçus uniquement dans le but de suivre une mode et de faire peur à leurs parents."

                  Non, Debbie. Pas uniquement. Mais je pense que ça fait partie du "truc", de l’emballage marketing quoi.

                  [Répondre à ce message]

                    Front 242 : "Front by Front"

                    30 mai 2008, par debbie pinson [retour au début des forums]


                    "Pas uniquement". C’est justement ce que j’aurais aimé approfondir un peu. C’est pour ça que je m’étais fendu d’un commentaire à chaud en dessous de cette chronique titrée "fascist groove" qui m’avait un peu laissé sur ma faim à ce sujet là. Mais hier c’était hier et aujourd’hui en plus c’est vendredi.

                    [Répondre à ce message]

                      Front 242 : "Front by Front"

                      30 mai 2008 [retour au début des forums]


                      Et vendredi, c’est jour du poisson ;p
                      Bon week-end.

                      [Répondre à ce message]

                        Front 242 : "Front by Front"

                        31 mai 2008, par fabrice [retour au début des forums]


                        En ce qui concerne Joy Division, la provoc n’est pas à l’origine du nom.
                        Ils s’appelaient au départ Warsaw (en hommage au morceau Warszawa de Bowie/Eno sur Low).
                        Un groupe nommé Warsaw Pakt venant de sortir un album, ils durent changer rapidement de nom.
                        Il se fait qu’un des membres venait de terminer la lecture d’une nouvelle S&M intitulée "The House of Dolls" traitant de ces "divisions de joie". Dans le morceau "No Love Lost", Curtis reprendra des extraits de cette nouvelle de Karol Cetinsky.

                        [Répondre à ce message]

    Front 242 : "Front by Front"

    1er juin 2008, par debbie pinson [retour au début des forums]


    Ah ouais ? Je ne savais pas. Ca c’est de l’explication béton en tout cas, merci. D’ailleurs, c’est un documentaire qu’Anton Corbijn aurait dû réaliser plutôt que ce long film larmoyant que j’ai fini par regarder en fast forward (en m’arrêtant toutes les 2 minutes quand-même pour voir s’il n’y avait pas de morceau en illustration sonore, parce que le remastering waouuuu !!!)

    [Répondre à ce message]

      Front 242 : "Front by Front"

      1er juin 2008, par Jimbo [retour au début des forums]


      J’ai pas mal attendu avant d’y aller de ma petite rhétorique concernant Front. Je dirais plutôt que ces derniers, ont utilisé l’image para-militaire pour une question d’efficacité, de martialité(comme leur musique) et rien d’autre, quant à ce qu’il en est des propos fascistes entretenus par toute la foultitude de groupes cités ici... ? Un concert de Front a d’ailleurs été interrompu pour cause de salut facho parmi les spectateurs. Ce qui est certain, c’est que Front ne laisse personne indifférent et "ça" c’est signe de reconnaissance !!

      [Répondre à ce message]

Front 242 : "Front by Front"

29 mai 2008 [retour au début des forums]

Ca n’intéresse personne tes louanges de Front Deux Cent Quarante Deux...
Et c’est tant mieux, d’ailleurs...

[Répondre à ce message]