Pop-Rock.com



Gérard Manset : "La Mort d’Orion"
Insolite Odyssée

mardi 24 janvier 2006, par Boris Ryczek

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Roxy Music : "Manifesto"
Nico : "The end"
Pink Floyd : "Atom heart mother"
Nina Hagen : "Nina Hagen Band"
Emerson, Lake & Palmer : "Tarkus"
Kiss : "Destroyer"
Deep Purple : "Machine Head"
David Bowie : "Low"
Suicide : "Suicide"
Ultravox ! : "Ultravox !"


La Mort d’Orion n’est probablement pas le meilleur album de Gérard Manset. Trop délirant, aussi bien du côté des paroles que de la musique, il tranche singulièrement avec la pureté ascétique d’albums plus tardifs, comme Lumières ou Revivre. Néanmoins, grâce à son inventivité constante, il mérite d’être cité comme l’un des meilleurs disques de rock parus en France à son époque, au delà de toute chapelle, de toute école ou même de toute catégorie connue... Chronique martienne.

« Où l’Horizon prend fin, où l’œil jamais de l’homme n’apaisera sa faim, au seuil enfin de l’Univers, sur cet autre revers trouant le ciel de nuit, d’encre et d’ennui profond, se font et se défont les Astres ». C’est sur ces quelques paroles, d’une impudente insobriété, que s’ouvre le concept-album, l’opéra rock, l’oratorio psychédélique, enfin bref, l’objet musical non identifié de Gérard Manset. Prononcées par la voix profonde de Gianni Esposito, poète et chanteur belge habitué de la Rive Gauche parisienne, elles situent d’emblée le discours dans un registre grave. Puis c’est au tour d’Anne Vanderlove d’intervenir. Et le timbre clair de cette chanteuse, une autre enfant du Quartier Latin, apporte un peu de douceur en contrepoint. Des violons font grincer leurs cordes, un sitar égraine quelques notes éparses, une flûte se met à jouer une mélodie andine et jazzy. Où sommes-nous ? « Sur Orion que la Mort attend », nous annonce Esposito, dans un nouveau monologue.

Il faut attendre quatre minutes de cette hallucinante introduction avant que le maître de cérémonie, compositeur, orchestrateur et auteur de l’œuvre, ne se décide à chanter. Pour qui n’a jamais entendu la voix de Gérard Manset, il est assez difficile d’oser une description. Grêle, quelquefois hésitante, toute en colères rentrées et en désespoirs pudiques, elle ne laisse surgir son lyrisme qu’au moment des apogées du texte et de la musique. Pas démonstrative pour un sou, elle est de celles qui vous disent d’emblée : « Prenez-moi comme je suis ou passez votre chemin ». Et toute la personnalité artistique de Manset, tout ce qu’on en devine, tient dans cette voix. Le seul musicien de rock qui a refusé de rééditer un tiers de sa discographie en CD parce qu’elle ne lui plaisait plus « voyage en solitaire », comme le dit sa plus célèbre chanson. Il se soucie donc bien peu de convenir à son époque, même s’il la croise inévitablement sur sa route.

La Mort d’Orion correspond évidemment à un moment précis de l’histoire du rock : 1970, année charnière où les derniers éclats libertaires de la révolution psychédélique se muent lentement en cette musique cérébrale qu’on appelle curieusement « rock progressif ». On serait tenté de classer l’album dans cette catégorie, au vu de la longueur de son premier morceau qui, après sa détonante introduction, continue de s’étendre jusqu’à la fin de la première face. Mais ce serait oublier que ce disque ne ressemble, en réalité, à rien, pas même aux autres disques de Manset. Les paroles, tout d’abord, se détournent de ce que l’ouverture pouvait laisser attendre : le récit. Evocatrices plus que descriptives, recourant sans doute à l’écriture automatique, elles multiplient les images, parfois saisissantes (« Les bras tendus comme des plantes carnivores »), parfois à la limite de l’obscurité (« Les grands arbres se dressent, les yeux mouillés, leurs cheveux comme des tresses qui cachent le soleil, les fleurs sont comme des oreilles, et tout homme est pareil »). Elles font ainsi de cette première longue plage un moment d’abstraction bizarre, de dépaysement total qui n’a qu’un rapport ambigu avec la science-fiction promise. La musique, elle, se construit tout entière à partir du chaos de l’introduction. Les violons grinçants, le piano pop, le sitar, la flûte jazzy, surplombent la basse et la batterie, se croisant et se chevauchant selon des arabesques complexes. Là aussi, on apprécie la saveur de l’inédit. A vrai dire, il est même difficile de considérer tout cela comme du rock, et l’on n’oserait jamais dire une chose pareille si Manset n’avait pas démontré ailleurs son goût pour les solos de guitare en acier trempé (2870, Le Pont, On sait que tu vas vite...).

