Pop-Rock.com



Duran Duran : "Big thing"
Bigger than life

dimanche 30 mai 2010, par Jérôme Delvaux

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Dead Kennedys : "Fresh fruit for rotting vegetables"
Anne Clark : "Joined up writing"
Depeche Mode : "A broken frame"
Los Jaivas : "Alturas de Macchu Picchu"
The Durutti Column : "L.C."
David Bowie : "Scary Monsters"
Camouflage : "Methods of silence"
Alain Chamfort : "Amour, année zéro"
Bruce Springsteen : "Nebraska"
Virgin Prunes : "...If I die, I die"


Une simple écoute de Big thing, et c’est le Duran Duran de la grande époque qui resurgit, celui du nightclubbing érigé en art de vivre, des tournées des stades, des romances à court terme avec des actrices et des cover-girls de magazines de mode. Duran Duran, sa vie, son œuvre, synthétisées ici, rien que pour vous, en une quarantaine de minutes.

J’ai toujours eu des difficultés à comprendre l’immense succès récolté par Duran Duran durant (ha ! ha !) les années 80. Non qu’ils étaient plus mauvais que la moyenne des groupes à succès de l’époque, mais ils ne leur étaient pas non plus particulièrement supérieurs. Et, avec plus de septante-cinq millions d’albums vendus, Duran Duran se classe pourtant parmi les plus gros vendeurs de toute l’histoire de la pop estampillée "new wave", seulement surpassé par des formations comme U2 et, de peu, Depeche Mode. Mais trêve de considérations financières (la marge bénéficiaire leur étant de toute façon passée par les narines depuis belle lurette), partons du principe que nous sommes en 1988, qu’on est là pour s’éclater, dragouiller pathétiquement des blondasses peroxydées tout de soie vêtues dans les boîtes de nuit, et picoler du champagne sur le yacht de Simon.

Dans cet esprit, il y a en effet de quoi danser et festoyer en belle compagnie sur le pont du capitaine Le Bon : Big thing, All she wants is, Drug (It’s just a state of mind), Do you believe in shame ?, I don’t want your love... On peut même dire sans trop se mouiller qu’il s’agit selon toute vraisemblance d’un des sommets de la pop-funk anglaise, telle qu’elle se devait d’être à l’époque. Pas de technique éblouissante, pas de réflexions profondes sur l’humanité, juste de la pop sexy, canaille et hédoniste, pour un public qui n’en demandait de toute façon pas davantage. Question contenu, il est clair qu’il n’y a pas grand-chose : tout l’album semble fonctionner sur deux neurones. Tout au plus All she wants is surfe-t-elle de façon originale sur la vague house émergente dans les clubs à l’époque... De toute manière, l’idée d’un Duran Duran empreint de gravité paraît presque aussi incongrue que celle d’un Joy Division festif.

Duran Duran sortirait encore un best-of à succès (Decade), avant d’être impitoyablement balayé par la vague grunge, et réduit à devoir hanter les clubs au lieu des stades. Eux qui avaient compris à la perfection quel était le profond désir de fun et de débauche de la majeure partie du public new wave des années 80, se retrouvèrent finalement démunis face à une vague de jeunes formations qui venaient triturer le mal-être de leur génération et refusaient avec la dernière énergie ce mode de vie bigger than life sur lequel Duran Duran ne cessait de badiner. La fin d’une belle histoire ? On n’ira tout de même pas jusqu’à dire ça...



Répondre à cet article

Jérôme Delvaux





Il y a 17 contribution(s) au forum.

Duran Duran : "Big thing"
(1/6) 22 avril 2014
Duran Duran : "Big thing"
(2/6) 19 janvier 2011
Duran Duran : "Big thing"
(3/6) 8 juin 2010, par nericj
Duran Duran : "Big thing"
(4/6) 1er juin 2010, par Phil Danstachambre
Duran Duran : "Big thing"
(5/6) 31 mai 2010
Duran Duran : "Big thing"
(6/6) 30 mai 2010




Duran Duran : "Big thing"

22 avril 2014 [retour au début des forums]

Very nice and impressive style of writing I really appreciate your thoughtful writing you are such a great writer in future.
buy durable stable mats

[Répondre à ce message]

Duran Duran : "Big thing"

19 janvier 2011 [retour au début des forums]

Juste envie de répondre, en lisant ces lignes, que eux ils sont toujours là ! La musique n’est pas si importante que ça si ce n’est pour des ados en mal de reconnaissance...Duran duran est un grand groupe tout comme bauhaus, U2, Cure ou simple minds...Ils sont différents dans leurs sensibilités c’est juste une question de gout...Il n’y a pas de mal à écrire une chanson sombre comme un titre plus festif non ? Et avant de parler d’un artiste faut juste connaitre ces disques et non pas survoler les hits radio très réducteurs...Avec du recul on s’apperçoit mieux de la valeur d’un album ou d’un groupe.
Enfin, joy division ça fait bien de dire qu’on aime...oui le côté tragique de la mort du chanteur je présume mais à part quelques morceaux leurs "rares" albums m’ennuyent grave ! Sombre oui mais pas par overdose ! la vie est belle et "All you need is now" !

