Pop-Rock.com



Deep Purple : "Come taste the band"
Grand cru ou petite vinasse ?

mercredi 13 octobre 2010, par Vincent Ouslati

DANS LA MEME RUBRIQUE :
AC/DC : "Highway to Hell"
Led Zeppelin : "In through the out door"
Bryan Ferry : "Let’s stick together"
Emerson, Lake & Palmer : "Tarkus"
Pink Floyd : "Wish you were here"
Deep Purple : "Burn"
Léo Ferré : "La solitude"
Kate Bush : "The kick inside"
Roxy Music : "Country life"
Neil Young : "On the beach"


On ne reprendra pas Blackmore à faire de mauvaises campagnes de recrutement. Se sentant poignardé dans le dos par la paire Hugues/Coverdale, qui amena le son de Deep Purple à évoluer dans une veine de plus en plus blues et funky, l’irascible bonhomme décide de s’en aller, laissant le groupe à ses lubies noires. Ritchie fonde rapidement Rainbow, formé des musiciens d’Elf et de son chanteur, un certain Ronnie James Dio. Et pendant ce temps-là, chez Deep Purple...

Chez Deep Purple, on cherche quoi foutre. Laissant Glenn Hugues à ses dépressions post-beuveries, David Coverdale s’appuie sur Jon Lord pour maintenir la barque à flots. Il se met en quête d’un nouveau guitariste et se décide pour un jeune américain de 24 ans, Tommy Bolin. Bolin est aux antipodes d’un Blackmore dans son jeu, et convient de fait parfaitement à Coverdale, tout heureux de pouvoir jouer au recruteur.

Le départ de Blackmore incite peu à peu les autres membres à se serrer les coudes, et Martin Birch demande le soutien de Paice pour l’aider à la production, une tâche auparavant largement vampirisée par Blackmore.
En Juillet 1975, le groupe part pour le Musicland Studio de Munich et parvient en deux petits mois à accoucher d’un nouvel album, sorte d’appel teinté d’humour aux septiques et aux fans du combo, Come taste the band. Ceux qui connaissaient Burn et surtout Stormbringer n’ont pas dû être choqués outre mesure par cette approche encore plus funky, où la basse ronronne comme un gros matou, où les claviers dansent une gigue folle avec comme maître de cérémonie un petit gars défoncé et sa guitare.

Pourtant, Deep Purple ne rase pas totalement son passé ou du moins lui rend un clin d’œil avec Comin’ home, clairement hard-rock et bruyante. Coverdale chante à s’en extraire un poumon, le groupe achève les survivants juste derrière, on imagine un retour au hard alors qu’il n’en est rien, l’art purplelien du trompe-l’œil est toujours vivace. Car ce qui suit est un festival tout sauf rockisant. Coverdale et Hugues se partagent plus ou moins équitablement le chant (Lady Luck pour David, Gettin tighter pour Glenn) se basant sur une rythmique plus groovy que jamais.
Deep Purple semble toujours avoir sonné ainsi, bien aidé par Bolin parfaitement à l’aise dans ce nouveau rôle. Bazardant ses soli avec une générosité contagieuse (celui de Gettin tighter est fabuleux), il porte plus qu’il n’accompagne le groupe.

Il est bien entendu que Coverdale ne peut s’empêcher de faire chauffer les culottes de ses dames lorsque l’occasion lui en est donnée. Il fait tout de même ici très fort avec son pornographique Love child, coverdalien jusque dans les gouttes de sueur sur les seins des jeunettes en backstage. Car on ne perd rien de cette sensualité énorme que Deep Purple a injecté dans ses œuvres depuis Burn. A chaque disque, cette chaleur ne les quitte plus, rendant nombre de plages intolérablement excitantes.

Coverdale et Hughes réussissent encore cet artifice de leurs deux voix conjuguées sur le monument You keep on moving, cinq minutes d’un bonheur intense, entre de lents préliminaires et l’effusion finale. Evidemment que le public de l’époque ne comprendra rien à cette chute funky alors qu’ils attendaient du Highway star et du Speed king.
Le groupe, monté de bric et de broc, finit par exploser. David Coverdale, lassé de jouer à qui a le plus gros timbre avec Hugues pense déjà à fonder Whitesnake, Lord et Paice commencent, eux aussi, à avoir des envies d’ailleurs.

