Pop-Rock.com



Depeche Mode : "A broken frame"
Dessine-moi un mouton

dimanche 22 mai 2005, par Albin Wagener

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Poison : "Open up and say... Ahh !"
Nick Cave & The Bad Seeds : "Your Funeral... My Trial"
Anne Clark : "Joined up writing"
The Bollock Brothers : "The last supper"
Noir Désir : "Veuillez rendre l’âme (à qui elle appartient)"
The Rolling Stones : "Dirty work"
Aerosmith : "Pump"
INXS : "The swing"
Jah Wobble : "Betrayal (The Legend Lives On...)"
The The : "Mind Bomb"


1982. Après plusieurs semaines en studio, des sessions chapeautées en majeure partie par Daniel Miller, le patron de Mute Records, Depeche Mode sort ce qui allait être son deuxième opus, aujourd’hui méprisé par le groupe et par la plupart des fans bien-pensants. Bien plus triste que son prédecesseur Speak & Spell, le disque au tube Just can’t get enough, A broken frame n’en reste pas moins un album charnière : Vince Clarke a quitté le groupe pour des problèmes de tensions internes qui marqueront Depeche Mode jusqu’à aujourd’hui, et pendant la tournée subséquente, le trio de Basildon recrutera Alan Wilder.

A broken frame est un album atypique, nostalgique et à fleur de peau, dans la mesure où la plupart des chansons avaient été écrites par un Martin Gore adolescent, un Martin Gore qui était obligé de s’improviser songwriter du groupe, puisqu’ils avaient perdu leur source d’écriture principale en la personne de Vince Clarke, le concepteur de New life, Just can’t get enough ou encore Puppets. Sur le premier opus, seules deux chansons avaient été écrites par Gore : l’instrumental Big muff et le toujours aussi mystérieux Tora ! Tora ! Tora !. Ici, les textes sont sombres et écorchés, comme une sorte de collection mélancolique et extrêmement poignante des sentiments les plus antagonistes et les plus douloureux de l’adolescence ; et c’est un Dave Gahan en proie au doute qui pose une voix mal assurée sur les ritournelles amères de cet opus.

Même si la production semble datée, elle contribue à l’atmosphère sombre et claustrophobe de ce disque unique dans l’histoire du groupe. Des titres mythiques en émergent, comme le superbe Leave in silence, qui ouvre le tout dans une atmosphère plutôt ténébreuse ("We have reached a full stop, nothing’s gonna save us from the big drop"), ou encore le splendide et touchant The sun & the rainfall, probablement un des plus beaux morceaux de Depeche Mode, toutes périodes confondues. L’anthémique morceau instrumental Nothing to fear se dresse en hymne synthétique, véritable phare lumineux dans un album où seuls quelques morceaux d’une naïveté presque attristante (A photograph of you, The meaning of love) contrebalancent des titres moroses et dénués d’espoir (Monument, Satellite). De cette fantastique bipolarité naîtra également le single See you qui, malgré des textes d’une incroyable innocence, semble souillé par les synthétiseurs mouillés mis en place par Daniel Miller.

A broken frame dépeint un monde à part dans l’univers musical du combo britannique, un monde que l’on ne reverra plus jamais dans aucun album, que cela soit dans les litanies industrielles de Construction time again ou le romantisme gothique de Black celebration. Ici, tout paraît à la fois simple et menaçant, comme si une épée de Damoclès imperturbable planait au-dessus de moments à peine sortis de l’enfance. Ce deuxième effort de Depeche Mode est un album simple, presque trop pour certains, alors qu’il ne fait que plonger avec énormément de pudeur dans un cœur adolescent et désabusé, comme en témoigne Shouldn’t have done that, la comptine glauque et pessimiste sur laquelle Martin Gore pose une voix encore hésitante qui se fond à merveille dans les paysages sonores de la musique.

Délicates et fragiles, toutes les chansons de ce disque semblent constituer une parenthèse hésitante dans l’histoire d’un groupe qui, déjà à l’époque, se posait moult questions sur le bien-fondé de son existence (en témoignent les photos plutôt tristounettes de ses trois membres dans le livret) : une sorte de Petit prince de la musique, comme oublié sur une planète solitaire, désireux de se créer un monde onirique pour échapper à un univers trop dur. Ceux qui allaient plus tard composer le vibrant Enjoy the silence offraient ici un testament qui n’aurait pas dénoté sur un album de post-punk errant à la recherche d’une raison de vivre : "Things must change, we must re-arrange them, or we’ll have to estrange them". Tout est dit.



