Pop-Rock.com



Kraftwerk : "Trans-Europe Express"
La froide marche du progrès

mardi 8 juin 2004, par Jérôme Delvaux

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Joy Division : "Unknown pleasures"
Japan : "Obscure alternatives"
Ultravox ! : "Ultravox !"
Genesis : "The lamb lies down on Broadway"
Tri Yann : "La découverte ou l’ignorance"
Television : "Marquee Moon"
Bruce Springsteen : "Born to run"
Nico : "The end"
Dennis Wilson : "Pacific Ocean blue"
Richard Hell & The Voidoids : "Blank generation"


Si 1954 est l’an zéro du rock, 1977 est l’année de ses plus importants tournants. A Memphis, Elvis Presley, devenu bouffi et caricatural, décède d’une overdose de somnifères. A Londres, le mouvement punk s’érige en contre-culture anarchiste et fait trembler l’Angleterre sur ses bases. Les Sex Pistols suscitent une révolution culturelle urbaine et une évolution radicale des moeurs. The Clash y signifie, via sa chanson "1977", la fin du règne des dinosaures du rock. A New-York, Television donne à la nouvelle vague florissante ses lettres de noblesse avec un album prodigieux, emmené par les deux premiers guitar heroes du punk. A Berlin, David Bowie publie les tomes I et II de sa ténébreuse trilogie et produit le plus sombre album d’Iggy Pop. A Manchester, Joy Division commence à répéter dans une cave, sous le nom de Warsaw. A Düsseldorf, Kraftwerk enregistre son meilleur album à ce jour. C’est ce dernier point qui nous intéresse aujourd’hui.

On parle souvent des Kraftwerk comme des grands-pères de la techno et des pionniers de l’electro. De fait, ils furent le premier groupe à faire un usage exclusif de synthétiseurs, et ce, dès le début des années 70. Devenu une valeur sure avec un LP comme Autobahn, le quatuor séduit un public d’intellectuels curieux et avides de nouvelles technologies. Leur influence sur des artistes comme Brian Eno et David Bowie n’est pas à démontrer. Le semi-instrumental V2-Schneider, qui figure sur Heroes, est directement dédié à Florian Schneider, tête pensante du groupe et co-producteur, avec Ralf Hütter, de Trans-Europe Express. Juste retour des choses, le concept même de l’album est inspiré par Station to station, le disque sorti par Bowie un an plus tôt. Avec une sonorité kraftwerkienne de locomotive samplée en intro et un jeu de clavier binaire, la plage titre Station to station, de plus de dix minutes, a considérablement marqué les Allemands. Les morceaux Trans-Europe Express et son enchaînement sans blanc, Metal to metal, qui font plus de quinze minutes, sont composés directement en réponse à ce modèle. Le bruit de la locomotive demeure ici tout au long des deux plages. Les percussions métalliques samplées, sons de basses et parties de claviers posées sur cette rythmique mécanique forment un tout menaçant, froid et martial. Les paroles, plus parlées que chantées, évoquent le passage du train par Paris, Vienne et Düsseldorf. Cette dernière étape est l’occasion d’un hommage à l’auteur de Station to station et à son inséparable compère de l’époque : « From station to station, back to Dusseldorf City, meet Iggy Pop and David Bowie ». Difficile de faire plus clair.

Sceptiques sur la question de la construction de l’Union européenne, Kraftwerk évoque le sujet dès la première plage avec Europe endless. L’Europe sans fin est ici présentée comme le mariage, je cite, de l’élégance et de la décadence. Mais qui est donc visé par l’adjectif décadent sinon la Grande-Bretagne ? La révolution punk évoquée ci-dessus existe pratiquement plus par l’attitude et par le look de ses représentants que par leur musique. Est-ce surprenant dans la mesure où c’est la styliste Vivienne Westwood qui s’occupe de la garde-robe des Sex Pistols et son compagnon, Malcolm McLaren, qui prémédite la plupart de leurs interventions politiquement incorrectes ? En cette époque de No Future, de chemises taguées et d’épingles à nourrices, Florian Schneider, Ralph Hütter, Karl Bartos et Wolfgang Flur tiennent à poser sur la pochette de l’album propre sur eux, bien coiffés, en costume et cravate. Pour se démarquer de ces voyous de Pistols, Clash, Buzzcocks, Stranglers et Damned mais aussi de Suicide qui mélange la même année attitude punk et sons électroniques.

Outre le look, la création musicale du quatuor est également à des années lumières de ce qui se fait alors à Londres. Bartos et Flur s’enregistrent cognant avec divers instruments sur des grandes plaques métalliques suspendues (procédé que reproduiront avec bonheur Gary Numan et Depeche Mode) tandis que Schneider et Hütter mettent au point des successions de boucles synthétiques répétitives (que n’ont eu de cesse de leur pomper tout le gratin de la scène techno de ces vingt-cinq dernières années). Florian y pose son imperturbable timbre de voix, pour un résultat novateur et résolument germanique.

Il fait un froid de canard sur ce Trans-Europe Express, œuvre à tout point de vue avant-gardiste. Outre l’aspect révolutionnaire de ses techniques, Kraftwerk peut également être crédité d’une certaine déshumanisation de la musique, la rendant tout à la fois moins chaleureuse, plus pesante et plus mélancolique. Un peu à l’image de la société qui l’entoure... De Bowie à Laurent Garnier, en passant par Depeche Mode, Front 242, Moby, New Order, Prodigy et les Chemical Brothers, les recettes kraftwerkiennes feront nombre d’émules pendant plus de deux décennies. Retourner aux racines de ce en quoi on croit est souvent utile et parfois indispensable. Au vu du succès de tous ces héritiers du son de Düsseldorf, le Trans-Europe Express n’est pas près de rentrer en gare...



