Pop-Rock.com



Sparks : "Kimono my house"
Qui a dit que la musique était une chose sérieuse ?

mercredi 12 novembre 2008, par Vincent Ouslati

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Pink Floyd : "Wish you were here"
Deep Purple : "Come taste the band"
Roxy Music : "Siren"
Kraftwerk : "Autobahn"
Suicide : "Suicide"
Bryan Ferry : "The bride stripped bare"
Bryan Ferry : "Let’s stick together"
Ultravox ! : "Ultravox !"
Queen : "Queen"
Deep Purple : "Stormbringer"


Rappelez-vous, c’était en 2006, une époque déjà lointaine pour certains d’entre nous. Albin Wagener, dans l’atmosphère glaciale d’un mois de novembre, se mit en tête d’échauffer les esprits de quelques fans absolus des Sparks en disant tout le bien qu’il pensait de leur dernier album, Hello young lovers. Chronique qui provoqua l’ire démesurée d’adeptes fanatiques des frères Mael. La question se posait alors pour le jeune musicophile qui n’avait jamais entendu parler des Sparks pourquoi tant de remous autour d’eux. Seraient-ce encore quelques uns de ces génies incompris, une nouvelle arnaque qui aura duré trop longtemps pour être honnête, un lointain pop band nullissime soutenu par une poignée de babas-cools antédiluviens ?

Non, les Sparks, c’est juste une bonne blague.

Une bonne blague, bonne parce que les frangins de Los Angeles avaient, tout du moins dans les seventies, un sacré talent pour extraire de leur ciboulot des compositions alambiquées et travaillées, et blague parce qu’écouter leur œuvre sans sourire est totalement impossible. Les Sparks m’ont toujours conforté dans cette idée que la musique n’est rien de grave en soi. C’est de la déconne, c’est du délire, c’est un défouloir inconscient qui n’a absolument rien de cohérent. La musique se doit d’être un divertissement avant toute chose, la contestation, la politique, les engagements pour la protection des bouleaux au bord des nationales, je me suis peu à peu méfié de tous ces groupes qui mettaient en avant leurs beaux engagements en arguant devant 200 caméras que la guerre c’est moche, et les animaux, faut pas leur faire de mal. Certains sont d’une honnêteté que je ne vais pas ici contester, après tout, s’ils ont des convictions, tant mieux, qu’ils les défendent ! Mais, dans le doute, je préfère de loin écouter des groupes qui ne cherchent pas à nous donner des leçons de géopolitique à chaque refrain, se vider la tête quelques instants. Si j’ai besoin de me révolter, j’allume la télé et je lorgne les infos. C’était ma théorie sur le thème « la musique, c’est du vent qui fait du bruit ».

Je me suis ainsi replongé dans deux albums de 1974 parmi les plus intéressants de leur déjà longue carrière de timbrés, et puisqu’il faut bien choisir, je me suis décidé pour Kimono my house. Les Sparks (précédemment nommés Halfnelson), sont en 1974 dans leur période anglaise, la plus intéressante. Ils viennent de débarquer à Londres, signent avec Island Records (label de U2... dans la catégorie groupe donneur de leçons, Bono rules !), et remontent de toutes pièces un Sparks pur briton. Il suffit de reluquer la pochette et cette photo de ces deux beautés en kimono pour deviner aisément qu’on a pas affaire à des types qui ont le melon, la lecture du tracklisting vous enlèvera encore le mince espoir que vous aviez, jugez plutôt : Thank God, it’s not Christmas, Barbecutie, Hasta mañana Monsieur,... On est loin de Pearl Jam non ?