Répondre à cet article

Albin Wagener





Il y a 20 contribution(s) au forum.

Thanks for another informative web site
(1/14) 12 décembre 2013, par AguedaDirlam
Depeche Mode : "A broken frame"
(2/14) 30 avril 2013, par Williamz
Depeche Mode : "A broken frame"
(3/14) 30 avril 2013, par Williamz
Depeche Mode : "A broken frame"
(4/14) 30 avril 2013, par Williamz
Depeche Mode : "A broken frame"
(5/14) 12 avril 2013, par Julie
Depeche Mode : "A broken frame"
(6/14) 10 avril 2013, par Punk
Depeche Mode : "A broken frame"
(7/14) 23 juillet 2012, par Mike
Depeche Mode : "A broken frame"
(8/14) 16 juin 2006, par Cédric
Depeche Mode : "A broken frame"
(9/14) 4 juin 2006, par Blague-Angel
Depeche Mode : "A broken frame"
(10/14) 21 avril 2006, par june
> Depeche Mode : "A broken frame"
(11/14) 22 mai 2005, par Kao
> Depeche Mode : "A broken frame"
(12/14) 22 mai 2005, par goyogoy
> Depeche Mode : "A broken frame"
(13/14) 22 mai 2005
> Depeche Mode : "A broken frame"
(14/14) 22 mai 2005




Thanks for another informative web site

12 décembre 2013, par AguedaDirlam [retour au début des forums]

Je ne pouvais pas quitter votre site avant de suggérer que j’ai vraiment apprécié le standard d’info une personne de subvenir à vos visiteurs ? Va être revenir souvent afin de vérifier sur de nouveaux messages google seo seo firm adult seo

[Répondre à ce message]

Depeche Mode : "A broken frame"

30 avril 2013, par Williamz [retour au début des forums]

Ceux qui allaient plus tard composer le vibrant Enjoy the silence offraient ici un testament MB7-701 || MB7-702 || OG0-093

[Répondre à ce message]

Depeche Mode : "A broken frame"

30 avril 2013, par Williamz [retour au début des forums]

"Things must change, we must re-arrange them, or we’ll have to estrange them". Tout est dit. LOT-441 || LOT-951 || MB7-700

[Répondre à ce message]

Depeche Mode : "A broken frame"

30 avril 2013, par Williamz [retour au début des forums]

A broken frame dépeint un monde à part dans l’univers musical du combo britannique, JN0-360 || JN0-530 || LOT-402

[Répondre à ce message]

Depeche Mode : "A broken frame"

12 avril 2013, par Julie [retour au début des forums]

Having IBM 000-016 actual test questions to your range can about-face the demeanor of foreign job display via you. IBM 000-016 actual test questions is the ultimate pressing manner in the range of chapter and verse technology. The mystery is how newcomers boss to get into a 000-016 spot where they can go against zero years to trivium years of experience.
Rush Articles // Articles Soul // Story Articles

[Répondre à ce message]

Depeche Mode : "A broken frame"

10 avril 2013, par Punk [retour au début des forums]

Merci de mettre enfin à l’honneur cet album injustement boudé depuis longtemps.

Study Dumps || Actual Dump || Actual Cram

[Répondre à ce message]

Depeche Mode : "A broken frame"

23 juillet 2012, par Mike [retour au début des forums]

Although Martin Gore describes this as Depeche Mode’s worst album, it does hold a special place in the hearts for many Depeche Mode fans - this was the bands second album and at the time was so eagerly awaited - personally I found it to be a fine album !

All the best - Learn365.net

[Répondre à ce message]

Depeche Mode : "A broken frame"

16 juin 2006, par Cédric [retour au début des forums]

Merci de mettre enfin à l’honneur cet album injustement boudé depuis longtemps.

Personnellement, je le considère comme LE véritable premier album de Depeche Mode, car on y retrouve déjà tous ce que le groupe développera par la suite.
Une pureté électronique, une rythmique hyper soigné, sans oublier beaucoup d’atmosphère et de sensibilité. Le tout réalisé avec les moyens du bord (de l’époque).

