Pop-Rock.com



Black Sabbath : "Born again"
Fausse couche

mardi 23 décembre 2008, par Vincent Ouslati

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Van Halen : "1984"
Poison : "Open up and say... Ahh !"
Hüsker Dü : "New day rising"
Nik Kershaw : "Human racing"
Big Black : "Songs about fucking"
Yes : "90125"
Prince : "Purple rain"
A-Ha : "Scoundrel days"
Japan : "Tin drum"
Public Image Ltd. : "Flowers of romance"


Sur Pop-Rock.com, nous prenons un plaisir non dissimulé à défendre l’indéfendable, à déblatérer à longueur de pixels sur des groupes que tout le monde a préféré oublier, sur des disques considérés d’ordinaire comme de sombres daubes. La rédaction de ce fabuleux site au graphisme monacal aurait-elle quelques problèmes auditifs ou définitivement des goûts totalement contradictoires avec ceux du commun des mortels ? Ce n’est pas aujourd’hui que nous allons clore ce si passionnant débat. Et certainement pas avec Born again, album aimé de votre scribouilleur agité, contre l’avis même de son propre frangin et du reste de la planète.

1983 n’aura pas été une grande année pour tout le monde. Il faut trouver les galettes d’anthologie chez les petits jeunes qui n’en veulent. Metallica se fend d’un dévastateur Kill’em all, Mötley Crüe enfante son tubeux Shout at the Devil, Iron Maiden poursuit son ascension avec Piece of mind. Ces formations, encore jeunes, à l’acnée rebelle en ce début des années 80 ont la niaque, veulent la consécration, à la manière de leurs groupes fétiches nés quelques années plus tôt, dans les années 60 et 70. Des groupes fétiches qui sentent déjà beaucoup le sapin et le liquide d’embaumement. Led Zeppelin a mis la clé sous la porte pour cause de décès et de démotivation chronique, Deep Purple s’est autodétruit pour une bonne décennie. Et Black Sabbath se réveille péniblement de la cuite de la veille sans Ozzy, qui s’est définitivement carapaté, ayant plus de liberté de mouvement en solo qu’avec l’irascible Tony Iommi, trop dictatorial aux entournures. Le guitariste aux neuf doigts très lourds ne se vexera pas pour si peu et trouvera en Ronnie James Dio un remplaçant potable, et supérieur techniquement à Ozzy (facile...). La période Dio de Black Sabbath sera honnie par certains, d’autres jugeront que l’association a bien pris. Personnellement, ça ne m’a jamais transporté, mais le Sab’ entre incontestablement dans une autre époque. Jusqu’au jour où le moustachu de service va encore se prendre la tête avec son nouveau chanteur, ce dernier se tirant avec dans ses valises le batteur Vinnie Appice.

Iommi va bien un peu pleurnicher, mais se remet vite à chercher un successeur au successeur du suce-pigeons. Il fouille dans la catégorie "jeunes vieux chanteurs célèbres à l’avenir incertain", et c’est Ian Gillan qui sort du chapeau. Gillan qui, en solo s’est fait un petit nom décide de tenter l’aventure. Il tope là où on lui dit de toper, se peint les tifs en noir corbeau, et Iommi le dépose devant le micro en espérant que le public ne se rende pas trop compte du changement. Changement qui pourtant se compte en une bonne trentaine de centimètres de plus que son prédécesseur. Du "Deep Sabbath", du "Black Purple", l’accouplement peut paraitre hasardeux, et il sera considéré comme tel à la sortie de Born again. Gillan est perçu comme un salaud d’opportuniste, son style ne pouvant coller en aucune façon avec l’atmosphère lourde du Sab’. Ce mec est tout juste bon à gueuler dix minutes sur Child in time, et il n’a rien de satanique, même pour de rire. Blasphème impardonnable.

Tous ont démoli à raison la production de Born again, Gillan compris. Il faut reconnaitre qu’elle est minable de bout en bout, ça bave, c’est flou, le manchot qui a mixé ça devait détester le rock ou était bénévole. Mais si l’on creuse un peu, Trashed qui ouvre l’album est du speed metal avant l’heure, Gillan qui pousse son petit cri en entrée, le riff de guitare Iommien bien lourd, Bill Ward de retour à la caisse plus en forme que jamais. Il faut avoir de bien petites oreilles sournoises pour ne pas voir là-dedans une parfaite entrée en matière. Mais ? Oui... le son est pourri on sait. Stonehenge, petit instrumental type "je communique avec les aliens", c’est pas indispensable on est d’accord, mais c’est sympathique. L’infernal Disturbing the priest, ce titre fera flipper toutes les nénettes lors des concerts à cause des rires criards diaboliques de Gillan, qui est incroyable de perversité sur ce titre parpaing. Si ça c’est pas du Black Sabbath jusque dans les tréfonds du caleçon, torturé, lourd, sombre, démoniaque. Gillan a écrasé le nain précédent en l’espace d’un titre, impérial. Si Stonehenge passe pour un instrumental, The dark n’est lui qu’une introduction à Zero the hero, autre démonstration de force emplie de glauquerie dont seul Iommi est capable d’en aligner à la chaîne avec autant d’aisance. Comment a-t-on pu voir en Born again la merde perçue par la presse et le public de l’époque ? Nous n’avons ici que des compositions à vous faire bouffer la pierre tombale, ça cogne de partout, ça dévaste. Black Sabbath a retrouvé l’inspiration, s’en est retourné aux messes noires qu’ils affectionnaient, et Gillan est plus que parfait, il ne se limite pas à jouer les guests stars, il est totalement possédé, loin de Deep Purple dans l’attitude mais pas dans la qualité d’interprétation qui est magistrale. Pas impliqué ? Conneries et billevesées, le compère est parfaitement en phase avec le groupe.

