Pop-Rock.com



Deep Purple : "Machine Head"
Légende du hard

dimanche 31 octobre 2004, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Kevin Ayers, John Cale, Brian Eno & Nico : "June 1, 1974"
Deep Purple : "Come taste the band"
Miles Davis : "Bitches brew"
Isaac Hayes : "Black Moses"
Judas Priest : "Rocka rolla"
Miles Davis : "Live evil"
Brian Eno : "Here come the warm jets"
The Boomtown Rats : "The fine art of surfacing"
Siouxsie & The Banshees : "The scream"
Frank Zappa : "Joe’s garage"


En 1972, le heavy metal, encore à l’état embryonnaire malgré le succès du Paranoid de Black Sabbath l’année précédente, acquiert définitivement ses lettres de noblesse avec Machine Head. Si le Sabbath était considéré comme une meute de dégénérés malfaisants aux textes hautement répréhensibles, Deep Purple se distingue en proposant des tubes irrésistibles, développés par des musiciens aux capacités stratosphériques, qui ne dissimulent ni leurs penchants pour la musique classique, ni leurs visions d’un rock à la fois complexe et populaire.

Tout a déjà été dit à son sujet, mais on ne peut passer sous silence le mythique Smoke on the water, étendard de Deep Purple par excellence. Mentionnons à toutes fins utiles que ce parangon du morceau hard classique, qui semble avoir été conçu pour accompagner les premiers pas de tous les apprentis guitaristes de la planète, relate simplement l’incendie du casino de Montreux où Deep Purple devait se produire en compagnie des Mothers Of Invention. Au risque de heurter bien des sensibilités, je dirais que, hormis le respect dû à sa stature de monstre sacré , je n’ai jamais été personnellement très enthousiasmé par cette composition, même si bien sûr, il fallait être capable de l’inventer, ce riff ultra simple et pourtant d’une efficacité diabolique. Quoi qu’il en soit, c’est avec des morceaux accessibles de ce style que le hard rock a conquis de haute lutte les faveurs du public, et Smoke on the water est à mettre sur le même piédestal que Paranoid de Black Sabbath, Helter skelter des Beatles ou Whole lotta love de Led Zeppelin. Rien de comparable à mes yeux avec le morceau d’introduction, le supersonique Highway star, composé entre deux joints à l’arrière du tour-bus. Les duels "amicaux" entre le clavier de Lord et la guitare de Blackmore y atteignent des proportions tout simplement dantesques. Ce chef-d’œuvre virulent, époumoné et puissamment chargé n’a pas pris une ride en 32 ans, et surclasse sans difficultés n’importe quel composition d’un de ses nombreux descendants, notamment au sein du speed metal mélodique allemand. Au niveau vocal, l’organe lyrique, haut perché et aux intonations presque soul de Ian Gillan font de lui un des plus grands chanteurs de l’histoire du rock, plus impressionnant même que Robert Plant. Pour continuer ce petit tour d’horizon, signalons le magistral travail sur les guitares et la rythmique de Lazy, les lignes mélodiques endiablées de Pictures from home, et jusqu’à la très bonne résistance aux ravages du temps des morceaux les moins renommés, tels Maybe I’m a leo.

Marier des ambitions classiques affirmées à une telle débauche d’énergie, et faire en sorte que le côté accessible et digeste des chansons ne pâtisse pas de la virtuosité irréelle des musiciens tenait de la gageure. Porté par des compositions essentielles, inventives et foutrement remuantes, Machine Head représente Deep Purple à son pic critique et commercial et à son plus haut degré de maîtrise et de fièvre créatrice. Le chef d’œuvre sera immortalisé quelques mois plus tard sur l’époustouflant live Made in Japan. Malheureusement, la pression accumulée par les tournées incessantes et le caractère pour le moins épouvantable de certains membres (sans viser personne, n’est-ce pas, Richie ?) feront imploser le groupe avec les départ de Gillan et du bassiste Roger Glover l’année suivante, bientôt suivi par Blackmore. Le brillant line-up de l’époque classique, le Mark II de Deep Purple avait vécu ; le groupe ne s’en remettrait jamais tout à fait. Aujourd’hui encore, Machine Head jouit de l’aura méritée d’un album court mais haletant, dont le génie, la puissance et l’inventivité s’imposent comme une évidence.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 116 contribution(s) au forum.