Parmi les titres qui me font énormément d’effet :
Ben... tous, à l’exception peut-être de "A Photograph Of You" et "The Meaning Of Love", un peu trop pop à mon goût et n’apportant pas grand chose au disque. Mais ce n’est que mon avis.

Mais le titre pour lequel j’ai un faible, c’est "My Secret Garden".
Ce titre est impeccable. Très atmosphérique et débordant de sonorités originales.

En tout cas, j’ai hâte d’entendre la réédition au format 5.1 et SACD (voir sur www.depechemode.be), car, là, A Broken frame prendra une toute autre dimension et prouvera qu’il est, probablement, le meilleur album de la première partie de la carrière de Depeche Mode.

[Répondre à ce message]

Depeche Mode : "A broken frame"

4 juin 2006, par Blague-Angel [retour au début des forums]

Bonjour

A l’écoute des Depeche Mode depuis 1981 je trouve cet album merveilleux.....
Je l’écoute avec toujours autant de plaisir après 25 ans....

Il y a dedans une puissance naîve mais tellement sincère qu’il en est beau !!!!!!

[Répondre à ce message]

Depeche Mode : "A broken frame"

21 avril 2006, par june [retour au début des forums]

A broken frame est loin d’être le meilleur album du groupe mais je pense qu’il a été primordial dans son évolution. Je me souviendrai toujours de la première fois que je l’ai écouté. C’était il y a un an et il m’a déprimé. Le meilleur morceau est sans conteste the sun and the rainfall qui a un potentiel pop très fort. Je ne me lasse jamais de l’écouter. Vive la pop, vive le rock, vive depeche mode !

[Répondre à ce message]

> Depeche Mode : "A broken frame"

22 mai 2005, par Kao [retour au début des forums]

"A Broken Frame" est d’un niveau bien supérieur à "Speak and Spell", il possède cette dimension mélancolique, presque pathétique, que Mr Albin Wagener a si bien su mettre en valeur dans son article ;-) les débuts de Depeche Mode sont loin d’être ma période préférée, mais force est d’admettre qu’un morceau comme "Leave in Silence" ou "The Sun and The Rainfall" ne peut que toucher au coeur ...

[Répondre à ce message]

> Depeche Mode : "A broken frame"

22 mai 2005, par goyogoy [retour au début des forums]

"ou encore le splendide et touchant The sun & the rainfall, probablement un des plus beaux morceaux de Depeche Mode, toutes périodes confondues." : entièrement d’accord avec ça !

J’ai toujours du mal à comprendre comment on peut "mépriser" un tel album....

[Répondre à ce message]

> Depeche Mode : "A broken frame"

22 mai 2005 [retour au début des forums]

bonne idée de remettre à l’ordre du jour cet album oublié
merci pop-rock !

[Répondre à ce message]

> Depeche Mode : "A broken frame"

22 mai 2005 [retour au début des forums]

Vince Clarke n’a pas été viré de Depeche Mode. Il est parti parce qu’il préférait le studio à la scène.
Sinon bonne chronique, cet album détesté un peu par tout le monde n’est vraiment pas si mauvais que ça.
Je le préfère et de loin à Speak & spell et à Some great reward.

[Répondre à ce message]

    > Depeche Mode : "A broken frame"

    13 novembre 2005, par sevvy [retour au début des forums]


    Bonjour,
    Je ne suis pas totalement d’accord. Cet album n’est pas détesté par tout le monde. il correspond juste à une époque charnière du groupe Dépêche Mode indispensable à son évolution future. Je l’aime beaucoup surtout : The Sun and The rainfall qui laisse deviner le talent de songwriter et de compositeur de Martin Gore. Pas évident au premier abord mais tellement plus interessant que le Sautillant Speak and Spell. Fort heureusement Vince Clarke est allé avec sa copine Alison Moyet fonder Yazoo, lassé des tournées, pas friand de scène.

    Merci Vince, grace à ton départ Martin a donné libre cours à ses obsessions et la musique de Dépêche Mode a atteint des profondeurs de noirceur (Black Celebration) et Alan Wilder est arrivé avec son immense talent de forçat de studio, qui a tant fait évoluer le style du groupe.

    Bien joué. 25 ans aprés Dépêche Mode est toujours là à nous envouter où sont donc Yazoo, The Assembly et Erasure ?

    Merci pour Playing The Angel : on vous disait morts-nés en 1980, quelle délicieuse agonie !

    [Répondre à ce message]