Pop-Rock.com



Jean-Michel Jarre : "Oxygène"
Air

mercredi 6 février 2008, par Geoffroy Bodart

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Bryan Ferry : "Another time, another place"
Bryan Ferry : "In your mind"
Roxy Music : "Siren"
Television : "Marquee Moon"
Richard Hell & The Voidoids : "Blank generation"
Pink Floyd : "The Wall"
The Rolling Stones : "Exile on Main Street"
Miles Davis : "Bitches brew"
Queen : "A night at the Opera"
Bob Dylan : "Blood on the tracks"


En 1977, Jean-Michel Jarre chamboulait de nombreuses conceptions en matière de musique électronique, et même de musique pop. Trente ans et douze millions d’albums vendus plus tard, on peut affirmer que l’onde de choc s’est durablement propagée et a laissé de nombreuses séquelles. La réédition de cette pierre angulaire de la musique « faite avec des machines » était la bonne occasion pour nous d’aborder cet artiste controversé.

Si la musique électronique avait déjà ses pionniers et ses headliners, qu’il s’agisse de Tangerine Dream ou bien entendu de Kraftwerk, elle ne s’imposait pas encore comme un genre ultra-populaire. Bien que la foule commençait à répondre présent, il manquait ce petit éclat qui allait vulgariser le genre et introniser la musique électronique comme genre populaire au même titre que la pop ou le rock. Oxygène fut incontestablement cette étincelle.

Contrairement à ses prédécesseurs, Jean-Michel Jarre envisagea la musique sous ses aspects les plus organiques, chaleureux et naturalistes. Cela ne signifiait pas encore la fin des expérimentations et des longues plages ambiantes au profit du format pop de trois minutes et demie, mais la fracture avec ce que les groupes électro proposaient alors est bien réelle. Le public ne s’y trompa pas en plébiscitant cette approche à mille lieues de la froideur calculée des Teutons susnommés et en faisant d’Oxygène l’album d’un artiste français le plus vendu à ce jour. Et il est en effet difficile de ne pas succomber devant les charmes de cette musique, qui, si elle accuse le poids des années d’un point de vue technologique (mais le nouvel enregistrement vient offrir un petit lifting aux compos), tient toujours la route de par ses aspects mélodiques et évocateurs.

Mais malgré ses parties 2 et 4 bien pop et entraînantes, c’est bien de musique ambiante qu’il s’agit avant toute chose. L’objectif n’est nul autre que celui d’offrir un voyage à l’auditeur, de lui faire fermer les yeux et imaginer les paysages et le monde qui défilent sous son corps en apesanteur. Avant-gardiste à tous points de vue, Jean-Michel Jarre frappa également les imaginations avec ses préoccupations écologiques avant l’heure et son artwork tétanisant signé Michel Granger. Ce dessin retravaillé en 3D pour cette réédition, s’il n’a plus la force d’impact de l’original, reste néanmoins une pochette inoubliable.

Pour combler les amateurs, trois éditions sont sorties simultanément : simple CD, CD + DVD et CD + DVD 3D stéréoscopique. Le DVD offert en bonus sur les deux dernières éditions propose un enregistrement live de l’album, augmenté de quatre extraits inédits, en studio. Concrètement, une caméra digitale se ballade dans un studio bourré de machines dans lequel Jarre et ses acolytes interprètent l’album. C’est assez sympa, c’est une autre façon d’écouter le disque, mais c’est un peu lourd de passer une heure à regarder les musiciens passer d’un synthé à l’autre et jouer leurs partitions. En même temps, ça s’appelle Live in your living room, c’est pas les pyramides de Gizeh, non plus... Et on se doute que le principe sert surtout la dernière édition, permettant à ceux qui disposent du matériel adéquat, de vivre cette prestation en 3D.

A la suite de cet album révolutionnaire, Jean-Michel Jarre cultiva une image d’artiste controversé. Entre égo démesuré, prestations pharaoniques, albums soufflant le chaud et le froid, le bonhomme a acquis autant de fans dévoués corps et âmes que de détracteurs acharnés et définitifs. Une seule chose sur laquelle tous se doivent de tomber d’accord : cet album a changé la face de la musique électronique. Pour un bien ou un mal, c’est un autre débat. Et de toute façon, c’est trop tard...



Répondre à cet article

Geoffroy Bodart





Il y a 11 contribution(s) au forum.

Jean-Michel Jarre : "Oxygène"
(1/3) 16 février 2008
Jean-Michel Jarre : "Oxygène"
(2/3) 14 février 2008, par Raphaël
Jean-Michel Jarre : "Oxygène"
(3/3) 6 février 2008, par Ced_F




Jean-Michel Jarre : "Oxygène"

16 février 2008 [retour au début des forums]

OXYGENE est paru non pas en 1977 mais fin 1976, mais de toute façon, ça ne change rien au fait que Jarre n’a rien révolutioné dans le domaine de la musique électronique car Kraftwerk et Tangerine Dream avaient sorti des albums bien plus poussés et surtout avant lui ! RUBYCON, RICOCHET et STRASTOSFEAR de Tangerine Dream, AUTOBAHN et RADIO-ACTIVITY de Kraftwerk allient goût de l’expérimentation et facilité pour les mélodies. et si l’on va plus dans l’analyse, un certain Giorgio Moroder en 1977 a sorti simultanément FROM HERE TO ETERNITY (sous son nom) et les révolutionnaires I FEEL LOVE ainsi que l’album ONCE UPON A TIME pour Donna Summer qui a totalement changé la face de la dance music en lui apportant la touche électro pour les années à venir (ce qui allait ouvir bien plus tard les portes de la techno & Co.), donc même là, Jarre ne fut qu’un suiveur !

