Pop-Rock.com



Deep Purple : "Stormbringer"
En manque de reconnaissance...

mardi 12 octobre 2010, par Vincent Ouslati

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Lou Reed : "Berlin"
Roxy Music : "Manifesto"
The Rolling Stones : "Exile on Main Street"
The Stooges : "Fun house"
Siouxsie & The Banshees : "The scream"
T.Rex : "Electric warrior"
Isaac Hayes : "Shaft"
David Gilmour : "David Gilmour"
Deep Purple : "In Rock"
Rainbow : "Rising"


Stormbringer, c’est caca ! Ah, il est si facile de glorifier un In Rock, un Machine Head, voire un Burn, tiens. Mais aller se coltiner Stormbringer est une autre affaire, tant ce cheval fou est difficile à approcher. Il faut cependant ajouter pour sa défense (car ici comme vous le savez, nous aimons les causes perdues...) que ce destrier des nuages accumula les tares dès sa naissance.

Succéder à Burn, galère. Ritchie Blackmore, plus si content finalement de ses petites recrues (David Coverdale et Glen Hugues remplacent depuis 1973 Ian Gillan et Roger Glover) ne branle pour ainsi dire rien sur l’entièreté de l’album, tout occupé dans son futur arc-en-ciel, Coverdale et Hugues se tapent la bourre et jouent à celui qui chante le mieux.
Seuls les piliers du groupe que sont Paice et Lord gardent le poste, en bons serviteurs du Pourpre, admirable posture devant un si gros temps. N’allons pas faire péter un mythe, Burn est nettement plus couillu que cet opus, mais pas meilleur cependant. Déroulant ses envies de blues à ne plus savoir où en plaquer, Coverdale et Hugues, totalement libres des choix artistiques grâce à la léthargie de Blackmore, se lâchent et font sonner Deep Purple comme un groupe du bayou, alors c’est évidemment plus lent...

Voire, les restes de "sauvagerie" se comptent sur trois doigts, et nous sommes bien loin d’Highway star modèle In Rock. D’ailleurs, ces morceaux plus enlevés ne convainquent que moyennement, notamment Lady double dealer, où l’on pige bien qu’il est là pour faire genre, mais qu’il fait pas genre du tout. Même topo pour High ball shooter, seul Stormbringer qui lance l’album conserve un reste du vieux Pourpre, mais c’est pour l’enfoncer bien vite. Rien de mauvais certes, mais il est patent que Deep Purple cherche à ce moment-là d’autres univers à explorer, d’autres sonorités.

Stormbringer s’apprécie en réalité par son blues, là où il est clair que les deux nouveaux maitres du rafiot s’éclatent. De fait, et si l’on prend bien en compte cette nouvelle orientation, on peut apprécier à sa juste valeur ces titres plus sages, presque moelleux, et ô combien plaisants.

Revenons sur le titre Stormbringer, ce petit brûlot démoniaque coupable de certaines de mes transes effrénées, et ce malgré un Blackmore au chômage. Ce morceau est bandant, groovy, nerveux tel le coup de foudre qui s’abat sur vos mines boudeuses, Si Stormbringer devait représenter une période creuse dans la créativité du Pourpre, alors donnez-moi en plus de leurs périodes creuses. Ce morceau a tout pour lui, le jeu, la rythmique, cette ambiance ravageuse, et merci à Coverdale pour ce chant velouté puis rageur, occasionnant une épidémie d’orgasmes aux alentours. Ne vous privez point de la version remasterisée de 2009 (voir ici)pour finir de vous convaincre, cet album est grand, aujourd’hui plus encore. Le contraste est savamment travaillé d’avec la série de blueseries qui suit, mais que ces titres sont gouleyants, sensuels, sexuels même, loin du Mark.II, mais tellement accrocheurs aux oreille fines. La brutalité n’a pas cours ici, il est question de voix chaudes et aimantes, d’attractions. Coverdale/Hugues, nous arrachent ici des petits mouvements de contentement du bas-ventre, j’aime.

Et puis... Et puis il y a cette ballade, Soldier of fortune, qui clôt le chapitre, et là je vous mets au défi de ne pas chialer ou tout du moins de laisser échapper quelques larmichettes car putain, c’est beau. Elle est à classer dans le même Olympe que When a blind man cries, pourtant déjà costaude dans le rayon. Soldier of fortune, lente, touchante (souvent reprise, fort mal par Opeth, fort bien par Bon Jovi, entre autres), sans pourtant jamais verser mielleuse, superbe. Une touchante conclusion qui explore la caverne de ma sensibilité que je pensais pourtant bien scellée. Et rien que pour elle, je vous le défendrai sans cesse ce mal-aimé Stormbringer, discrète merveille dans une riche discographie, une de plus.



Répondre à cet article

Vincent Ouslati





Il y a 14 contribution(s) au forum.