Le plus intéressant est peut-être la façon dont ces arrangements compliqués ont été conçus. Bricoleur minutieux et anticonformiste, Manset a lui-même enregistré les pistes des différents instruments et, muni de ciseaux et de rouleaux de scotch, les a assemblés à la main pour forger son disque, inversant quelquefois les pistes, rejouant certaines d’entre elles en boucles, créant des fragments méconnaissables à partir de passages orchestrés. C’est finalement l’esthétique du sample qu’il préfigurait, en créant dans son studio cette « symphonie pour un homme seul », pour reprendre une expression d’un autre novateur, Pierre Henry. Et, peut-être plus encore que sur la première face, c’est dans les morceaux de la deuxième que l’on constate à quel point cet esprit d’expérimentation autodidacte porte ses fruits. Le Paradis Terrestre, une chanson mêlant le thème du Péché Originel à la paranoïa pure et simple, se trouve ainsi propulsée dans d’autres dimensions par les boucles musicales qui viennent la perturber dans sa coda, magma monstrueux dans lequel on reconnaît le remix primitif d’un ancien morceau du chanteur : Animal On Est Mal.

Elégie Funèbre, au contraire, finit le disque sur un climat beaucoup plus dépouillé. La piste jouée à l’envers d’un piano, ponctuée ça et là de quelques violons parcimonieux, constitue le seul accompagnement d’une mélodie semblant sortie du fond des âges. Manset y célèbre la Mort en pastichant le français médiéval de François Villon, dans un texte d’une incroyable dureté : « Couvrez-moi de fleurs s’il le faut, laissez venir l’homme à la faux, et si me coudre les paupières, au moins ne me riez derrière ». Si l’on en croit une interview qu’il accorda aux Inrockuptibles dans les années 90, le chanteur éprouva par la suite un certain malaise d’avoir écrit une chanson aussi lugubre à l’âge de 24 ans. C’est peut-être une des raisons pour lesquelles, en dépit du tapis rouge critique qui accueillit sa sortie, La Mort d’Orion connut longtemps une traversée du désert. Modestement vendue à sa sortie, les collectionneurs se l’arrachèrent à prix d’or jusqu’à sa réédition surprise en 1997. On souhaite qu’un jour les autres enregistrements inédits du chanteur connaissent le même destin, mais ce dernier s’y oppose obstinément, de même qu’il refuse de passer en concert. Tout ceci n’est pas grave... A l’heure d’Internet, ces morceaux sont désormais bien plus faciles à trouver, et l’on ne peut que saluer l’attitude quasi-héroïque d’un artiste qui se dresse seul contre l’Industrie du Disque... et parfois contre son propre public.



Répondre à cet article

Boris Ryczek





Il y a 160 contribution(s) au forum.