Deep Purple : "Machine Head" Best ever
(1/12) 27 novembre 2013, par jamie
Deep Purple : "Machine Head"
(2/12) 19 octobre 2012, par erpar
Deep Purple : "Machine Head"
(3/12) 15 octobre 2012, par torac
Deep Purple : "Machine Head"
(4/12) 11 octobre 2012, par gravsen
Deep Purple : "Machine Head"
(5/12) 7 octobre 2012, par nobschris
Deep Purple : "Machine Head"
(6/12) 18 novembre 2008
Deep Purple : "Machine Head"
(7/12) 31 août 2006
Deep Purple : "Machine Head"
(8/12) 4 juillet 2006, par ovni
Deep Purple : "Machine Head"
(9/12) 30 mai 2006, par sebf
Deep Purple : "Machine Head"
(10/12) 28 avril 2006
Deep Purple : "Machine Head"
(11/12) 11 avril 2006, par Le drogué ... héhéhé ... je suis encore là ....
> Deep Purple : "Machine Head"
(12/12) 23 septembre 2005, par Youki Smayas




Deep Purple : "Machine Head" Best ever

27 novembre 2013, par jamie [retour au début des forums]

one of the best ever man. like’em.

cheap vinyl stickers

[Répondre à ce message]

Deep Purple : "Machine Head"

19 octobre 2012, par erpar [retour au début des forums]

escogiendo precisamente como protagonistas a un viagra andorra los sistemas de educación practicados . leurs fleurs remarquables, cialis pharmacie chacune de ces grandes divisions du Piègne .

[Répondre à ce message]

Deep Purple : "Machine Head"

15 octobre 2012, par torac [retour au début des forums]

e dalle spoglie del nemico, viagra sildenafil può riavere la giovanezza. ließ sie den Namen und die cialis deutschland oiovu riJiov öcpQayLözriQoq.

[Répondre à ce message]

Deep Purple : "Machine Head"

11 octobre 2012, par gravsen [retour au début des forums]

auch die Klassenzimmer in schulfreien Stunden, viagra Tier durch ein Reliefbild oder einen Umriß zu. e tanto piu non vi si potra porre riparo se non, cialis 5 mg era stato consacrato vescovo a Sydney il .

[Répondre à ce message]

Deep Purple : "Machine Head"

7 octobre 2012, par nobschris [retour au début des forums]

e se tolgasi che dallo spionaggio sotto i malvagi effetti viagra It iiiiciulle dei paese vanno ogni anno . die sie nicht zu der heutigen cialis 20mg rezeptfrei Ma mordante et cynique ironie.

[Répondre à ce message]

Deep Purple : "Machine Head"

18 novembre 2008 [retour au début des forums]

Machine Head - encore un mythe qui perdure de nos jours et pourtant.....

[Répondre à ce message]

Deep Purple : "Machine Head"

31 août 2006 [retour au début des forums]

maybe i’m a leo m’a l’air quand même bien rythmé avec un riff assez consistant. C’est la chanson quand j’était jeune, je l’accompagnait avec mon pick up mis à fond et moi installé à la batterie, ca cassait toute la barque.

[Répondre à ce message]

Deep Purple : "Machine Head"

4 juillet 2006, par ovni [retour au début des forums]

Un article à la hauteur de son sujet ... et voilà Machine Head de retour sur ma chaîne .

[Répondre à ce message]

Deep Purple : "Machine Head"

30 mai 2006, par sebf [retour au début des forums]

Très bonne critique. Avec un tel album, il aurait été difficile qu’il en ait été autrement.
Ce que je je pourrais reprocher, c’est peut être un manque d’audace sur le choix de l’album à chroniquer. Il est très facile de trouver des critiques sur ce disques, mais il est plus rare d’en trouver sur des albums de Dep Purple Mk 1,3 ou 4 (même pour les descendre en flammes). Pourtant des albums comme Shades of DP, Burn, Stormbringer ou Come taste the band valent leur pesant d’or. A bon entendeur, salut...