Deep Purple : "Stormbringer"
(1/9) 7 juillet 2014
souscrire une mutuelle chien
(2/9) 23 avril 2014, par Sanza
Deep Purple : "Stormbringer"
(3/9) 27 octobre 2013, par Sandra S
Deep Purple : "Stormbringer"
(4/9) 29 septembre 2013, par soha
Deep Purple : "Stormbringer"
(5/9) 30 mai 2013, par Punk20-1
Deep Purple : "Stormbringer"
(6/9) 13 mai 2013, par Brett
Deep Purple : "Stormbringer"
(7/9) 13 mai 2013, par Brett
Deep Purple : "Stormbringer"
(8/9) 13 mai 2013, par Brett
Deep Purple : "Stormbringer"
(9/9) 12 octobre 2010




Deep Purple : "Stormbringer"

7 juillet 2014 [retour au début des forums]

Toutes les rockstar on fait des rencontres de femme adultere alors profitez en avec le nouveau site wen

[Répondre à ce message]

souscrire une mutuelle chien

23 avril 2014, par Sanza [retour au début des forums]

Ou trouvez une mutuelle chien moins chère ? Le comparateur de mutuellechiens.info vous permet de souscrire une mutuelle chien la mieux adaptée aux besoins de votre animal de compagnie. Comparez les garanties gratuitement et sans engagement sur le site.

[Répondre à ce message]

    souscrire une mutuelle chien

    4 mai 2014, par Mikaele [retour au début des forums]


    mutuelle santé ugip

    assurance santé ou mutuelle .

    Avec la mutuelle santé carrefour dos complémentaire santé btp :Maintenant ma mutuelle ?Depuis la le marché de l’assurance santé en 2010 peu mutuelle santé 83160 la valette du var .assurance santé sa kelkoo mutuelle santé.

    [Répondre à ce message]

Deep Purple : "Stormbringer"

27 octobre 2013, par Sandra S [retour au début des forums]

Great album, very very good !

Pagina

[Répondre à ce message]

Deep Purple : "Stormbringer"

29 septembre 2013, par soha [retour au début des forums]

You can’t connect the dots looking forward ; you can only connect them looking backwards. So you have to trust that the dots will somehow connect in your future. You have to trust in something - your gut, destiny, life, karma, whatever. This approach has never let me down, and it has made all the difference in my life.
college personal essay

[Répondre à ce message]

Deep Purple : "Stormbringer"

30 mai 2013, par Punk20-1 [retour au début des forums]

ser mielleuse, superbe. Une touchante conclusion qui explore la caverne de ma sensibilité que je pensais pourtant bien scellée. Et rien que pour elle, je vous le défendrai sans cesse ce m

150-420 exam || QAWI201V3 exam || CPA exam

[Répondre à ce message]

Deep Purple : "Stormbringer"

13 mai 2013, par Brett [retour au début des forums]

chapter is divided up into sections, the first line of each being indented slightly to the right.
Ease Directory
Saga Directory
Trap Directory

[Répondre à ce message]

Deep Purple : "Stormbringer"

13 mai 2013, par Brett [retour au début des forums]

These sections are called Paragraph. Chapters, essays and other prose
Directory Step
Directory Tale
Directory Tome

[Répondre à ce message]

Deep Purple : "Stormbringer"

13 mai 2013, par Brett [retour au début des forums]

compositions are broken up into paragraphs, to make the reading of them easier.
Directory Phase
Directory Plot
Directory Stage

[Répondre à ce message]

Deep Purple : "Stormbringer"

12 octobre 2010 [retour au début des forums]

de 68 à 75 Deep Purple n’a jamais sorti de mauvais disques (ils sont tous d’égale qualité mais dans des tons différents) et celui çi ne fait pas exception à la règle.
bien entendu on trouvera toujours des grincheux pour dire que "Fireball", "Who Do We Think We Are", "Stormbringer" ou "Come Taste The Band" sont trop comme çi ou pas assez comme ça..... mais on ne peut faire l’unanimité à chaque fois !
tout comme Led Zeppelin mais dans un style bien différent, Deep Purple ne se contentait pas de faire des morceaux typés "hard" mais savait varier aussi les climats et les humeurs selon les titres. c’est ça qui faisait la force et l’identité de ces groupes !
le riff de guitare et les claviers sur You Can’t Do It Right (With The One You Love) donne au morceau un petit côté Superstition de Stevie Wonder (une des grandes influences de Glenn Hughes !).
Holy Man et Hold On fleurtent avec le rock Californien de ces années là (Gino Vannelli n’est pas loin !).
tous les morceaux possèdent le petit plus et la touche d’originalité pour faire la différence, mais le titre qui me touche le plus est The Gypsy avec sa guitare plaintive et le merveilleux chant à l’unisson de Coverdale et Hughes
(ces deux là s’y entendaient à merveille pour faire sonner leurs voix !).

[Répondre à ce message]