Pop-Rock.com



Def Leppard : "Hysteria"
Hystérie collective justifiée ?

lundi 30 janvier 2006, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Serge Gainsbourg : "Mauvaises nouvelles des étoiles"
Légion 88 : "Thulé"
New Order : "Power, corruption and lies"
Frankie Goes To Hollywood : "Welcome to the pleasuredome"
Eyeless in Gaza : "Back from the rains"
Noir Désir : "Veuillez rendre l’âme (à qui elle appartient)"
Bon Jovi : "Slippery when wet"
Joy Division : "Closer"
John Foxx : "Metamatic"
Yes : "90125"


Comme Genesis, Bon Jovi ou Whitesnake, Def Leppard a su marquer les années 80 de son empreinte par le biais d’un album immense à l’optique mondialisatrice, bourré de hits explosifs. Un album récompensé par des ventes colossales et une nomination immédiate au statut de classic-album du rock. Un album dont je n’ai jamais compris l’enthousiasme qu’il avait suscité.

Une tragédie venait pourtant de frapper le groupe anglais, alors en pleine ascension : le batteur Rick Allen, victime d’un violent accident de voiture, dût être amputé du bras après plusieurs opérations infructueuses. Sans se laisser démoraliser par ce coup du sort, le groupe se mit patiemment à l’œuvre afin de concevoir une batterie sur-mesure qui permettrait à Allen de conserver sa place et son rang au sein du groupe. Un bel exemple de solidarité humaine à méditer, alors qu’il aurait été si simple, vu les line-up fluctuants de la plupart des groupes, de débarquer l’infirme pour engager un cogneur de fûts en pleine possession de ses moyens. Ces considérations médico-sociales mises à part, le succès d’Hysteria tient en un unique point : comme beaucoup d’albums de cette époque, il répond à une demande de cette époque, friande de rock léger et clinquant, de chansons accrocheuses et festives, de strass et de paillettes.

Animal, Woman ou Rocket sont, du point de vue de leur impact immédiat, d’excellentes chansons, avec des mélodies carrées, entraînantes, dansantes même, des mélodies qui constituent l’exemple parfait de tubes capitalisables dont tout groupe avide de reconnaissance oserait seulement rêver. Pour some sugar on me et son crétin de refrain se plantent dans le cerveau comme une tique vicieuse, et n’en partent pas avant que l’on ait trouvé un placebo tout aussi obsédant, Armageddon it par exemple. Quant aux ballades comme Love bites, elles s’appliquent avec insistance à suivre le contenu d’un hypothétique cursus en « composition de ballades », un peu dans la même idée que Bon Jovi, si ce n’est que même ces derniers parviennent encore à avoir l’air plus rudes que leurs cousins anglais.

Hysteria est sournois dans sa manie de capter l’attention de l’auditeur. Oui, on éprouve l’envie de s’époumoner à entonner les refrains dans sa salle de bain avec le sèche-cheveux en guise de micro. Quoi que je puisse prétendre en société, les Destiny’s Child aussi me font cet effet-là. Certes, cette manie de reprendre les refrains en chœur de manière un peu niaise reste une des caractéristiques fondamentales du rock des années 80. Et c’est effectivement devenu un gimmick immédiatement identifiable chez Europe, MSG ou Whitesnake. Mais avec Def Leppard, les choses sont poussées un cran plus loin : je ne parviens à m’ôter l’impression d’être face à la source d’inspiration principale de tous ces horribles boys bands qui allaient polluer les ondes quelques années plus tard. Je suppose que tout le monde commence à voir poindre ma mauvaise humeur : Hysteria me rend tout sauf hystérique : pire, il me hérisse littéralement.