Quant à Tommy Bolin...

Cocaïnomane excessif, le guitariste souffre durant la tournée qui suit la sortie du disque. Parfois incapable de bouger un bras tétanisé par des surdoses de drogues, Bolin ne pourra pas toujours nous faire profiter de ses improvisations entre blues et funk. Le reste du groupe, en meilleur état mais pas toujours forcément content d’être là, ne cherche plus qu’à sauver les meubles avant la fermeture officielle de la boutique. Ce sera chose faite en mars 1976, neuf mois avant le décès de Tommy Bolin à l’âge de 25 ans, d’une évidente overdose.

Deep Purple disparait alors, délaissé par des fondateurs qui ne se comprennent plus. Il faudra attendre une entente cordiale de ces parfaits étrangers pour ressentir nouvellement quelques frissons dans l’échine, ce sera en 1984, une éternité... En attendant, Come taste the band a des arguments a faire valoir, car bien qu’il pique moins les papilles que ses prédécesseurs, il a pour lui une saveur plus douce en bouche, plus charnelle, qui séduit encore aujourd’hui.



Répondre à cet article

Vincent Ouslati





Il y a 13 contribution(s) au forum.

Deep Purple : "Come taste the band"
(1/7) 6 décembre 2012, par Mauk Hanstra
vigne savoureux
(2/7) 19 novembre 2012, par orvillecliche
Re : "Come taste the band"
(3/7) 18 novembre 2012, par ronaldsenters
Deep Purple : "Come taste the band"
(4/7) 24 octobre 2012, par redrain
Deep Purple : "Come taste the band"
(5/7) 26 novembre 2010
Deep Purple : "Come taste the band"
(6/7) 13 octobre 2010
Deep Purple : "Come taste the band"
(7/7) 13 octobre 2010




Deep Purple : "Come taste the band"

6 décembre 2012, par Mauk Hanstra [retour au début des forums]

Pour moi Deep Purple est mort après Made In Japan. Après ça n’a pas arrêté de se dégrader, ... Who Do We Think We Are est n’est que le résultat de grosses mésententes entre le Seigneur Blackmore et ses instrumentiste serviteurs, quand à Burn With getting namedп »ї afterwards a MK IV anthology was assured actual from that era. Cool to see humans internet marketing

[Répondre à ce message]

vigne savoureux

19 novembre 2012, par orvillecliche  [retour au début des forums]

c’est un type très sympa et délicieux d’une vigne et tous les amoureux de la vigne doit essayer baignoire douche

[Répondre à ce message]

Re : "Come taste the band"

18 novembre 2012, par ronaldsenters  [retour au début des forums]

Pour moi Deep Purple est mort après Made In Japan. Après ça n’a pas arrêté de se dégrader, ...Bien sur le jeu de Bolin est bien différent de Blackmore, mais tout comme l’étaient celui de Simper, Glover et Hughes pour la basse ! idem pour le chant (entre Rod Evans, Gillan ou la paire Coverdale/Hughes).
Au final, c’est juste la forme qui change, mais le fond lui reste inchangé.Click Here

[Répondre à ce message]

Deep Purple : "Come taste the band"

24 octobre 2012, par redrain [retour au début des forums]

With getting namedп »ї afterwards a MK IV anthology was assured actual from that era. Cool to see humans aggravating to honor
download guitar flash
jogos educativos inglês

[Répondre à ce message]

Deep Purple : "Come taste the band"

26 novembre 2010 [retour au début des forums]

Pour moi Deep Purple est mort après Made In Japan. Après ça n’a pas arrêté de se dégrader, ... Who Do We Think We Are est n’est que le résultat de grosses mésententes entre le Seigneur Blackmore et ses instrumentiste serviteurs, quand à Burn, à part sa plage titulaire, je vois rien d’autre d’intéressant à part la venue d’un vendeur de cravatte qui a eu un destin dont on ne peut demander mieux dans la vie, mais qui a démolit Deep Purple en le dirigeant vers un style moitié hard rock moitié funky, avec un voix soul ... un mélange à ne surtout pas faire, pour risquer d’avoir un résultat comme Come Taste Our Shit ...
Le funk avec tout ce qu’on en dit est quand même un peu plus fin que le hard rock de l’époque ... avant de se diriger vers un autre style il faut vérifier si le style d’avant collera bien au modifications ... ou sinon autant mélanger le Heavy Metal Prog avec la Disco ...

