Pop-Rock.com



Brian Eno : "Music for airports"
Atterrissage en douceur

jeudi 31 décembre 2009, par Jérôme Delvaux

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Deep Purple : "Machine Head"
Genesis : "Selling England by the pound"
Léo Ferré : "La solitude"
AC/DC : "Highway to Hell"
Léo Ferré : "Avec le temps"
Queen : "A night at the Opera"
New York Dolls : "New York Dolls"
Emerson, Lake & Palmer : "Tarkus"
Funkadelic : "Cosmic slop"
Aphrodite’s Child : "666"


En réponse à un lecteur de mon blog qui demandait, dans les commentaires, comment s’est déroulée une soirée dans le nouveau club bruxellois à la mode, une charmante personne de mon entourage a répondu "Je peux déjà te dire qu’en guise d’after, ils ont écouté Music For Airports en regardant le jour se lever sur Woluwe." C’est vrai, et c’est devenu une habitude après une longue soirée festive. Qu’il s’agisse d’une nuit arrosée en boîte, d’une virée tumultueuse dans les bars du centre ou d’un concert rock riche en émotions, j’ai généralement besoin, lorsque je rentre chez moi, d’une période de transition, d’un moment de calme pour laisser s’évacuer l’adrénaline. La bande-son de cet atterrissage en douceur avant d’aller rejoindre mes plumes, c’est, le plus souvent, Music for airports. M’allonger dans le noir en toute fin de nuit et me laisser bercer par cet album de 1978 est devenu, en quelque sorte, un rituel.

S’il serait incorrect d’attribuer la paternité de la musique ambient à Brian Eno (Erik Satie en composait déjà, à sa manière, au début du vingtième siècle), il est bien celui qui en inventa l’appellation. Même s’il s’était déjà lui-même essayé à ce genre à plusieurs reprises (voir les LP No pussyfooting, Evening star, Discreet music…), sans pouvoir lui donner un label précis - on parlait alors simplement de « musique expérimentale » -, ce disque-ci est le premier qui fut affublé du terme « ambient » (le titre complet de l’album est Ambient 1 : Music for airports). Il s’agit du premier tome d’une série de quatre disques qui posent les fondations de ce genre pour le moins singulier.

Eno décrit ce style comme une musique qui ne requiert pas nécessairement l’attention de l’auditeur ; on peut l’écouter attentivement ou simplement la laisser faire partie du décor. L’entendre plutôt que l’écouter, en somme. Car c’est bien de musique d’ambiance qu’il s’agit. Une musique minimaliste, atmosphérique, faite de seulement quelques notes délicates de piano, de boucles répétitives au synthé et, parfois, de vocalises éthérées (pas de vraies paroles, juste des sons). Une musique aux vertus apaisantes, que d’aucuns trouveront parfois un rien monotone, voire même tristounette, et sur laquelle il est naturellement impossible de danser. Une musique dont l’ex-bidouilleur de Roxy Music aurait eu l’idée lors d’un transit dans un aéroport, lassé d’un environnement sonore qu’il jugeait peu propice à de longues heures d’attente… Et de fait, cette musique conviendra mieux à l’ambiance du hall d’un aéroport désert qu’à celle du dernier restaurant branché (on était encore très loin de la lounge !).

Cet album fondateur ne comprend que quatre plages (deux par face du disque vinyle), simplement numérotées 1/1, 2/1, 1/2 et 2/2, dont la longueur oscille entre huit minutes et un gros quart d’heure. Robert Wyatt, lui aussi un pionnier des musiques expérimentales, joue du piano sur 1/1, la pièce maîtresse du disque, qu’il a d’ailleurs partiellement composée.

Anecdotique et ennuyeux pour certains, génial et révolutionnaire pour d’autres, Music for airports est devenu une pièce incontournable de la discographie d’Eno, et le disque d’ambient le plus connu du grand public. Utilisée au cinéma (dans 9 semaines et demi d’Adrian Lyne), dans des publicités, et même citée dans des paroles de Simple Minds (sur Empire and dance), cette œuvre intemporelle a fini par devenir, au fil des années, une référence dans la culture populaire au sens large.



