Pop-Rock.com



David Bowie : "Tonight"
Pas ce soir, chérie, j’ai la migraine

samedi 21 octobre 2006, par Jérôme Delvaux

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Echo & The Bunnymen : "Heaven up here"
Alain Chamfort : "Amour, année zéro"
Kraftwerk : "Electric Café"
Légion 88 : "Thulé"
Serge Gainsbourg : "Mauvaises nouvelles des étoiles"
Duran Duran : "Duran Duran"
The Jam : "The gift"
Eyeless in Gaza : "Photographs as memories"
Neil Young : "Trans"
Van Halen : "1984"


Il est de bon ton lorsque l’on parle de David Bowie de se remémorer tous les disques extraordinaires qu’il a sorti durant les années 70 (au hasard : Hunky Dory, Aladdin Sane, Low,...), auxquels s’appliquent une foule de superlatifs. On s’attarde généralement moins souvent sur ses albums maudits de la décennie suivante. Ce serait pourtant utile, car s’il y a un artiste dont on déconseillera vivement aux fans et curieux d’acheter les disques au hasard, c’est bien David Bowie.

Dans les premières années de sa carrière, même s’il a rapidement suscité un culte autour de sa personne, David Bowie n’a pas gagné énormément d’argent. Il a beaucoup tourné et vendu pas mal de disques, certes, mais il lui restait quand même peu de sous en poche lors du décompte final. En cause : des contrats à la limite de l’escroquerie conclus avec son management et sa maison de disques de l’époque. Une erreur de jeunesse comme en commettent beaucoup d’artistes à leurs débuts, mais dont il aura finalement eu beaucoup de mal à s’extirper. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il s’est bien rattrapé par la suite. Et en particulier à partir de 1983, avec Let’s dance, le méga tube qui transforma Bowie l’artiste intègre et encore relativement underground en icône populaire à la Robbie Williams. Extrait d’un album du même nom (et qui comprenait Modern love et China girl, d’autres hits-singles tout aussi formatés FM), Let’s dance a permis à Bowie d’entrer dans tous les foyers, de vendre des millions d’albums et de jouer à guichets fermés dans des stades dans le monde entier. Il s’agissait pourtant, artistiquement parlant, d’un piètre album en comparaison de ce qu’il faisait encore quelques années plus tôt. L’argent appelant l’argent, il devait être écrit que l’entrée de Bowie dans le cercle des plus gros vendeurs du rock coïnciderait avec le déclin de son inspiration. Il n’allait désormais plus composer pour le plaisir et par amour de l’art, mais seulement dans l’espoir de continuer à voir grossir son compte en banque. Tonight a indéniablement été enregistré dans cet esprit, en 1984. L’objectif était de capitaliser le plus vite possible sur le succès de Let’s dance et du Serious Moonlight Tour en sortant un nouveau disque doté, comme il se doit, d’un ou l’autre single pop bien formaté. Ce fut Blue Jean, qui est effectivement un morceau efficace (comme l’était Let’s dance, on ne peut pas le nier). Le second single, Loving the alien, est lui aussi plutôt bien foutu et renoue avec la thématique de la vie extraterrestre que Bowie abordait dans une chanson sur deux à ses débuts (Space oddity, Life on Mars ?, Ziggy Stardust, Starman,...). Deux bons singles, donc. Et le reste ? Ce ne sont ni plus ni moins que sept titres de remplissage.