[Répondre à ce message]

    Deep Purple : "Come taste the band"

    12 février 2011 [retour au début des forums]


    du Heavy Metal Prog Disco ? pourquoi pas ? tiens, c’est une idée à approfondir !
    et je rajouterai un zeste de Reggae, un soupçon de Jazz plus une pincée d’électro par dessus.
    mais un cocktail pareil ça doit bien exister depuis longtemps !

    [Répondre à ce message]

Deep Purple : "Come taste the band"

13 octobre 2010 [retour au début des forums]

Grand cru ou petite vinasse ? je dirai une bonne petite cuvée 75 ce "Come Taste The Band" !
Comin’ Home est le titre le plus rock du lot mais le reste ne fait pas pâle figure à côté.
Tout ça reste du rock burné (mais travaillé avec classe !) avec de grosses louches de funk dedans, mais on ne peut pas dire que ce soit un pur disque de funk !!!
De toute façon, même si Blackmore a toujours dit que le funk n’était pas sa tasse de thé, on retrouve plus ou moins ce groove dans les précédentes productions de Deep Purple Mark II.
Il suffit d’écouter le break de Flight Of The Rat et la rythmique de Living Wreck sur "In Rock" ou bien le funky No One Came sur "Fireball" dans lequel même Gillan a un phrasé tout en staccato pour se rendre compte que le groupe savait groover (Maybe I’m A Leo et Never Before sont un autre exemple sur "Machine Head" et le pont instrumental de Super Trouper sur "Who Do We Think We Are" le démontre).
Bien sur le jeu de Bolin est bien différent de Blackmore, mais tout comme l’étaient celui de Simper, Glover et Hughes pour la basse ! idem pour le chant (entre Rod Evans, Gillan ou la paire Coverdale/Hughes).
Au final, c’est juste la forme qui change, mais le fond lui reste inchangé.

[Répondre à ce message]

    Deep Purple : "Come taste the band"

    25 novembre 2010, par Eric EricEricEric [retour au début des forums]


    Certes, quand on y pense et quand on voit tout les "Marks", et compagnies c’est le sisi et de lolo de toto de pipi popo de tete de tutuuut vrouuuuum.

    [Répondre à ce message]

    Deep Purple : "Come taste the band"

    25 novembre 2010, par Eric EricEricEric [retour au début des forums]


    Un moment d’absence, désolé ...
    Je voulais dire que quand on fait le compte de tout les Marks (à part peut être les derniers des années 80 et 70) les musiciens ont tous ou la plupart été exceptionnels.
    Tommy Bolin, il est peut être mort un peu jeune, mais quand on y pense il a été guitariste un moment de Billy Cobham, soit il a joué dans la cour des grands du jazz rock (pour pas dire aux côtés des musiciens les plus prestigieux du style) alors qu’il jouait à la gitane (d’oreille, sans connaitre la théorie musicale, tout d’oreille et appris par lui même, comme Vangelis dans un tout autre style).
    Ritchie Blackmore on en parle plus ...
    La voix de Gillan, Coverdale, voire même peut être Evans n’étaient pas du tout à laisser de côté ... Gillan et Coverdale se vallaient bien ...
    Ian Paice dans son style était super, il vaut peut être pas certains autres batteurs du style, enfin je ne vais pas non plus faire une étude comparative avec Bohnam ou Powell ou d’autres ... mais pour Ian Paice son gros avantage c’est que son jeu collait à 100% avec le style du groupe. Même cas poru les autre groupe me dira thon, mais ici c’était encore plus flagrant, je trouve perso.

    [Répondre à ce message]

Deep Purple : "Come taste the band"

13 octobre 2010 [retour au début des forums]

Un grand dommage que le groupe n’ait pas pu se maintenir après cet album, car même sur scène, lors des bons jours, Deep Purple Mk4 n’avait rien à envier au mythique Mk2.
Mais effectivement, la lassitude s’entendait clairement : pour avoir écouté plusieurs bootlegs de cette année 76, dont notamment le concert de Liverpool, soit le dernier du groupe, Coverdale semblait plus que désabusé...

[Répondre à ce message]