Pop-Rock.com



Bryan Ferry : "Another time, another place"
Un autre moment, un autre lieu, mais toujours autant de classe

vendredi 1er juin 2007, par Jérôme Delvaux

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Public Image Ltd. : "Public Image (First issue)"
Joy Division : "Unknown pleasures"
Bob Seger & The Silver Bullet Band : "« Live » bullet"
Genesis : "The lamb lies down on Broadway"
Deep Purple : "Machine Head"
David Bowie : "Young Americans"
Neil Young : "On the beach"
Kraftwerk : "Trans-Europe Express"
Genesis : "Selling England by the pound"
Richard Hell & The Voidoids : "Blank generation"


Entre deux albums de Roxy Music, alors au sommet de son art, Bryan Ferry s’offre en 1974 une deuxième escapade en solo. Après These foolish things où il s’aventurait à reprendre, entre autres, les Beatles, les Rolling Stones et Bob Dylan (déjà !), le crooner dandy britannique enregistre dix nouveaux titres, dont neuf reprises qui lui tiennent à cœur. Et plus encore que le précédent, ce disque-ci transpire la pure classe.

Qu’il marche sur les traces d’Elvis Presley (Walk a mile in my shoes, écrite par un certain Joe South), qu’il rende un nouvel hommage à Bob Dylan (It ain’t me babe), qu’il s’attaque au répertoire du grand Kris Kristofferson (Help me make it through the night) ou qu’il rappelle à ses contemporains le romantisme épuré des Platters (Smoke gets in your eyes), Bryan Ferry parvient toujours à faire oublier les interprètes originaux des chansons qu’il s’approprie. Cette manière unique et bien à lui d’habiter un morceau, de le faire sien, d’y apporter son inimitable touche, rend toute comparaison impossible. Quand on écoute sa reprise de Funny how time slips away de Willie Nelson, rien à faire, c’est du Bryan Ferry ! Même remarque pour le pourtant classique (What a) Wonderful world de Sam Cooke. Ferry n’en a certes pas écrit le texte ni composé la mélodie, mais c’est tout comme. Il supplante tout simplement la version originale. A tel point que lorsqu’on me parle aujourd’hui de cette chanson, c’est au chanteur de Roxy Music que je pense.

C’est encore plus vrai pour la très belle ballade Smoke gets in your eyes, qu’il présente modernisée, complètement réorchestrée et encore plus romantique que la version fifties des Platters (si, c’est possible !). Ayant délaissé les costumes extravagants de sa période d’icône du glam-rock, ainsi d’ailleurs que ses poses d’acteur de films érotiques italiens de These foolish things, il incarne à merveille ce gentleman en smoking blanc qui illustre la pochette de l’album. Romantique jusqu’au bout des ongles, classieux comme jamais, il reprend cette chanson au piano, avec une sensibilité inouïe. Ses vocalises uniques, copiées par la suite par d’innombrables chanteurs new wave (à commencer par Jim Kerr), correspondent à merveille à des titres tels que celui-ci. Difficile d’ailleurs à nouveau d’admettre l’idée qu’il n’a pas été écrit par ou pour lui.

Pour le reste, de The “In” crowd, reprise méconnaissable de Billy Page, à la sublime Another time, another place (la seule composition originale de l’album, qui aurait sans problème pu se retrouver sur l’album For your pleasure de Roxy Music), on voyage entre rock, country, soul et même gospel, avec comme fils conducteurs cette voix magnifique, cette audace digne des plus grands et cette classe incommensurable qui font le trademark Ferry. Plus qu’un simple album de reprises, Another time, another place est une superbe collection de chansons qui trouvera parfaitement sa place dans votre discothèque, entre les disques de Roxy Music et le best-of de Frank Sinatra.



Répondre à cet article

Jérôme Delvaux





Il y a 10 contribution(s) au forum.

Bryan Ferry : "Another time, another place"
(1/5) 22 septembre 2013
Bryan Ferry : "Another time, another place"
(2/5) 31 juillet 2013, par Steven
Bryan Ferry : "Another time, another place"
(3/5) 21 août 2007, par rené
Bryan Ferry : "Another time, another place"
(4/5) 1er juin 2007, par Yû
Bryan Ferry : "Another time, another place"
(5/5) 1er juin 2007




Bryan Ferry : "Another time, another place"

22 septembre 2013 [retour au début des forums]

That’s an awesome song, I always hear people in chat rooms listening to it while they’re sex chatting

[Répondre à ce message]

Bryan Ferry : "Another time, another place"

31 juillet 2013, par Steven [retour au début des forums]

I love sublime, I always hear models listening to it on cam at bubble cams while they’re sex chatting.

[Répondre à ce message]

Bryan Ferry : "Another time, another place"

21 août 2007, par rené [retour au début des forums]

Brian Ferry mon bon monsieur n’a pas de classe : il est bêlant, ça n’a rien à voir avec la classe.

[Répondre à ce message]

Bryan Ferry : "Another time, another place"

1er juin 2007, par  [retour au début des forums]

Juste un détail que je relève, c’est que l’usage du mot "classe" dénote quand même d’une certaine vulgarité, ce qui est en entière opposition avec Bryan Ferry, me semble-t-il. Pourquoi ne pas plutôt parler d’élégance ?
"Un autre moment, un autre lieu, mais toujours autant d’élégance."

[Répondre à ce message]

Bryan Ferry : "Another time, another place"

1er juin 2007 [retour au début des forums]

C’est tout nouveau, ça vient de sortir.

[Répondre à ce message]

    Bryan Ferry : "Another time, another place"

    1er juin 2007, par vehau [retour au début des forums]


    Ironique missive de mon collègue, je tiens cependant à rappeler que tous les visiteurs de Pop Rock ne sont pas des quinquagénaires baveux et que ces chroniques de fond de greniers permettent à nos frêles oreilles de djeun’s de s’ouvrir à des albums pour le moins méconnus. Certes, tout cela date un peu, mais du Bryan Ferry des 70’s, ça vaut le coup d’esgourde.

    A bon entendeur, salut les vieux, continuez à fouiller vos caves, on en veut encore !!

    [Répondre à ce message]

      Bryan Ferry : "Another time, another place"

      21 août 2007, par rené [retour au début des forums]


      Voila qui est bien dit : fouillez donc nos caves, prenez tout, écoutez tout, faites le tri, faites vos choix, faites vos avis, faites votre top 100 vous mêmes, ne laissez surtout pas le rock de 1954 à 1977 disparaitre sous les avalanches glaireuses et immondicielles du mauvais goût mondialisé.

      [Répondre à ce message]