Gérard Manset : "La Mort d’Orion"
(1/14) 31 mai 2013, par Punk20-1
Gérard Manset : "La Mort d’Orion"
(2/14) 14 mai 2013, par Swager
Gérard Manset : "La Mort d’Orion"
(3/14) 14 mai 2013, par Swager
Gérard Manset : "La Mort d’Orion"
(4/14) 14 mai 2013, par Swager
Gérard Manset : "La Mort d’Orion"
(5/14) 22 août 2012, par bgfre
Gérard Manset : "La Mort d’Orion"
(6/14) 26 novembre 2011, par Miche
Gérard Manset : "La Mort d’Orion"
(7/14) 30 septembre 2010, par alain
Gérard Manset : "La Mort d’Orion"
(8/14) 31 juillet 2010
Gérard Manset : "La Mort d’Orion"
(9/14) 31 décembre 2006
Gérard Manset : "La Mort d’Orion"
(10/14) 21 octobre 2006
Gérard Manset : "La Mort d’Orion"
(11/14) 25 juillet 2006
Gérard Manset : "La Mort d’Orion"
(12/14) 13 avril 2006, par uhqd
Gérard Manset : "La Mort d’Orion"
(13/14) 21 février 2006, par lkj
Gérard Manset : "La Mort d’Orion"
(14/14) 24 janvier 2006




Gérard Manset : "La Mort d’Orion"

31 mai 2013, par Punk20-1 [retour au début des forums]

on en croit une interview qu’il accorda aux Inrockuptibles dans les années 90, le chanteur éprouva par la suite un certain malaise d’avoir écrit une chanson aussi lugubre à l’âge de 24 ans. C’est peut-être une des raisons pour lesquelles, en dépit

642-980 study guide pdf || 642-996 study guide pdf || 642-997 study guide pdf

[Répondre à ce message]

Gérard Manset : "La Mort d’Orion"

14 mai 2013, par Swager [retour au début des forums]

Whenever possible, you should include enough details in your paragraphs to help your reader understand exactly what you are writing about.
Kill Test
Mock Exam
Pass4Sure

[Répondre à ce message]

Gérard Manset : "La Mort d’Orion"

14 mai 2013, par Swager [retour au début des forums]

The short paragraph in this lesson is a fairly complete paragraph, but it lacks details.
Exam Sheets
Exams Key
Exams King

[Répondre à ce message]

Gérard Manset : "La Mort d’Orion"

14 mai 2013, par Swager [retour au début des forums]

However, if your paragraph is very long, it is a good idea to use a concluding sentence.
Exam Papers
Exam Questions
Exams Expert

[Répondre à ce message]

Gérard Manset : "La Mort d’Orion"

22 août 2012, par bgfre [retour au début des forums]

This is about getting your doctors note template here

[Répondre à ce message]

Gérard Manset : "La Mort d’Orion"

26 novembre 2011, par Miche [retour au début des forums]

Je tombe là-dessus. Je m’arrête simplement, sans pouvoir aller plus loin à "impudente insobriété". On aime ou on n’aime pas la poésie. Mais on ne se permet pas de juger une démarche poétique du haut de sa petite morale. C’est tout simplement absurde, ce que vous dites, monsieur Régis. Quant à La mort d’Orion, c’est un sombre chant qui atteint parfois au sublime.

[Répondre à ce message]

Gérard Manset : "La Mort d’Orion"

30 septembre 2010, par alain [retour au début des forums]

archi fan de Manset, j’écoute tous les Manset, mêmes les derniers, les plus faiblards mais ORION, j’ai jamais pu l’écouter jusqu’au bout. le premier était décousu mais plein d’inventivité (animal on est mal, la chanson avec "Dieu", etc.) mais bon, dès le 3e album, Manset est sur une fusée et il va pondre pendant longtemps quelques merveilles. difficiles de se dire quand on commence à fatiguer d’ailleurs :- ? peut-êtr avec "Jadis et naguère" qui était vraiment nul.

La production était merdique, des gimmicks à répétition, échos systématique sur les voix. A éviter. Il se reprend avec OBOK ; disque moyen et le tout dernier, avec "Légo" qui est pas mal. rien à voir avec la "grande époque" mais plaisants !

donc bravo à Boris pour nous parler de ce rocker français, méconnu et à tort.

al.

[Répondre à ce message]

Gérard Manset : "La Mort d’Orion"

31 juillet 2010 [retour au début des forums]

BORIS et son article , me répugne ...il y est pédant ...qui est il finalement ? _la beauté de cette oeuvre le renvoi à ces propres peurs .
Même si son article " sonne " bien , je ne m’y attache pas ...et le rejette en bloc , car trop oppressif et restrictif vis à vis du génie de cet homme , de ce génie qu’est Gérard Manset .