Répondre à cet article

Jérôme Delvaux





Il y a 11 contribution(s) au forum.

B2B marketplace
(1/6) 13 novembre 2012, par shawn07
Kraftwerk : "Trans-Europe Express"
(2/6) 9 mars 2011, par spock27@gmail.com
Kraftwerk : "Trans-Europe Express"
(3/6) 30 octobre 2006
Kraftwerk : "Trans-Europe Express"
(4/6) 23 septembre 2006
Kraftwerk : "Trans-Europe Express"
(5/6) 4 septembre 2006
> Kraftwerk : "Trans-Europe Express"
(6/6) 15 mars 2005, par lkj




B2B marketplace

13 novembre 2012, par shawn07 [retour au début des forums]

Hi,
Great insights,
You have nicely described.
Thanks for sharing…

B2B marketplace

[Répondre à ce message]

Kraftwerk : "Trans-Europe Express"

9 mars 2011, par spock27@gmail.com [retour au début des forums]

étrange quand même que ce look à la fois "plus branché, tu meurs" et une élégance fin de siècle

je crois que seul Kraftwerk a pratiqué cet équilibe assez casse-gueule.

leur clip également : eux quatre dans un train ! en 77, célébrer les voyages en trains, il fallait oser !

les portraits ont été effectués dans le style du très célèbre studio à Paris, peut-être...Harnoncourt, je ne sais et je n’arrive à rien sur le net. pourtant, la première cour’ a été faite à New-York, la pochette arrière à Paris mais par un certain J. Stara encore ce mélange d’avant-garde et de passéisme

parler de look, voir d’esthétisme avec le groupe Kraftwerk n’est en rien déplacé. Tout était signé sous le sceau du desing, même leur studio à présent "volant" :-)
à remarquer que la pochette de TEE remastérisé 2009 présente un train complètement stylisé qui n’aurait pas dénaturé à l’expo 58, lol

al.

[Répondre à ce message]

Kraftwerk : "Trans-Europe Express"

30 octobre 2006 [retour au début des forums]

TEE est vraiment ce qui dirais pour moi leur chef d’oeuvre avec Radio Activity ... parce que les predecesseurs c’est couci couca, mais la suite à partir de Man Machine ... c’est bon mais plus le temps passe , plus leurs musique devient garnie certe mais banale tout simplement parce que le style été creer, et ce n’est plus la grosse revolution

[Répondre à ce message]

    Kraftwerk : "Trans-Europe Express"

    24 juin 2007, par ledzepfan42 [retour au début des forums]


    Certe ! Avant (inclus) Autobhan, il n’y avait pas de gros chef d’oeuvre electronic, c’était plus des semlbant d’impro au sinthetizeur, flute, etc ... (voire la face B de autobhan)
    mais contrairement à ce que Marc dis, je trouve (perso) que c’est RaioActivity le premier grand album de Kraftwerk

    [Répondre à ce message]

Kraftwerk : "Trans-Europe Express"

23 septembre 2006 [retour au début des forums]

Je ne sais pas mais, il me semble (d’apres une impression) que l’album suivant The Man Machine, le style a bcp plus evolué, il me semble

[Répondre à ce message]

    Kraftwerk : "Trans-Europe Express"

    30 octobre 2006, par suedehead72 [retour au début des forums]


    hahaha !!! en fait des que l automne arrive , je ressort quelques pepites (cure,joydivision, suicide et kraftwerk !)des disques de saison tout simplement !!! mais franchement je n en reviens encore pas , il n a pas vieillis !!! il a un son tellement moderne !! et qui lui aussi a influencé tellement de monde !!!!.......

    [Répondre à ce message]

Kraftwerk : "Trans-Europe Express"

4 septembre 2006 [retour au début des forums]

vous dites "Krafwerk est le premier groupe à faire usage unique de synthetiseur" mais à ce temp là, il y avait aussi d’un tout autre style Tangerine Dream seulement le style est different kraftwerk : l’electrique, le mecanique et tagerine dream, le rêve , le plannage ....

[Répondre à ce message]

> Kraftwerk : "Trans-Europe Express"

15 mars 2005, par lkj [retour au début des forums]

Ce disque est également à l’origine du rap (Africa Bambaataa).
D’ailleurs il y a un truc qui me saute aux yeux : où sont les musiques noires sur votre site ?

[Répondre à ce message]

    > > Kraftwerk : "Trans-Europe Express"

    15 mars 2005, par J. Prévost [retour au début des forums]


    "Le site indépendant de la pop et du rock". Il nous arrive de mentionner des artistes hip-hop dont la connection avec le rock est suffisamment concrète dans l’esprit ou la musique, mais nous gardons notre ligne rédactionnelle telle qu’elle a été prévue à la base. Même si tel était le sujet, nous n’aurions de toute façon pas forcément les connaissances pour parler correctement de jazz, de funk, de soul ou de rap, et les bons chroniqueurs - quel que soit le rayon - sont rares.

    Et au fait, merci de visiter le site aussi à fond.

    [Répondre à ce message]