[Répondre à ce message]

Duran Duran : "Big thing"

8 juin 2010, par nericj [retour au début des forums]

Pourquoi eux, alors qu’ils ne sortaient pas nettement du lot ? ?
Peut-être la saturation de diffusion de leurs vidéos, qu’on voyait partout, qui se distribuaient en cassette, c’était ce vecteur qui les a emmener au sommet des ventes. Tu y rajoutes une équipe style pré-"boys band" et voila le travail : c’est du bon bizness ! !

[Répondre à ce message]

Duran Duran : "Big thing"

1er juin 2010, par Phil Danstachambre [retour au début des forums]

Pas un grand fan des Dupont, mais ils ont quand même quelques morceaux qui tuent. En l’ocurence sur ce disque c’est All she wants is.
On l’oublie, mais la new-wave, ce n’est pas que des groupes dépressifs. C’est tout le paradoxe des 80’s, une décennie où l’on a entendu les choses les plus sombres comme le Pornography de The Cure, ou le Coser de Joy Division, mais aussi les choses les plus dansantes comme nos Duran qui dans ce domaine n’étaient pas les moins doués (et avec des mélodies en +).

[Répondre à ce message]

    Duran Duran : "Big thing"

    3 juin 2010 [retour au début des forums]


    "On l’oublie, mais la new-wave, ce n’est pas que des groupes dépressifs".
    ah ouais, mais tu vois le problème c’est que Duran Duran n’est pas de la new wave, c’est de la soupe ! ....et puis vos éternelles références niou_ouaive avec Cure, Joy Division, Simple Minds et compagnie, ça commence à bien faire !
    pourquoi ne parle t-on jamais de The Comsat Angels, The Opposition, The Snake Corps, The Sound et tant d’autres oubliés, qui pourtant sont tout aussi valables (sinon plus) que les premiers cités ?

    [Répondre à ce message]

      Duran Duran : "Big thing"

      3 juin 2010, par Phil Danstachambre [retour au début des forums]


      Je suis pas toujours d’humeur mélancolique, et quand j’ai envie d’un truc mélodique et qui bouge, ben les Duran font bien l’affaire.
      Pour la new wave, on en a surement tous une définition différente, donc... XTC, ADAM ANT, WIRE, SAD LOVERS & GIANTS, new wave ?
      Quand aux références Cure, Joy Division, Simple Minds, Depeche Mode..., se ne sont pas forcement les miennes, mais des références générales que tout le monde comprend.
      Moi aussi je déplore que des groupes comme The Chameleons, ou The Sound n’aient pas eu le succès qu’ils méritaient (Adrian Borland serait peut-être encore parmis nous).

      [Répondre à ce message]

Duran Duran : "Big thing"

31 mai 2010 [retour au début des forums]

Duran Duran new wave ????
Et Lady Gaga, elle est goth ?

[Répondre à ce message]

Duran Duran : "Big thing"

30 mai 2010 [retour au début des forums]

la vraie new wave des 80’s c’est pas ça ! ce machin c’est du bubblegum.

[Répondre à ce message]

    Duran Duran : "Big thing"

    5 juin 2010, par Carla Blondie [retour au début des forums]


    Le problème du terme "New Wave" c’est qu’il aura désigné (Entre autres) deux courants musicaux consécutifs qui n’avaient pas grand chose en commun sinon la relative jeunesse des musiciens.

    Une première période "Fourre-tout" de créativité multidirectionnelle (De Talking Heads à Wall of Voodoo en passant par Pere Ubu, Snakefinger ou Ultravox Mark I") puis une seconde, plus commerciale, essentiellement prisée par les amateurs de radio mainstream et de dancefloor. (Duran, Depeche, OMITD, Mr Myster, etc...)

    Même s’il existe quelques passerelles entre les deux courants (B52’s, Human League...) les différences sont très marquée, y compris chez les fans de l’époque.

    A tel point que l’on a vulgarisé a posteriori l’expression "Post-Punk" pour différencier les premiers des seconds.

    [Répondre à ce message]