[Répondre à ce message]

Gérard Manset : "La Mort d’Orion"

31 décembre 2006 [retour au début des forums]

Exelent article sur manset ainsi que sur la mort d’Orion,si Manset est celui qu’il est,c’est à dire en dehors du système vente à outrance etc...c’est qu’il connait surement bien les pièges à éviter et surtout rester l’homme qu’il est.Je suis un fidèle de Manset depuis plus 25 ans et je ne trouve aucuns (artistes) qui a autant de sensibilité et de force musicale,qu’on aime ou pas Manset lorsqu’on l’écoute on ne reste jamais indifférnent à ce qu’il écrit et on en sort interpelé (ne jamais écouter Manset qu’une fois pour entrer dans ces albums)le lire dans ces récits écrits est très intèressant aussi,mème son écriture c’est lui,il reste le mème(l’homme à part).Je vous livre mon avis sur celui qui a eu la volonté de choisir la qualité plutot que le fric,le génie qu’est Manset aurait put se rempir les poches sans forcé son talent d’artiste,non ce n’est pas dans sa nature.Ceci n’est pas une pub à l’égard de Gérard Manset mais une vision personnelle de l’homme.Merçi de m’avoir lu et amitiés à tous. Bertrand

[Répondre à ce message]

    Gérard Manset : "La Mort d’Orion"

    14 février 2007 [retour au début des forums]


    J’ai moi aussi beaucoup aimé l’article de Boris, ainsi que ton commentaire, Bertrand.

    Cependant, le côté anti-fric et pur est quelque peu écorné, je trouve, une fois qu’on sait qu’il a écrit des choses pour Raphaël, Indochine, et... Herbert Léonard... Oui, je sais, ça fait mal...

    Mais Manset reste un immense artiste...

    Emmanuel.

    [Répondre à ce message]

Gérard Manset : "La Mort d’Orion"

21 octobre 2006 [retour au début des forums]

J’écoute ce disque depuis sa sortie et encore aujourd’hui, je ne m’en lasse pas. À mon avis, c’est l’un des meilleurs albums français, peu importe la catégorie dans laquelle on le classe.

Raymond Latulippe (Québec, Canada)

[Répondre à ce message]

Gérard Manset : "La Mort d’Orion"

25 juillet 2006 [retour au début des forums]
Univers Manset

J’en profite pour signaler ici un nouveau site sur Gérard Manset : http://www.iparoles.net

[Répondre à ce message]

Gérard Manset : "La Mort d’Orion"

13 avril 2006, par uhqd [retour au début des forums]

Oui bravo pour avoir parler de Manset ! Je voudrais dire à tout ceux qui ne connaissent pas l’animal, de commencer par l’album "Matrice", et de l’écouter plusieurs fois. En effet à la première écoute on peut-être rebuté par ce son variété-rock de la pire espèce. Mais après quelques écoutes, on ne peut plus s’en passer. "Camion Baché" bien sûr, c’est la méga claque dans ta gueule, mais il y a aussi "Banlieue nord", "Filles des jardins", "Matrice" et "Solitude des latitudes". En fait, quasiment tout l’album est excellent, a part peut être "avant l’exil", qui me saoule un peu...

Ensuite, l’album "Lumières", bien sûr, et puis "rien à raconter"... La mort d’Orion, il faut vraiment rentrer dedans mais il y a une perle indiscutable "Paradis terrestre"... Grosse influence de Dominique A...
Luc

[Répondre à ce message]

    Gérard Manset : "La Mort d’Orion"

    25 novembre 2007, par Philippe [retour au début des forums]


    Bonsoir à tous ,

    Inutile de se perdre en compliments sur la qualité , la recherche de MANSET .. vous connaissez tous ...

    Je suis à la recherche du thème d’inspiration concernant l’écriture de BANLIEUE NORD
    et viens de faire le tour de tout (ou presque) le Net

    RIEN
    donc , je fais appel à vous....
    le but est de faire découvrir ce texte très fort à une classe ( le texte et la musique bien évidemment )

    super merci d’avance

    [Répondre à ce message]

Gérard Manset : "La Mort d’Orion"

21 février 2006, par lkj [retour au début des forums]

La vache j’y crois pas ! "La mort d’orion" sur pop-rock ??? Chapeau c’est osé.
Il est bien ce Boris.