En accusé principal, une production trop luxueuse, trop chargée, trop douceâtre, qui laisse un goût d’écœurement persistant en bouche. Le producteur Mutt Lange, à qui on ne peut pas reprocher de mal connaître son boulot, a semblé prendre un plaisir démoniaque à gonfler artificiellement la production. Avec ce synthé virevoltant, ces guitares lissées et proprettes et cette batterie qui claque comme un coup de fouet, il est parvenu à appliquer avant l’heure à Hysteria ce que j’appelle la « méthode Britney Spears » (l’ex égérie du Mickey Mouse club n’est citée que par pur désir d’acharnement ; bien d’autres mériteraient qu’on associe leur patronyme à cette méthode), une technique prônant la surcharge pour la surcharge, ce qui permet de mieux dissimuler une absence totale de contenu. Remettons les choses en perspective : Def Leppard est tout de même très loin de ce dernier constat, mais on cherche tout de même où a bien pu se planquer le côté rock de la chose, tant il est dominé par des artifices pop. Même au niveau vocal, le désir de conquête des sommets a fait des ravages. S’il est vrai que le chanteur Joe Elliott avait plus que souvent tendance à concurrencer Brian Johnson dans les hurlements acérés, peut-être eut-il mieux valu persévérer dans cette voie que d’adopter ces intonations malheureuses, aigrelettes ou pleurnichardes suivant la soi-disant émotion qu’il essaie péniblement d’insuffler.

Evidemment, avec un tel principe de base, dire qu’Hysteria récolta un immense succès relève de l’euphémisme. L’album se vendit par millions d’exemplaires, squatta les charts pendant près de deux ans, et s’octroya même la place de choix d’être l’un des rares groupes britanniques à avoir su conquérir totalement les Etats-Unis, pratiquement au même niveau que les Beatles.

Il est de notoriété publique que je suis bien le premier à défendre les années 80 dans ce qu’elles peuvent avoir de plus ridicule. Principalement parce qu’elles diffusaient une arrogance, une esbroufe, un lustre clinquant, une légèreté qui ont rapidement disparu quand des ploucs en chemise canadienne sont venus épancher leur mal être sur toutes les scènes d’Occident. Mais avec Hysteria, je coince. Def Leppard a crée un son unique avec cet album, c’est certain. Mélanger du rock, de la musique à la base forte, fiévreuse, avec des visées totalement, profondément pop, était original et potentiellement séduisant. Dans un certain sens, le pari a d’ailleurs été remporté on ne peut plus brillamment. Mais pourtant... la greffe ne prend pas, mon organisme fait un rejet. J’en viens presque à penser qu’à l’époque, j’en aurais appelé à la relève grunge de mes vœux.

Hysteria n’est pas une catastrophe, dans l’acceptation totale du terme. Seize millions de consommateurs ne peuvent pas tous se tromper. Et des mélodies aussi aisément mémorisables et fédératrices forcent quelque part à un certaine empathie vis à vis des musiciens qui les ont imaginées. Mais on a aussi le droit d’être totalement hermétique à la direction artistique prise par le groupe anglais à cette époque. On peut aimer le rock. On peut aimer la pop. Mais cette mixtion très particulière des deux file des aigreurs d’estomac. Tout le problème d’Hysteria se résume à cela : on sent trop le savon et pas assez la sueur.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 19 contribution(s) au forum.

Def Leppard : "Hysteria"
(1/9) 17 octobre 2013, par uggs outlet
Def Leppard : "Hysteria"
(2/9) 17 octobre 2013, par cheap ugg boots
Def Leppard : "Hysteria"
(3/9) 8 septembre 2013, par beats by dre
Def Leppard : "Hysteria"
(4/9) 30 août 2013, par ugg pas cher
Def Leppard : "Hysteria"
(5/9) 23 mai 2013, par Anderson
Def Leppard : "Hysteria"
(6/9) 17 novembre 2008
Def Leppard : "Hysteria"
(7/9) 19 janvier 2007
Def Leppard : "Hysteria"
(8/9) 19 juin 2006, par andrewharlan
Def Leppard : "Hysteria"
(9/9) 2 février 2006




Def Leppard : "Hysteria"

17 octobre 2013, par uggs outlet [retour au début des forums]

is the word in the text uggs clearance really is time-tested through ah ! Children or a good coax, and she looked at me, said : "You are niu ah, I toot, I came for a few days, you have been lying there never woke up, looked at his wife let me in uggs for women this you, if you wake up to go tell her. " I head down rolled his eyes, what niu, toot, so the soil's name, can not stand. "You pick up a mirror to ugg boots me." I said, this is called toot.

[Répondre à ce message]

Def Leppard : "Hysteria"

17 octobre 2013, par cheap ugg boots [retour au début des forums]

but found himself uggs clearance sound strange, feebly like a child's voice. "Are you awake yet ? Then uggs for sale I'm going to say, and his wife !" I saw a little girl about eight-year-old, lying in my bed, staring at me. This skinny skinny little girl Who ? "Who are you ?" I uggs for women asked pointing to her.