Abordons la musique. Si vous cherchez une quelconque cohérence, vous devez faire marche arrière immédiatement et remettre bien vite votre Highway to Hell dans le lecteur, les frères Mael ne connaissent pas même l’existence du mot logique, on déniche dans ce joyeux bazar du rock, de la wave encore bien jeunette, de la pop sucrée à vous filer des caries rien qu’à l’entendre, du symphonique, du glam, et une bonne dose de psychédélique pour enrôber le tout. Si l’écoute intégrale vous filera peut-être quelques douleurs stomacales, trop de guimauve finit toujours par écœurer, on se prend à écouter de temps à autre ce drôle d’album, lourdement kitsch. A côté des Sparks, même Duran Duran ou Spandau Ballet passent pour des groupes de rock gothique dépressifs et ombrageux. Kimono my house peut se vanter de débuter par une réussite, This town ain’t big enough for both of us, single de l’album et parfait condensé de la folie débridée contenue dans cette galette. Car l’entièreté du disque est à l’avenant, un patchwork coloré, totalement fou, sans complexes aucun.

Pas de complexes, c’est ce qui ressort vraiment de la musique des Sparks, aucune frontière, tout pour l’innovation, ils ne rejettent aucune idée, ils composent avec ce qui leur tombe sous la main ou dans les oreilles, des noms reviennent en mémoire à leur écoute, Queen pour les dérives symphoniques, Pink Floyd pour les expérimentations sonores, les Beatles pour certaines mélodies, Jefferson Airplane pour le psychédélisme, ou encore les New York Dolls pour l’attitude glam-rock. Les Sparks peuvent se vanter malgré leur caractère très particulier d’avoir su profiter du talent de producteurs fameux. Pour cet opus, ce sera Muff Winwood, puis Tony Visconti se chargera des deux albums suivants, avant le retour du groupe aux USA. Dans les années 80, ce sera au tour de Gorgio Moroder de mettre sa grosse paluche sur les délires sparkiens.

Alors, peut-on continuer à vivre sereinement sans avoir écouté une de leurs œuvres ? Oui, sans aucun doute. Leur influence sur la new wave ou la pop est tout de même restreinte en comparaison d’autres contemporains pop-rockeux. Ils n’intéresseront toujours qu’une minorité de mordus à travers le monde. Mais il n’en reste pas moins que si vous souhaitez vivre une expérience sonore des plus débiles et inventives, si vous avez une ouverture d’esprit large comme le tunnel sous la Manche, et si vous n’avez ce jour-là pas envie de vous prendre le chou, cette antiquité loufoque est fort recommandable.


PS : Par décret interne du 1er novembre 2008, le Grand Gourou Delvaux (Gloire à Dieu et à ses Saints) exige que l’on cite au moins une fois dans chaque chronique des groupes incontournables selon sa Magnificence, tels que Duran Duran ou Spandau Ballet. Quiconque ne respecterait pas ce règlement sera soumis à la torture en la demeure du Comte avec écoute intensive de la discographie complète des groupes précités durant un mois entier. Ceux qui ont osé enfreindre ces lois ne sont désormais plus ici pour témoigner.



Répondre à cet article

Vincent Ouslati





Il y a 99 contribution(s) au forum.

Sparks : "Kimono my house"
(1/11) 17 octobre 2013, par ugg boots
Sparks : "Kimono my house"
(2/11) 8 septembre 2013, par beats by dre
Sparks : "Kimono my house"
(3/11) 30 août 2013, par ugg pas cher
Sparks : "Kimono my house"
(4/11) 21 août 2013, par nike free
Sparks : "Kimono my house"
(5/11) 27 août 2012, par ccocoo
Sparks : "Kimono my house"
(6/11) 22 avril 2011, par Initiative Zarma
Sparks : "Kimono my house"
(7/11) 30 septembre 2010, par alain
Sparks : "Kimono my house"
(8/11) 21 novembre 2008, par nericj
Sparks : "Kimono my house"
(9/11) 16 novembre 2008, par Stéphane
Sparks : "Kimono my house"
(10/11) 12 novembre 2008
Sparks : "Kimono my house"
(11/11) 12 novembre 2008, par Seymour




Sparks : "Kimono my house"

17 octobre 2013, par ugg boots [retour au début des forums]

Must comply run to not allow walking, can stand not ugg boots outlet allowed to sit on, would never be able to sit and lie, you can move all the time to grasp. Sit-ups before going to bed is sure to be carried out, from the beginning of a get up, and later ten, twenty - kept increasing uggs for women state. This series still has the effect of http://bootsuggsoutletforwomen.com/... weight loss program, plus also increased my height, my weight has been dropped in my heart that excited ah !