[Répondre à ce message]

Jean-Michel Jarre : "Oxygène"

14 février 2008, par Raphaël [retour au début des forums]

en 77 ?
c’est pour rire ou quoi ? tout avait déja été fait au niveau avant garde electronique.
cet album n’a rien chamboulé du tout !

[Répondre à ce message]

Jean-Michel Jarre : "Oxygène"

6 février 2008, par Ced_F [retour au début des forums]

En effet, "cet album a changé la face de la musique électronique" et j’ajouterai même, de la musique tout court, car, depuis lors, l’emploi de "machines" dans la création musicale n’a jamais cessé et n’a jamais été aussi présente qu’actuellement . Même des artistes ou des groupes purement rock se sont, à un moment ou à un autre, laissé tanter par l’électronique, avec plus ou moins de succès...
"Oxygène" a fait entrer la musique électronique dans les foyers et a montré au public, mais aussi à beaucoup de producteurs, que ce genre de musique pouvait également faire succès et, pour les producteurs, faire recette .

La suite de la carrière de Jean-Michel Jarre reste, finalement, semblable à celle de beaucoup d’artiste ayant tout de suite proposé un chef-d’oeuvre pour commencer, c’est-à-dire une carrière en "dent de scie".

Personnellement qu’aime beaucoup "Equinoxe" (1979) créé dans le même esprit qu’Oxygène et Zoolook (1984), poussant plus loin les expérimentations sonores. Pour le reste je suis un peu plus mitigé.

[Répondre à ce message]

    Jean-Michel Jarre : "Oxygène"

    7 février 2008 [retour au début des forums]


    Je ne sais pas si cet album a changé la face de la musique électronique au même titre que Kraftwerk, Giorgio Moroder, D.A.F ou Cabaret Voltaire mais en parlant de face, un qui n’en a pas changé c’est bien ce bon vieux Jean-Miche. C’est pas possible, ce mec doit avoir dans son grenier un portrait de lui qui vieillit à sa place et qu’il lui est interdit de regarder sous peine de rattraper d’un coup tout le poids des ans.

    [Répondre à ce message]

    Jean-Michel Jarre : "Oxygène"

    7 février 2008, par Nobuko [retour au début des forums]


    Jarre a oscillé entre oeuvres commerciales (Chants Magnétiques, Rendez-vous, Revolutions, Chronologie, Oxygène 7-13, Téo and Téa...) et plus expérimentales (Oxygène, Equinoxe, Zoolook, En attendant Cousteau, Métamorphoses, Session 2000, Geometry of Love, Aero...).
    A la même époque, Vangelis partait dans une direction différente en proposant une musique plus émotionnelle et ambiante, emprunt d’influences ethnique et d’éléments aériens quasi éthérés.
    Je trouve que depuis quelques années, Jarre se dirige de plus en plus dans une ambient expérimentale limite envoutante (Métamorphoses, Geometry of Love et les inédits de Aero en sont un parfait exemple).

    [Répondre à ce message]

      Jean-Michel Jarre : "Oxygène"

      7 février 2008, par Bob Denard [retour au début des forums]


      Il me paraît délicat de mettre Métamorphoses, ensemble de perles pop chantées, avec Geometry of Love, ensemble lénifiant de titres ambient lourdauds destinés à une boîte de nuit. On ne parlera même pas de Sessions 2000, qui a dû faire honte à Francis Dreyfus... Les sons jazz, je les cherche encore. Oxygene 7-13 est la dernière chose valable du gars, qui aurait dû rester dans cette veine old school réinventée...

      [Répondre à ce message]

        Jean-Michel Jarre : "Oxygène"

        7 février 2008, par Nobuko [retour au début des forums]


        Métamoprhose, un ensemble de perles pop chantées ??? o_O Ah oui, c’est sur que Je me souviens ou encore Miss Moon sont super pop -_-, En plus on ne peut pas vraiment parler de titres chantés, certains étant tout juste parlés. Geometry of love est certes destiné à une boîte de nuit, mais en tant qu’auditeur j’en ai franchement rien à carrer XD. J’aime beaucoup cet album qui est très ambient et atmosphérique et où Jarre a su réinventer sa musique sans pour autant se réinventer lui même. Session 2000 reste un album très étrange, peut-être pas extraordinaire, mais intéressant. Je trouve personnellement que Session 2000 reste un album bien plus intéressant que les décevant Rendez vous et Révolutions, même si il y a des trucs sur ces deux derniers albums qui valent le coup d’oreille (Rendez 3 ou Last rendez vous sont sublimes).
        Cela dit, on peut reprocher n’importe à Jarre, mais certainement pas de laisser indifférent.

        [Répondre à ce message]