[Répondre à ce message]

Def Leppard : "Hysteria"

8 septembre 2013, par beats by dre [retour au début des forums]

Mamie toujours peur de rentrer à la maison, stylo mont blanc leather ce n’est pas à cause de la peur de sa mère ? Jeunes Etats se retrouvent air max 24 7 inexplicablement commencé à dre beats s’attarder sur cette question. Cet après-midi, Yang Etats air max 2012 prix assis sur le lit en bois de cisaillement grilles, la température extérieure est froide, elle devrait nike air max ltd 2 bientôt être sous la neige, le ciel devient un peu gris ugg pas cher rouge gris rouge, c’est pour être le signe de air max ltd 2 junior la neige.

[Répondre à ce message]

Def Leppard : "Hysteria"

30 août 2013, par ugg pas cher [retour au début des forums]

Shen a ouvert la porte de la chambre ugg pas cher en été. Calme salle petite ugg pas cher 1 voix à tous. Aujourd’hui devrait être un jour de la semaine, ah, maman et papa n’ont pas à ugg pour femme travailler ? ugg pas cher 2013 prix Conformément à la ugg pas cher 2009 leather pratique habituelle, la bottes ugg mère doit se lever tôt le petit déjeuner sur la table sur l’ah. Collision avec la cuisine, le bruit de plats, ainsi que l’odeur ugg pas cher 24 7 air attack parfumée de lait.

[Répondre à ce message]

Def Leppard : "Hysteria"

23 mai 2013, par Anderson [retour au début des forums]

Il est de notoriété publique que je suis bien le premier à défendre les années 80 dans ce qu’elles peuvent avoir de plus ridicule.
Bookmarks Carton
Bookmarks Album
Bookmarks Crate

[Répondre à ce message]

Def Leppard : "Hysteria"

17 novembre 2008 [retour au début des forums]
NUL

Def Leppard était un groupe de Hard Rock anglais apparut après la déferlance punk (comme Iron Maiden ou Motorhead). Leurs style était très proche de AC/DC en moins bon.

Ils avaient livrer deux LP "Def Leppard" et "High N’Dry" plutôt sympatique mais avaient commencer à virer F.M avec l’album suivant "Pyromania". Mais là c’est encore pire avec des titres taillés pour les stades : "Pour Some Sugar On Me" ou "Armageddon It" ou des ballades bien niaizes comme "Love Bites" ou "Women".

Rien à sauver !

[Répondre à ce message]

Def Leppard : "Hysteria"

19 janvier 2007 [retour au début des forums]

Je viens de lire cet article. On voit qu’il a été écrit par quelqu’un qui est probablement complexé et jaloux, en manque de reconnaissance et, par-dessus tout, ne connait rien au rock. Français à coup sûr ! (Ah ! ces rosbifs, qu’est-ce qu’ils nous cassent les couilles, hein ?) Mélange de pop et de rock ? Mais crois-tu que les Rolling Stones, dont je ne suis pas fan mais qui est l’un des groupes fondateurs du mouvement rock, n’ai jamais puisé dans la pop, dans les arrangements, le clavier, les ballades ? Et si il n’y a pas de "refrain que l’on chante sous sa douche" alors autant écouter du free jazz ou de la techno expérimentale. Depuis Mozart, Bach et Vivaldi, on a compri que la musique, c’était aussi être "commercial" et "facile à retebir", avoir une "image", un "style". Quelle débilité, en plus, de s’en prendre à ce style, comme si c’était rabaissant d’être glam, pop ou que sais-je ? Seul quelqu’un qui n’a aucun style, et pense que le superficiel et le spectacle sont des parasites, a pu écrire un article pareil. Un prolo lambda avec une touche faussement "intello" et sarcastique, bien plus hautain et macho que des mecs qui s’éclatent sur scène à partager l’amour de la musique dans la bonne humeur et la magie d’un spectale "strass et paillettes", soutenu par le travail et le talent de ces musiciens. La critique est facile, mais toi, quand est-ce que tu as eu les couilles d’écrire des chansons, de te produire sur scène devant des milliers de spectateurs, de te prendre ces mêmes critiques de merde tous les jours dans la geule ? Il y a ceux qui ont des couilles, et les loosers, jaloux.
Ikar.