[Répondre à ce message]

Deep Purple : "Machine Head"

28 avril 2006 [retour au début des forums]

Cet album est different des autres, peut être mieux fignolé point de vue sonorité (en paradoxe avec les moyens qu’ils avaient et le lieu où ils étaient pour enregistrer cet album)

mais c’est là que les mesentantes commencent avec Gillan et Blackmore, chose qu’on entendras encore mieux dans l’album de tout le monde connais, le Made In Japan, où là, on entedn carrement Gillan crier a Blackmore "Oh shade up" au debut de la partie chant de Lazy ... si vous avez l’album on l’entend fort en plus ...

[Répondre à ce message]

Deep Purple : "Machine Head"

11 avril 2006, par Le drogué ... héhéhé ... je suis encore là ....  [retour au début des forums]

Cet Album est FADE, très FADE, on sens toujour le Deep Purple, on voit bien qu’il y a eu du travail derrière, mais c’est pas vraiment ce qu’ils ont fait de meilleur. Encore min Who Do We Think We Are de 1973 ... H-O-R-R-I-B-L-E ..

Je dirais moi, que les morceaux comme Highwy Star, ou Smoke On The Water, oui, ou encore Space Truckin’ sont de niveau beaucoup plus explosif dans le made in Japan de 1972 ... comme preuve, le Space truckin fait presque 20 minutes ... prennait toute une face de 33 tours (parce que moi, j’ai le vinyl)

[Répondre à ce message]

> Deep Purple : "Machine Head"

23 septembre 2005, par Youki Smayas [retour au début des forums]

MAchine head est, à mon avis, l’album le plus faible de la periode Mark II (Avec le toalement et justement oublié "Who do you think we are"
Les titres comme Highway star, strange kind of woman ou smoke on the water sont nettement plus excitants en version live (Sur Made in Japan, par exemple) le son de l’album manque cruellement de peche (EN tout cas dans sa version originale avant remasterisation) et les titres sont joués mollement ce qui est un comble pour un groupe hard. Seul "Pictures of home" est digne du Purple à son apogée, le reste releve du lourdingue mou du genou.

"In rock", ou "Made in Japan" sont nettement plus representatifs du meilleur pourpre.

[Répondre à ce message]

    > Deep Purple : "Machine Head"

    19 octobre 2005, par BronDune [retour au début des forums]


    Je me doutais à l’écoute de "Rapture of the Deep" qu’il ne plairait pas aux fans, restés à une époque antérieure au siècle présent (j’en suis). J’ai même des doutes sur l’attirance des plus jeunes (15-20-25 ans) vers DP après avoir écouté cet album. Dommage pcq le morceau qui porte le nom de l’album et qui passera à n’en pas douter 100 fois à la radio, devrait en attirer plus d’un vers les albums plus anciens. Le son DP est encore là mais la pêche et l’émotion un peu (beaucoup) moins. J’attends avec impatience le concert à Forest en janvier 2006 pour humer l’air en live. Malgré qu’on ne puisse pas dire que DP nous offre un super opus, je ne trouve pas cet album si mauvais que cela. Au contraire même. Il faut l’écouter plusieurs fois et on se surprend à découvrir ça et là des sons 70’s ("l’orgue" y est sans doute pour quelque chose) et des arrangements d’une excellente production. 11 titres : 1. Money Talks 2. Girls Like That 3. Wrong Man 4. Rapture Of The Deep 5. Clearly Quite Absurd 6. Don’t Let Go 7. Back To Back 8. Kiss Tomorrow Goodbye 9. MTV [bonus Europe - édition limitée] 10. Junkyard Blues 11. Before Time Began. Il y a un bonus Europe, Etats-Unis et Japon différent par continent. Malheureusement on reste sur sa faim... C’est court 50 minutes. D’autre part on a l’impression d’avoir écouté un album de metal-prog mais en restant toujours un peu sur l’illusion que "quelque chose va se passer". Car il ne se passe rien. Les morceaux s’enchaînent et si les atmosphères de chacun sont différentes (je n’ai pas dit que l’album était désuni) cela reste malgré tout léger pour du métal... Le line-up, on le sait n’est plus le même qu’à la grande époque. Bon tout change, il faut s’y résoudre.