Tonight, le morceau éponyme, est à l’origine un titre sorti en 1977 sur l’album Lust for life d’Iggy Pop. Bowie en a composé la musique et l’iguane en a écrit les paroles. Comme il l’avait fait un an plus tôt avec China girl (dont la « reprise » devait, dit-on, servir à payer les honoraires d’asile psychiatrique d’Iggy), Bowie choisit d’à nouveau s’approprier une des chansons de son ami Pop, sans doute afin de l’aider financièrement par le biais des droits d’auteur ; le bougre devant encore de l’argent à la moitié des dealers du Michigan... Sa relecture de Tonight est malheureusement beaucoup moins intéressante que celle de China girl - qui était pourtant loin d’égaler l’originale. L’introduction, durant laquelle Iggy narrait en hurlant comment il avait découvert sa petite amie morte, passe tout simplement à la trappe. Cette version-ci de Tonight est une ballade jazzy mollassonne, bourrée de saxophones et de synthés hideux qui sentent bon (?) les années 80. Pire encore : elle est chantée en duo avec... Tina Turner ! Est-il besoin d’en dire plus ? Vu comme ça, c’est clair : ce n’est plus une reprise, c’est un viol, une profanation. Difficile aussi de passer sous silence Dancing with the big boys, un navrant duo avec... Iggy Pop, sans trait de génie ni imagination.

Puisqu’il contient quand même deux singles honorables, on pourrait dire de Tonight qu’il s’agit d’un disque à deux visages. Après tout, deux bons titres sur neuf, c’est la moyenne de très nombreux groupes, n’est-ce pas ? Sauf qu’ici, on parle de David Bowie et qu’on ne saurait décemment se contenter du minimum syndical en ce qui le concerne.



Répondre à cet article

Jérôme Delvaux





Il y a 11 contribution(s) au forum.

David Bowie : "Tonight"
(1/6) 18 avril 2016
David Bowie : "Tonight"
(2/6) 10 décembre 2013
David Bowie : "Tonight"
(3/6) 30 octobre 2006, par Uncle Luke
David Bowie : "Tonight"
(4/6) 23 octobre 2006, par Yû
"Let’s Dance" et "Tonight" : le bon grain de l’ivraie...
(5/6) 21 octobre 2006, par Crosstown Traffic
David Bowie : "Tonight"
(6/6) 21 octobre 2006, par R.T.




David Bowie : "Tonight"

18 avril 2016 [retour au début des forums]

His album was one of the best selling album during the time. There is no question why he is highly recognized. - Texas Lending

[Répondre à ce message]

David Bowie : "Tonight"

10 décembre 2013 [retour au début des forums]

moi j’aime bien la chanson tonight avec tina turner

[Répondre à ce message]

David Bowie : "Tonight"

30 octobre 2006, par Uncle Luke [retour au début des forums]

Je me demande parfois si Bowie n’a pas fait exprès de faire des albums merdiques... je sais pas pourquoi, il y a plein d’hypothèses après tout : envie de massacrer l’image de "pop star estampillée 80’s" qui lui collait à la peau depuis "Let’s Dance", besoin de prouver que lui aussi savait faire des daubes...

Ceci mis à part, j’avoue : j’aime bien "Blue Jean".

[Répondre à ce message]

David Bowie : "Tonight"

23 octobre 2006, par  [retour au début des forums]

Mince... J’ai toujours cru que Starman parlait de drogue...

[Répondre à ce message]

"Let’s Dance" et "Tonight" : le bon grain de l’ivraie...

21 octobre 2006, par Crosstown Traffic [retour au début des forums]
Crosstown Traffic

Il me semble que, justement, cet album navrant, dont la médiocrité toute mercantile n’a jamais été niée, même par l’intéressé, permet de mesurer tout l’audace (certes commerciale) de Let’s Dance, et en tout cas sa réussite artistique...

Là où Tonight enchaîne effectivement les daubes, Let’s Dance, longtemps décrié, montre, je crois, que le talent de Bowie reste intact même s’il s’exprime dans un contexte musical inattendu, sacrilège - lâchons-le mot : opportuniste...

Il y a, dans le cas de Let’s Dance, quelque chose qui s’apparente plus à la conversion électrique de Dylan - dont, une fois digérée, on a pu constater qu’elle n’entamait en rien le talent du bonhomme...

[Répondre à ce message]

David Bowie : "Tonight"

21 octobre 2006, par R.T. [retour au début des forums]

Ouf, encore un peu et vous critiquiez "Never let me down" !

[Répondre à ce message]