[Répondre à ce message]

Gérard Manset : "La Mort d’Orion"

24 janvier 2006 [retour au début des forums]

Gérard Manset sur Pop-Rock ??? mais où va-t-on ?

vivement Léo Ferré et Gilles Vigneault !

[Répondre à ce message]

    Gérard Manset : "La Mort d’Orion"

    24 janvier 2006, par Jérôme Delvaux [retour au début des forums]


    Oui, on y pense. Et Julos Beaucarne aussi.

    [Répondre à ce message]

      Gérard Manset : "La Mort d’Orion"

      2 février 2006 [retour au début des forums]


      Trop rare, Gérard Manset, trop occulté aussi. Mais peut-être que c’est fait exprès : si on en parlait plus, beaucoup de chanteurs qu’on dit originaux paraîtrait en comparaison tout à coup bien fades. L’album "matrice" est aussi un disque sublime, à mon avis.

      [Répondre à ce message]

        Gérard Manset : "La Mort d’Orion"

        12 février 2006, par Boris [retour au début des forums]


        J’aime beaucoup Matrice moi aussi, mais je trouve que Manset n’est quasiment plus le même chanteur, sur cet album. Le côté délirant de La Mort d’Orion est bien loin. A mon avis, Matrice est le digne successeur de Lumières et Prisonnier de l’Inutile. Il a ce son dépouillé et répétitif qui caractérise ces trois albums des années 80 : sans parler de la noirceur (et la justesse) des paroles... "D’une époque à vomir/L’histoire dira ce qu’il faut retenir", dit-il dans Camion Bâché, le morceau le plus radical de Matrice.
        N’est pas Manset qui veut, certes. Mais à mon avis, si l’on parle si peu de lui, c’est surtout que beaucoup de gens sont rebutés par ce pessimisme sans concessions propre à ses chansons. Et par sa voix, qui n’est pas universelle. Enfin, je reste persuadé qu’il a toute sa place dans le monde du rock... D’ailleurs, Léo Ferré aussi : les sceptiques peuvent écouter La Solitude pour s’en convaincre.

        [Répondre à ce message]

          Gérard Manset : "La Mort d’Orion"

          30 septembre 2010, par alain [retour au début des forums]


          Jean-Louis Murat, si tu lis bien ces propos en interview dit exactement la même chose que Manset !

          Une époque à vomir ! Oh que oui, simplement Murat a des textes plus gais à écouter. D’ailleurs le lien entre Murat et Manset est évident. la gourmandise de mots, l’envie de la belle langue française ; c’est tellement évident !

          Je dirais qu’il y a trois artistes qui relèvent un peu le niveau : Manset, Murat et Bashung.

          il y a sûrement encore quelques nouvelles têtes bien pleines mais je suis dubitatif :)

          al.

          [Répondre à ce message]

      Gérard Manset : "La Mort d’Orion"

      2 février 2006 [retour au début des forums]


      Trop rare, Gérard Manset, trop occulté aussi. Mais peut-être que c’est fait exprès : si on en parlait plus, beaucoup de chanteurs qu’on dit originaux paraîtrait en comparaison tout à coup bien fades. L’album "matrice" est aussi un disque sublime, à mon avis.

      [Répondre à ce message]

    Gérard Manset : "La Mort d’Orion"

    14 février 2006, par chromosedamage [retour au début des forums]


    Matrice est bien plus rock que tous ces groupes faisant du sous louise Attaque/Pigalle avec un zeste de Chevalier et Freres jacques et une pincee des Compagnons De La Chanson.
    Que tu dois classer a rock

    [Répondre à ce message]

    Gérard Manset : "La Mort d’Orion"

    21 mars 2006, par nanotech [retour au début des forums]


    qu’est ce que tu peux être conformiste toi !!!! pffffff
    Il a tout à fait sa place ici Manset - bien joué boris - ton article est génial en plus

    [Répondre à ce message]