[Répondre à ce message]

Sparks : "Kimono my house"

8 septembre 2013, par beats by dre [retour au début des forums]

Il a air max 2012 pas cher d’abord vu la mère chaussures ugg pâle, elle sortit de la chambre, très fort et dit : « Jeune-Unis, ce que vous air max classic bw femme dites Nonsense là encore, je vois qu’il vous tirer ?" beats by dre a air max 24 7 review dit : « Grand-mère ne va pas chez moi, je pense que ma grand-mère est revenue ah ? ». Père air max 1 noir est revenu, juste pour entendre les jeunes Etats, il a dit : « Les jeunes états, vous n’êtes pas eggplant stylo mont blanc fou ?" Bave côté cirier, en tapotant la main, Guaishengguaiqi dit : « Grand-mère, air max 2012 grand-mère, grand-mère."

[Répondre à ce message]

Sparks : "Kimono my house"

30 août 2013, par ugg pas cher [retour au début des forums]

rencontré un fantôme. " "Phantom ? ugg pas cher Nous ne croyons pas qu’il y ait bottes ugg 87 2012 des fantômes." Chen Feng a dit nonchalamment. bottes ugg Don oncle se mit à rire et dit : ". Je ne bottes ugg 4.0 v2 crois pas aux fantômes, mais nous sommes ah si légendaires dire qui va être maudit ugg en lui, il aura ugg pas cher 2 anormal inexplicablement tué."

[Répondre à ce message]

Sparks : "Kimono my house"

21 août 2013, par nike free [retour au début des forums]

At seieren air max 2013 var Miss lavadelen griser Friends of Dogs." Denne setningen sier at vinner tennene, det kan sees inne i en nike air max 90 dyp bitterhet. Nike Free Run "Vet du Chen død, og at årsakene til barnets død ?" Liu spør nike air max dame lagmannen å fortsette. "Jeg vet." Det seier trakk pusten dypt, og sakte etter free run åpningen : "Chen blir drept, fordi jeg voldtatt Chen, så Chen nike free 3.0 v3 begikk selvmord." Nike Free 3.0 v3 dame Det seier sier en, men det er tiltrukket folk av alle nåværende diskusjonen, er en tid fortsatt støyende nike free run tilbud sko enn markedene. "Spratt" i rettssalen gavel på toppen igjen nike free run sko dame hørtes : "ga meg ro !" Folk som umiddelbart sluttet å snakke, bare se på øynene nike free run norge til seier blir ikke kuttet og avsky, og at seieren virket ikke sove. Nike Free 3.0 v3 "Den dagen Miss Shen sies nike air max 90 norge å gå ut og spille, men jeg vet at han må være ute av skade er, hver dag jeg så ham ødelegge nike air max 2012 norge ryktet til andre, men jeg kan ikke air max safari gjøre noe, jeg bare så på, jeg inkompetanse. Generelt Wu Shen er ikke tiden for å ta meg ut, kan være den dagen jeg vet ikke hvorfor så begeistret Miss kondisjonerte, selv med nike free run 2 min sønn og en gruppe colombianske gå ut, "Når de nike free 2013 finner vi nødt til å slå denne jenta en fotgjenger da vi kjørte bort sammen."

[Répondre à ce message]

Sparks : "Kimono my house"

27 août 2012, par ccocoo [retour au début des forums]

Soccer is not only about Peyton Manning Jerseys specialized online players, additionally it is concerning the Tom Brady Jerseys toddlers in the beginning stages as well as Tim Tebow Jerseys actively playing pee-wee soccer

[Répondre à ce message]

Sparks : "Kimono my house"

22 avril 2011, par Initiative Zarma [retour au début des forums]

Malgré un talent que je qualifierais de "potentiel" (Disons qu’on pouvait le percevoir à travers de rares titres à la qualité exceptionnelle) il reste que les Sparks auront fait essentiellement de la soupe durant la majorité de leur longue carrière.