Il n’y a rien de mauvais dans cette galette, ce sera même le dernier bon album de Black Sabbath. Il eut suffi d’un mixage potable et l’on avait droit à un disque cultissime, pourvu qui plus est d’une pochette fabuleusement moche, que j’adore personnellement. Sabbath et Gillan, c’était une association qui aurait pu fonctionner au-delà de toutes espérances, Deep Purple ne serait pas sorti du coma en 1984 avec l’inespéré Perfect strangers, la greffe aurait pu donner par la suite quelque chose de bien plus excitant que les bacs à bouses molles qui suivront dans les années 80 et 90.



Répondre à cet article

Vincent Ouslati





Il y a 11 contribution(s) au forum.

Les Chroniques du Sabbat Noir
(1/4) 1er avril 2011, par SabbatNoir
Black Sabbath : "Born again"
(2/4) 23 décembre 2008, par sebf20
Black Sabbath : "Born again"
(3/4) 23 décembre 2008, par e-VIL
Black Sabbath : "Born again"
(4/4) 23 décembre 2008, par Lemmyke




Les Chroniques du Sabbat Noir

1er avril 2011, par SabbatNoir [retour au début des forums]

Les Chroniques du Sabbat Noir, c’est le nom du nouveau site francophone consacré à Black Sabbath...

Ce site à été réalisé par et pour des inconditionnels et des fans du groupe Black Sabbath (bien évidemment). Il a la particularité de posséder une section interactive permettant à tous les internautes d’apporter leur pierre à cet édifice.

Adresse : http://www.black-sabbath.fr (mise en ligne imminente prévue week-end du 02/03 avril 2011)...

PS : un blog lui est dédié, sur lequel les collectionneurs pourront y découvrir quelques perles !

[Répondre à ce message]

Black Sabbath : "Born again"

23 décembre 2008, par sebf20 [retour au début des forums]

Oui, c’est un sacré bon album. La production et la pochette sont pourries, mais les chansons sont mortelles. Thrashed, Zero the hero et hot line sont des boucheries monumentales.
Pour info, c’est le disque de Black Sabbath qui s’est le mieux vendu. Je pense qu’à l’époque c’est la curiosité qui l’a emporté. Ce disque jouit d’une mauvaise réputation, mais celle-ci est usurpée. Encore un coup de ceux qui pensent que le Sab sans Ozzy, c’est nul.
Ceci étant, les albums suivants, sans être géniaux, sont loin d’être des bouses infâmes. Des titres comme Seventh star, The headless cross, The illusion of power, ou le premier album avec Tony Martin sont excellents, bien que très différents.

[Répondre à ce message]

Black Sabbath : "Born again"

23 décembre 2008, par e-VIL [retour au début des forums]

100% d’accord avec toi Vincent ! ce BORN AGAIN est diabolique et dévastateur !!! il écrase même la période Ozzy d’une bonne tête !
OK avec toi aussi, le son est plutôt merdique (avoir foutu de la réverb partout, il faut vraiment être tordu pour avoir fait ça !) mais putain on s’en bas les couilles au final ! parce qu’avec des tueries du type "Disturbing The Priest" (où Gillan devient vraiment à la masse !), "Zero The Hero", "Digital bitch", "Hot Line".... on a affaire à un disque de dément ! même la pochette (monstrueuse au demeurant), colle parfaitement avec le contenu ! Gillan n’a jamais plus rechanté aussi bien depuis cet album (il se serait foutu la voix en l’air sur la tournée qui a suivi avec le Sab, que celà ne m’étonnerait pas !). BORN AGAIN est à réhabiliter de toute urgence !
à noter que sur le bootleg BORN AGAIN - UNMIXED DEMOS, figure un inédit bien sympa intitulé "The Fallen" et qui aurait pu figurer sans problème sur l’album officiel.

[Répondre à ce message]

Black Sabbath : "Born again"

23 décembre 2008, par Lemmyke [retour au début des forums]

Excellente critique. Je pensais être le seul à aimer cet album. Ceci étant dit, il est vrai que la production n’est pas terrible, hein.
AUtre chose : quelqu’un a déjà remarqué la ressemblance troublante entre le riff de Zero the hero et celui de Paradise City ? Troublant, vraiment...
J’ai eu la chance de voir le Sab’ à l’époque à Forest, et la seule vraie faute de goût de ce concert était la reprise en rappel de... Smoke on the Water. Sacré Gillan. On ne se refait pas !

Un petit truc, quand même : c’est Iommi, avec un i ;-)

[Répondre à ce message]