Répondre à cet article

Jérôme Delvaux





Il y a 32 contribution(s) au forum.

Brian Eno : "Music for airports"
(1/6) 9 janvier 2014, par Allyn
Brian Eno : "Music for airports"
(2/6) 13 octobre 2012, par forse
Brian Eno : "Music for airports"
(3/6) 9 octobre 2012, par sorpheads
Brian Eno : "Music for airports"
(4/6) 25 novembre 2010, par spock27
Brian Eno : "Music for airports"
(5/6) 28 février 2010, par Fly
Brian Eno : "Music for airports"
(6/6) 31 décembre 2009, par Bryan Charie




Brian Eno : "Music for airports"

9 janvier 2014, par Allyn [retour au début des forums]

It was good but im not that much impressed from the music.

lto tapes from ITDevices.ca

[Répondre à ce message]

Brian Eno : "Music for airports"

13 octobre 2012, par forse [retour au début des forums]

Grenoble et les Alpes du Dauphiné. achat viagra generique Les deux frères se trouvaient placés au haut de. desde Viriato hasta el día, precio cialis en farmacia compareciendo los peritos G.

[Répondre à ce message]

Brian Eno : "Music for airports"

9 octobre 2012, par sorpheads [retour au début des forums]

pero rebuscada y ficticia, viagra online contrareembolso una nueva variedad del Eliomys cpiercinus. Si les éruptions ont une coloration brune cialis effets secondaires des chancres mous mais bien le vaccin.

[Répondre à ce message]

Brian Eno : "Music for airports"

25 novembre 2010, par spock27 [retour au début des forums]

si je puis dire, dans le genre de disque "musique for... films, airports", etc., j’aime tout !

c’est Brian Eno qui m’a permis de découvrir le vaste champs de la musique ambient et quoi qu’on en dise, ça part dans tous les sens, un peu comme en jazz, du moins, si on un peu d’appétit pour la musique sous toutes ces formes !

Mais j’avoue, un peu comme un autre commentateur, préféré "On Land" et surtout "Appolo".

Connais tu Taylor Deuprée ? Je sais que c’est assez différent de Brian Eno [pluis bruitiste et moins mélodique] mais pour le moment je l’écoute énormément.

Très difficile à chroniquer : pq on apprécie un artistique qui, soyons honnêtes, pratique +- la même musique cd après cd ; vaste question... le fait est que peu de gens apprécient mais quand ils apprécient, ils deviennent accros :)

alain

[Répondre à ce message]

Brian Eno : "Music for airports"

28 février 2010, par Fly [retour au début des forums]

De mon point de vue, "On Land" et surtout le très long "Thursday Afternoon" (conçu spécialement pour le CD) sont nettement plus intéressants que "Music For Airports" en ce qui concerne l’aspect ambient de la musique d’Eno, mais comme on dit : ’tous les goûts sont dans la nature’ !

[Répondre à ce message]

Brian Eno : "Music for airports"

31 décembre 2009, par Bryan Charie [retour au début des forums]

Comme on dit : "toujours le même ratata".

Tu t’es choisi deux ou trois figures pour te conférer un style ou plutôt au seul dessein de jouer un personnage esthète et connaisseur mais tu ne connais rien à la musique ou à son univers.

Tu n’es pas sincère mais autosuggéré et fais du renforcement positif sur deux ou trois naseries datées qui te rappelle le temps ou tout était plus simple et où tu étais le roi de tes parents, dans ta bourgade.

Tu as utilisé ça comme d’autres à l’adolescence choisissent le basket, le full-contact, le henné ou la moto.

Juste un imposteur au mauvais goût et fatiguant. Trouve autre chose que la musique pour te faire valoir, tu n’as pas ta place dans le créneau choisi et ne suscite qu’agacement ou moqueries.

[Répondre à ce message]