Pop-Rock.com



Bryan Ferry : "Let’s stick together"
Vous voulez savoir comment aurait sonné le premier Roxy Music sans Eno ?

dimanche 18 novembre 2007, par Jérôme Delvaux

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Léo Ferré : "La solitude"
Siouxsie & The Banshees : "The scream"
Deep Purple : "Burn"
Deep Purple : "Stormbringer"
Léo Ferré : "Avec le temps"
Brian Eno : "Music for airports"
Lou Reed : "Berlin"
Pink Floyd : "Atom heart mother"
Tri Yann : "La découverte ou l’ignorance"
David Gilmour : "David Gilmour"


Sorti en 1976, alors que Roxy Music était en break, Let’s stick together est un album solo de Bryan Ferry qu’on qualifiera de peu commun. Comme à son habitude, le classieux chanteur anglais y fait figurer des reprises (des Beatles et des Everly Brothers, notamment), mais aussi, et c’est beaucoup plus surprenant, de nouvelles versions de classiques de Roxy Music. Des reprises de son propre groupe, en somme.

Et ces dernières sont majoritairement issues de leur premier album, sobrement intitulé Roxy Music et paru en 1972. La démarche de Bryan Ferry est donc très facile à comprendre : il entend bien démontrer comment Sea breezes, Re-make/Re-model, 2HB et Chance meeting auraient sonné s’il avait pu décider seul des arrangements et de la production du premier opus. Or, à l’époque, et c’était d’ailleurs la principale caractéristique du groupe à ses débuts, Ferry devait composer en studio avec les visions de Brian Eno, génie excentrique féru d’arrangements alambiqués et d’expérimentations complexes. Revue et corrigée par le chanteur, la très belle Sea breezes est donc amputée de près d’une minute. Les longues séquences atmosphérico-prise-de-tête (la marque de fabrique d’Eno) passent à la trappe, tout comme certaines instrumentations bruitistes pas franchement indispensables. En vérité, Bryan Ferry vulgarise la chanson. Il la rend plus accessible et, disons-le, moins intello. Il veille aussi à mettre davantage sa voix en avant, ce dont on ne le blâmera pas.

La relecture de Re-make/Re-model répond au même modus operandi. Des chœurs féminins bien plus soul que ceux, masculins, de la version originale trouvent leur place au milieu d’orchestrations toujours très élaborées mais davantage, osons le terme, easy listening. Les riffs de guitare sont toutefois assez semblables sur les deux versions, et pour cause : c’est Phil Manzanera himself qui est venu s’en charger. Cette participation en guest-star du guitariste de Roxy Music est aussi là pour démentir les rumeurs de split ayant suivi la sortie de Siren, un an plus tôt. Le batteur Paul Thompson, le bassiste John Gustafson et le violoniste/claviériste Eddie Jobson (qui avait remplacé Eno dès 1973) font d’ailleurs également partie du band de Ferry en solo. Voyons donc les choses autrement : à l’exception d’Andrew Mackay, c’est tout le line-up de Roxy Music qui a pris part à l’enregistrement de cet album-ci. Ensemble, ils livrent encore une nouvelle version de Casanova, l’un des morceaux-phares du groupe, paru en 1974 sur le très arty Country life. Cette dernière est plus dépouillée que l’originale et, à nouveau, fait reposer l’essentiel de sa magie sur la voix de Ferry, auteur d’un monologue qui l’amène à demander « Now you’re flirting with heroin. Or is it cocaine ? » avec un phrasé sexy et tout en retenue. Magnifique.

Autres incontournables des albums de Bryan Ferry : les reprises. Le disque en compte six en tout, à commencer par celle qui donne son titre à l’album : l’irrésistible Let’s stick together, écrite en 1962 par l’Américain Wilbert Harrison. Emmenée par les saxos et la trompette, cette chanson est peut-être bien l’une des plus catchy jamais reprises par Ferry. It’s only love le voit ensuite rendre un nouvel hommage aux Beatles ; chose qu’il avait déjà faite en 1973 avec une reprise de You won’t see me, sur These foolish things, son premier album solo. Et avec The price of love, il enfonce tout simplement l’originale des Everly Brothers.

Sans être aussi bien balancé et séduisant sur la longueur que Another time, another place (qui reste tout simplement l’un des disques les plus classe des années 70), Let’s stick together est un très bon album qu’on conseillera particulièrement aux - nombreux - auditeurs qui auraient trouvé les premiers disques de Roxy Music difficiles à appréhender.



Répondre à cet article

Jérôme Delvaux





Il y a 1 contribution(s) au forum.

Bryan Ferry : "Let’s stick together"
(1/1) 19 novembre 2007, par ex prof




Bryan Ferry : "Let’s stick together"

19 novembre 2007, par ex prof [retour au début des forums]

WilBert Harrison a fait 2 versions de son tube en 62 ’let’s stick together’ covered by B Ferry et en 69 ’let’s work together’ covered by Canned Heat.
Ces 2 covers sont sensationnelles.
Notons sur l’album de Mr Ferry le ’you go to my head’ que même Wanda Maria De Vasconcelos a repris (façonnée J Duvall).

[Répondre à ce message]