Surtout à partir de leur virage disco, surement très drôle, tres 28eme degré, mais totalement sans intérêt sur le plan musical. (Même pas certain qu’ils aient fait significativement de la thune avec, en plus... Ce qui rend la tentative doublement pitoyable)

Et ô surprise, ces lascars que l’on pouvait, pour les raisons évoquées ci-dessus, ranger dans la rubrique des "never-has-been" ont sorti durant les années 2000 trois albums excellents.

"Lil Beethoven" est fort sympathique
"Exotic créatures..." et "Hello young lovers" sont carrément énormes.

C’est d’ailleurs, à ma connaissance, un des rares (sinon l’unique) groupe(s) connu à sortir des titres mieux foutus au bout de 40 ans de musique qu’à leurs débuts.

[Répondre à ce message]

Sparks : "Kimono my house"

30 septembre 2010, par alain [retour au début des forums]

Difficile pour un fan hard-core des Sparks de réagir après lecture d’une telle critique car après tout que tu réduises ce groupe à une bonne blague renforce mon sentiments qu’en te lisant ou en lisant les dernières critiques de C-Jérôme, vous profitez de ces colonnes pour étaler votre sens judicieux du second degré. On s’amuse comme on peut mais je me demande si vous ne pourriez pas faire cela dans un autre blog.

Ici, on voudrait lire le résultat d’un travail de vrais chroniqueurs pour se faire une idée d’un groupe, d’un disque, est-ce vraiment trop demander ? Exemples… replacer un disque, un groupe dans son contexte, donner quelques faits historiques et musicaux et puis donner votre avis (avec ou sans humour d’ailleurs. Dans ton cas, j’aurais préféré sans humour, note !).

Les Sparks sont des rigolos et la musique qu’ils font, c’est pour se marrer, certes. Que la presse pour les trois derniers disques est quasi unanime sur le fait que le groupe a refait surface, qu’on apprécie la qualité des textes et la fraîcheur de leur musique, on s’en fout. C’est juste un groupe pour se marrer, qu’on se le rappelle. Un peu comme Zappa donc, si je suis le même principe (inventivité musicale… au panier, paroles bourrées de non sens assumé, au panier, etc.)

Dans les réponses, certains font ton boulot. L’apport musical du groupe ? Ben oui, on pouvait en parler : influence évidente de Queen, (on apprécie ou pas mais gros vendeurs quand même), intérêt certain par le leader de DEPECHE MODE et je rajoute... les Rita Mitsouko en était dingues (cf. le track "Singing in the shower"), etc.

De même qu’écrire quelques lignes sur les deux disques parus sous le nom d’Hafnelson, l’un datant de 71 (produit par Todd Rundgren) et l’autre "A Woofer in Tweeter’s Clothing » de 72 et qui sont absolument incroyables aurait été également souhaitable et envisageable dans une vraie critique/chronique de disque. J’en demande beaucoup certes ! Trop ? Visiblement !

al.

[Répondre à ce message]

Sparks : "Kimono my house"

21 novembre 2008, par nericj [retour au début des forums]

"peut-on vivre sans avoir entendu ce disque ?"
Je dirais tout simplement qu’il faut avoir une demie heure à perdre devant soi pour s’aventurer dans cette écoute. OK, ils ont droit à l’humour, mais tout un album avec une voix de serveur de restaurant chinois (ihih ih), c’est particulièrement gonflant ! ! Quant aux compos, .. ..

[Répondre à ce message]

Sparks : "Kimono my house"

16 novembre 2008, par Stéphane [retour au début des forums]

Dans les influences, tu aurais du citer Roxy Music, première époque. Non seulement ça aurait fait plaisir à Maître Delvaux, mais aussi c’est indéniable, surtout sur This Town...

[Répondre à ce message]

Sparks : "Kimono my house"

12 novembre 2008 [retour au début des forums]

Delvaux est Comte ? Ou j’ai raté un épisode ?

[Répondre à ce message]

Sparks : "Kimono my house"

12 novembre 2008, par Seymour [retour au début des forums]

Bonne critique malgré quelques fautes d’orthographes et de frappe. C’est vrai que ce groupe manquait sur Pop-Rock en quantité suffisante. Un bémol cependant : Barbecutie n’est à l’origine qu’une face b qui a été inclus dans les différentes versions CDs.

