Pop-Rock.com



Led Zeppelin : "Presence"
Il est toujours parmi nous.

dimanche 3 avril 2011, par Vincent Ouslati

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Léo Ferré : "Avec le temps"
Japan : "Obscure alternatives"
The Who : "Quadrophenia"
AC/DC : "Highway to Hell"
Roxy Music : "Roxy Music"
Brian Eno : "Music for airports"
Led Zeppelin : "In through the out door"
Deep Purple : "In Rock"
Bob Seger & The Silver Bullet Band : "« Live » bullet"
Joy Division : "Unknown pleasures"


"J’allais un peu partout en boîtillant au milieu de ce super morceau (Achilles last stand, NDLR) lorsque subitement mon enthousiasme prit le dessus : je me suis mis à courir dans la cabine avec cette béquille orthopédique et je suis tombé, le mauvais pied en premier. Il y a eu un terrible craquement, un grand flash de lumière, et je me suis tordu de douleur."

Alors que l’année 1975 semble s’achever pour le mieux, avec un Physical Graffiti au sommet des charts et des concerts-fleuves (atteignant parfois quatre heures...) qui font s’accumuler les biftons, Robert Plant, de vacances en famille sur l’île de Rhodes souffre un grave accident de voiture.
Annulation de la nouvelle tournée mondiale, lente rééducation prévue sans garantie de pouvoir de nouveau marcher correctement et Maureen (la femme de Plant, qui conduisait la voiture) dans un sale état pour de longs mois, l’ambiance n’est pas à la fête.

Pourtant, des péripéties privées comme cela, on s’en fout ! Et l’on presse Led Zeppelin de remonter en selle sans attendre. Il ne faudrait pas que quelques drames mineurs aillent entacher la suprématie du groupe, pas maintenant, pas encore...
On se partage le boulot, leur gourou Peter Grant prépare un film sur le dirigeable (le mauvais The song remains the same et son pendant musical) tandis que Page et Plant partent écrire de nouveaux textes - sans envie réelle - à Malibu.

Enregistré à Munich en trois semaines, Presence porte en lui la souffrance insupportable d’un Plant incapable de tenir debout, et qui rejaillit sur l’ambiance du studio. Malgré ces conditions difficiles, Led Zeppelin accouche finalement d’un grand disque, certainement l’album le plus radical de leur carrière. Radical parce qu’ils ne pouvaient faire autrement et travailler plus longtemps.
Plus de temps en studio, c’est plus de douleur pour Robert Plant. Incapable de maitriser son émotion sur les parties de chant d’Achilles last stand, oubliant ses jambes blessées, et qui se rappellent bien vite à lui... Il doit s’arrêter, reprendre, hurle de douleur et ses camarades qui ne peuvent rien, et qui n’ont pas le coeur à poursuivre.

Presence est un disque de la dépression, du doute qui s’installe dans l’histoire de ces jeunes mecs pleins aux as et qui connaissent soudainement une faille dans leur gloire. Il y a le questionnement derrière l’arrogance, le sentiment que rien n’arrive par hasard, que cet accident, tragique, symbolise aussi quelque chose pour eux en tant que groupe.
Dans ce studio Musicland de Munich, on ne rit pas, on parle peu, on avance, simplement. Bien que le ton ne soit pas résolument plus lourd qu’auparavant, le disque s’avère plus pesant, plus métallique que jamais, avec cette cohérence qui faisait un peu défaut à ses prédécesseurs (mais leur donnait aussi plus de folie).
Achilles last stand est le chef-d’oeuvre absolu, qui éclipse de sa grandeur tout ce qui le suit, et une grande partie de ce qui l’a précédé. Les paroles sont curieuses, plus que jamais, avec cette supposée venue d’un messie, d’Atlas, d’Albion... Mais ce qu’il faut en retenir c’est ce solo de guitare de Jimmy Page qui touche au divin. Il montrera la partition à John Paul Jones qui lui assurera de fait que jouer telle chose est impossible, Page persistera, et y parviendra.

Au-delà des prouesses techniques (le groupe est également brillant, encore une fois) Led Zeppelin prend conscience, et sur For your life tente la mise en garde :

"With the fine lines of the crystal pane through your nose,
And when they couldn’t resist you,
I said, "Just go with the flow",
And now your stage is empty,
Pull down the curtain, baby, please,
Fold up your show,
Hadn’t planned to, could not stand to fry in it,
I hadn’t planned it, I overran it,
Fry it for your life, for your life."

En effet, la coke c’est de la merde et ça rend accroc, Page aurait mieux fait de relire ces quelques paroles avant d’aller s’en enfoncer des pelles dans les naseaux. Mais parler de manière aussi claire des dépendances, sans le glorifier aucunement, c’est un fait nouveau chez eux, comme un sursaut de conscience chez ces jeunes stars.
Tea for one aborde l’absence de l’autre, et Plant y est dramatique, aux bords des larmes, et fait sien ce conte au manque et à l’oubli. Une délivrance qui poignarde par ses trémolos dans sa voix.