[Répondre à ce message]

    Def Leppard : "Hysteria"

    19 janvier 2007, par Marc Lenglet [retour au début des forums]


    Jaloux ? Non, puisque je ne fais pas de musique. Et je ne suis pas français non plus d’ailleurs. Vous vous imaginez peut-être que j’en veux au strass et aux paillettes. Non, c’est juste que je ne suis pas fan d’Hysteria et qu’ici, ça ne passe pas chez moi.
    J’aime pourtant bien Def Leppard...enfin, le Def Leppard qui était un pur produit NWOBHM. Par contre, je me suis mis à davantage apprécier Whitesnake une fois qu’ils ont collé du clavier dans tous les coins et se sont mis à devenir un groupe de stade. Tout ça malgré que je n’apprécie pas le côté clinquant de Poison. Je m’écoute alors un bon vieux Mötley Crüe pour me remettre. C’est paradoxal la vie parfois, hein ?

    [Répondre à ce message]

Def Leppard : "Hysteria"

19 juin 2006, par andrewharlan [retour au début des forums]

J’avoue avoir du mal à ne pas réagir. Def Leppard est surement mon groupe préféré. A mon avis Hysteria est peut-être un peu moins bon que Pyromania mais reste quand même un des grands albums de la fin des années 80, d’abord par son succées mais aussi parce qu’il incarne (pour moi en tout cas) cette époque. Les artifices pop viennent donner une autre dimension à l’album qui, sans eux, n’aurait sans doute pas surpasser aux yeux du public le précedent album. les "Back Vocals" de Def m’ont toujours semblés apporter ce plus comparé aux autres groupes de l’époque, et même si l’on pourrait reproché au groupe son son trop mielleux et lisse, on ne peut pas reproché à Steve Clarck et ses compères : la composition, les mélodies sont esquises, la batterie electrique de Rick Allen éfficace, et le voix de Joe Elliot qui arrive enfin à maturité après trois albums de recherche ! C’est je pense tout cela fait d’Hystéria un des plus grand album des 80’s !! Quand aux artifices pop, ils n’ont pas la même dimension une fois le groupe sur scène et on retrouve alors le vieux groupe de hard que l’on aimait !!

[Répondre à ce message]

Def Leppard : "Hysteria"

2 février 2006 [retour au début des forums]

Même si, personnellement, je préférais les 3 albums précédents du groupe, je ne trouve pas qu’Hysteria ait si mal vieilli que ça. Des morceaux comme Amargedon it ou Animal restent même de très bon titres. Quant au son de l’album - et sa surproduction !!! - bah, il ne s’agit finalement que du reflet d’une époque. Bref, je lui mettrais un petit 7/10.
C’est après que les choses ont commencé à VRAIMENT se gâter. Curieux, d’ailleurs, que je n’aime pas Adrenalize (si je me souvient bien) qui n’est finalement qu’une copie conforme de cet album...
Ceci étant, mon album favori des Def Lep reste High’n’Dry !

[Répondre à ce message]

    Def Leppard : "Hysteria"-Un peu plus pop, mais bon...

    24 avril 2006, par Evil Frissou [retour au début des forums]


    Cet album a un son moins cru que les trois précédents (qui son très bons en passant...) mais c’est ce que ça prenait pour que Les Léopards Sourd devienent méga. Il ont mi de l’eau dans leur vin mais la production est bonne. L’album aux complèt est facile à écouté, les tounes facile à retenirs. J’ai tu vraiment besoin dans dire plus ? Ce disque, on l’à tous déja entendu !

    Evil frissou

    [Répondre à ce message]

      Def Leppard : Créer donc de la musique...

      17 mai 2007, par eponyme [retour au début des forums]


      Essayer donc de composer vous même des morceaux de musiques et critiquer vous 20ans après. On verra alors si vous penser toujours la même chose. (Cela fonctionne aussi pour n’importe quel autre travail réalisé...)
      Je pense que le groupe colle bien a sa génération. J’en connais qui n’aime pas les Beatles...

      Je pense surtout que la critique est facile et le travail mal reconnu....

      [Répondre à ce message]

        Def Leppard : Créer donc de la musique...

        18 mai 2007, par danchasse [retour au début des forums]


        nul n’est besoin de creer de la musique pour l’ecouter , l’apprecier ou la critiquer.
        d’ailleurs il y a plein d’excellents dermatologues qui n’ont jamais eu de boutons !

        [Répondre à ce message]