[Répondre à ce message]

    Sparks : "Kimono my house"

    12 novembre 2008, par Dr. Taylor [retour au début des forums]


    Je n’ai pas vu de fautes, moi...

    [Répondre à ce message]

      Sparks : "Kimono my house"

      12 novembre 2008 [retour au début des forums]


      Ouais oh une tite (enrober, mais notre ami est en mode circonflexe en ce moment et vit sous la menace physique, c’est quasi certain :-). Oui ce groupe est bien plus « majeur » que Pattin et Couffin et fait encore des trucs bien débiles et inventifs.

      La musique se doit d’être un divertissement avant toute chose. Bôf... je fais partie de ces vieux cons qui n’aiment la musique que pour ce qu’elle sait faire au corps (c’est le zguègue qui commande si c’est pas les pieds) tout en goûtant peu ce concept forain de divertissement.

      Vous semblez animé vous-même M. Ouslati d’une curiosité et d’une ouverture d’esprit large ça comme et la qualité de vos textes me fait douter que vous ne fassiez que vous divertir et nous avec...

      [Répondre à ce message]

        Sparks : "Kimono my house"

        12 novembre 2008, par BdM [retour au début des forums]


        Vous avez un Robert dans l’fion les poteaux, c’est bien pour vous ! Mais arrêtez de nous casser les couilles avec vôt’grand savoir les lulus, c’est petit et ça n’amène rien.

        [Répondre à ce message]

          Sparks : "Kimono my house"

          12 novembre 2008 [retour au début des forums]


          Toi Bonnie moi Clyde un jour dans une autre vie. Et l’inverse si tu veux bien dans celle d’après. Faut que la roue elle tourne t’as raison.

          [Répondre à ce message]

        Sparks : "Kimono my house"

        12 novembre 2008, par Vincent Ouslati [retour au début des forums]


        J’apprécie de tomber sur des disques qui, à la base, ne sont peut-être pas à ranger dans mes goûts personnels.

        Si la rencontre est sympathique, je me dis que je vais mourir un peu moins con.
        Quant à la musique, vous ne semblez pas me contredire en disant qu’elle doit parler avant tout au corps et non au cerveau, je suis totalement en accord avec cela, cher ami.
        Croyez-le bien, je me divertis autant à écouter de la zizique qu’à en décrire par la suite l’effet qu’elle produit sur ma petite personne.

        J’en profite tant que ça m’amuse :-)

        [Répondre à ce message]

          Sparks : "Kimono my house"

          12 novembre 2008 [retour au début des forums]


          Là, vous n’aurez pas su lire mon compliment (y’avait rien d’autre). Son Comte a tout bon quand il dit vie de merde tout est trop gris. Mais les Sparks ça met définitivement de bonne humeur alors !...

          [Répondre à ce message]

          Sparks : "Kimono my house"

          12 novembre 2008, par BdM [retour au début des forums]


          Quant à ce qu’il en est de "l’aurtografe" et la prose de certains, c’est pas les sujets auxquels je voulais faire allusion ! Par contre qu’on en fasse une dérivation ça me troue l’cul et je cite le gugusse plus haut qui s’prend pour tonton Capello ! Alors ras l’cul des young boys qui s’prennent pour des champions et qui sont incapables d’écrire "hiéroglyphe" correctement. Et bravo pour la chronique.

          [Répondre à ce message]

        Sparks : "Kimono my house"

        12 novembre 2008, par Vehau [retour au début des forums]


        Le Comte a réellement pris contrôle de sa pauvre âme....

        [Répondre à ce message]

      Sparks : "Kimono my house"

      12 novembre 2008, par debbie pinson [retour au début des forums]


      Là par contre, j’en vois une : selon le traité Grévisse reconnu officiellement par l’Honorable Académie Française, le participe passé conjugué avec l’auxiliaire avoir s’accorde en genre et en nombre avec son complément d’objet si celui-ci est placé avant le verbe. Il aurait fallu rajouter un "e" à "inclus". ;-)

      [Répondre à ce message]