Derrière les durs moments, il y a ceux qui font rire, résultats cocasses de cette vie dédiée à la cause. Comme sur Royal Orleans et les mésaventures de Jones avec un travelo qu’il croyait être une groupie à moustaches...
Il serait faux de considérer Presence comme le meilleur album de hard-rock de la part de Led Zeppelin (celui-là, ils l’ont déjà fait), il est par contre certainement leur meilleur album de blues. Un blues lourd et totalement noir, qui les voit de nouveau reprendre Blind Willie Nelson (Nobody’s fault but mine) ou remettre à l’honneur Elvis Presley (Candy store rock, bonne tentative rockabilly).

Presence qui singe par la maquette graphique de Storm Thorgerson le monolithe de 2001, L’Odyssée de l’espace (sorti en 1968) est donc un objet curieux, qui ne fascine non par sa qualité globale sinon par son ambiance dramatique, comme un crépuscule qui se coucherait trop tôt. De cette ultime tranche de l’histoire de Led Zeppelin, Presence est la maturité, In through the outdoor la déchéance et Coda un petit bouquet fané sur la tombe du grand ballon (et encore...). Une puissante baudruche en pleine descente, qui ne remontera jamais plus aussi haut.



Répondre à cet article

Vincent Ouslati





Il y a 50 contribution(s) au forum.

Led Zeppelin : "Presence"
(1/9) 21 octobre 2013
Led Zeppelin : "Presence"
(2/9) 21 octobre 2013
Led Zeppelin : "Presence"
(3/9) 9 octobre 2013
Led Zeppelin : "Presence"
(4/9) 9 octobre 2013
Led Zeppelin : "Presence"
(5/9) 9 octobre 2013
Led Zeppelin : "Presence"
(6/9) 26 octobre 2012, par mini
Led Zeppelin : "Presence"
(7/9) 3 avril 2011, par Jérôme
Led Zeppelin : "Presence"
(8/9) 3 avril 2011, par Mangouste
Led Zeppelin : "Presence"
(9/9) 3 avril 2011




Led Zeppelin : "Presence"

21 octobre 2013 [retour au début des forums]

Came across the page by chance, but glad I did now ; very good post. Good stuff. Web Design Manchester

[Répondre à ce message]

Led Zeppelin : "Presence"

21 octobre 2013 [retour au début des forums]

You seemed to have gained a great response from this page. Keep it up ! Web Design Preston

[Répondre à ce message]

Led Zeppelin : "Presence"

9 octobre 2013 [retour au début des forums]

Great post today. An interesting read for any person who would agree with your views. Long may these posts continue. Web Design Manchester

[Répondre à ce message]

Led Zeppelin : "Presence"

9 octobre 2013 [retour au début des forums]

Interesting, articulate and a good read. The main point you made was particularly interesting. Keep it up ! Web Design Preston

[Répondre à ce message]

Led Zeppelin : "Presence"

9 octobre 2013 [retour au début des forums]

An interesting post. I think your comments are expressive as well as founded. Think most people agreed on this thread.  Web Design Blackpool

[Répondre à ce message]

Led Zeppelin : "Presence"

26 octobre 2012, par mini [retour au début des forums]

I want to know more about this post, So please help me and give some ideas.
Leave Module

[Répondre à ce message]

Led Zeppelin : "Presence"

3 avril 2011, par Jérôme [retour au début des forums]

J’aime pas trop Led Zep, mais Achilles last stand, waw, ça décoiffe…

Merci Vincent !

[Répondre à ce message]

Led Zeppelin : "Presence"

3 avril 2011, par Mangouste [retour au début des forums]

Merci, une fois de plus. "Achille" est en effet un immense morceau, très méconnu comme presque toutes les chansons qui dépassent de beaucoup les quatre minutes réglementaires sur les radios. Ma femme, qui l’adore, a dit d’elle qu’elle n’était "pas vraiment une chanson". Bien vu ! Elle est bien plus que ça : un long dialogue (duel ?) entre une guitare et une batterie qui se termine par un solo où les notes de Page sont comme emportées par la tempête. Magique !

[Répondre à ce message]

Led Zeppelin : "Presence"

3 avril 2011 [retour au début des forums]

Presence est un album urgent, magique et envoutant dont tous les morceaux sont d’égale qualité, un peu à l’image du IV et de Houses Of The Holy (la diversité en moins pour Presence, peut-être). leurs autres albums sont très bons mais selon moi ils sont moins aboutis et entièrement réussis que ces trois en particulier

[Répondre à ce message]