    Les titres : Junkyard Blues semble être taillé pour les radios FM américaines qui diffusent du rock sur le net jour et nuit. Pas mauvais pour autant. Un piano rock’n roll vient égrener ses accords de façon très classique. Finalement Airey est une bonne recrue pour DP. KTG est assez speedé mais on se demande à 27 secondes de la fin pourquoi tout le morceau n’était pas de la même veine... Il faut attendre 2 minutes dans Back to Back pour jouir de ce morceau. Un des meilleurs moments de l’album. Très prog. et très peu métal. Tiens Tony Banks était dans le studio quelques instants ? Clearly Quite Absurd. Oui effectivement. C’est Pink Floyd revisité mais pas dans le bon sens du poil (de la vache). Rapture, c’est le morceau arabisant duquel le single qui va cartonner en radio est issu. Bon, sans être excellent, on se prend à rêver que tout l’album aurait pu être du même cru. Ah mais où est Machine Head ? Resté en 1972 ? Ben oui. Girls Like That possède une ritournelle qui reste bien dans l’oreille et dans la tête. Un morceau accrochant et enfin quelques gueulantes de Gillan qui permettent enfin de se rappeler que ce mec à une voix époustouflante. Après 3:57 on se dit "waouw" il est finalement bien fichu ce titre. A réécouter (en oubliant les paroles pas très folichonnes). Wrong Man est lourd : on frotte les guitares à la façon heavy mais il ne se passe rien. Quelques bruitages électroniques ni changent rien. C’est assez plat et collant. Money Talks possède aussi une belle ritournelle et un début de morceau qui commence comme un bon vieux Deep Purple puis qui enchaîne avec un son clavier-guitares ordinaire. Le style rap je-te-récite-les-paroles ne me plait pas mais dans l’ensemble ça colle bien à ce Money Talks assez varié et qui fait vraiment penser à du bon DP dans certains passages (trop furtifs). Ouhou, Money talks to me... On verra. Pour le reste de l’album, il n’y a pas grand chose à dire de plus.
    Deep Purple le 25.01.2006 à Forest à 20:00

    [Répondre à ce message]

      > Deep Purple : "Machine Head"

      4 août 2006, par Tommie [retour au début des forums]


      Je suis assez d’accord. En fait, pour moi qui suis fan de DP à l’époque de la célèbre Mark II, lorsque j’ai acheté l’album, j’ai vérifié si c’était bien Deep Purple. Le son des Seventies manque un peu. Mais bon, j’étais au concert à Bruxelles. Et ce fut ecellent tout de même non ?

      [Répondre à ce message]

      > Deep Purple : "Machine Head"

      17 octobre 2008, par alex [retour au début des forums]


      Em um relógio chinês de Rolex a segunda mão move-se incremental visto que em Rolex real a segunda mão se move lisamente. A primeira e melhor classe de um relógio de Rolex da réplica é mais pesada do que as outras qualidades mais inferiores umas porque é metálica. Als het voelt en zo goed zoals het echte ding en als slechts een deskundige kan het verschil tussen Rolex en een replica identificeren toen waarom kijkt zou u duizenden dollars moeten besteden ? In plaats daarvan, krijg een Rang 1 replica bij een fractie van de kosten ! Hoe te om dubbel Rolex te identificeren ? In een wereld met zwendels en duplicaten wordt gevuld niet kunnen wij allemaal met replica Rolex Submariner vandoor gaan dat wanneer wij hen kopen. Daarom is het belangrijk voor u om zich van de situatie bewust te zijn alvorens u een winkel of een website ingaat omdat er honderden handelaren die zullen proberen om vals Rolex op u te landen voor honderden en duizenden dollars, zal zijn en op u zij vrij goed is bij dat zal letten.

      [Répondre à ce message]

    > Deep Purple : "Machine Head"

    2 avril 2006, par Fzbof %ztyo,re  [retour au début des forums]


    mouais ... effectivement, je suis d’accord avec toi, ... en fait, cela prouve que à partir d’une certaine epoque , deep purple est dans le même cas que les rolling stones ... et grand funk railroad (un peu moin connut)
    en effet, leurs album, studio sont ... pas mauvais, mais il y a mieux ... mais au concert ... pardon, ils cassent la barraque et encore ... c’est un mot un peu petit ... pour ca ...
    Sinon, comme l’exeption confirme la regle, l’album In Rock (qui devrait à mon avis devrais vraiment être chroniqué aussi) est vraiment ... encore mieux qu’un live ...

    [Répondre à ce message]