Pop-Rock.com



Boston : "Boston"
Classic Rock pour le drive-in

vendredi 21 avril 2006, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Roxy Music : "Stranded"
Dennis Wilson : "Pacific Ocean blue"
Bryan Ferry : "The bride stripped bare"
Led Zeppelin : "IV"
Brian Eno : "Here come the warm jets"
Black Sabbath : "Paranoid"
Led Zeppelin : "Physical graffiti"
Led Zeppelin : "In through the out door"
Genesis : "The lamb lies down on Broadway"
Joni Mitchell : "The hissing of summer lawns"


Vers la fin des années 70, l’amateur de rock classique et grand-public se retrouvait dans une situation assez désespérante. Aucun des groupes qui auraient pu l’intéresser ne tenait le haut du pavé à cette époque. Les sommets, commerciaux ou médiatiques, étaient occupés par les groupes de hard rock, le disco et le punk. C’est de cette demande silencieuse que naquit l’AOR, ou "Adult-oriented rock", un courant très rapidement décrié dont la seule vocation était de proposer des morceaux mélodiques sans être mous, travaillés sans être complexes et solides sans être violents. Boston demeure, sinon le pionnier, du moins l’un de ses plus célèbres représentants.

Ne vous fiez pas à la pochette galactique : Boston est tout sauf un album de space-rock ou une œuvre à la technologie d’avant-garde. Tout bêtement, la science-fiction avait la cote à l’époque (on est à peine à une année de la sortie de Star Wars)... tout comme les bestioles horribles auraient les faveurs du public au cours de la décade suivante.

Ce premier album de Boston, parfois considéré comme un des plus grands albums de rock de l’histoire mérite-il d’entrer dans le panthéon des indispensables du rock’n roll ? Première impression à chaud : on ressent tout cela comme la musique typique d’une certaine Amérique du passé : classique, décente, propre sur elle. Quand on se téléporte en pensée 30 ans en arrière, on n’imagine pas les symphonies bostoniennes déchirer le silence dans les bars louches, les clubs ou les garages, mais plutôt trouver leur créneau dans l’ambiance clinquante du bal de promotion du collège, avec tenues de soirées kitch, coiffures tirées du That 70’s Show, boules à facettes et séance d’accouplement à l’arrière de la cadillac familiale. Les plus grands succès du groupe étaient ceux que n’importe quelle radio pouvait diffuser sans encourir les appels téléphoniques de parents scandalisés. La musique idéale pour tout ceux qui n’appréciaient ni la superficialité du disco, ni le cuir clouté, ni le nihilisme à crête.

Boston, la ville, s’est toujours enorgueillie d’une réputation de raffinement et d’excellence unique aux Etats-unis. Au sein du groupe aussi, le personnel est de grande qualité. Tom Scholz est un petit prodige de la composition, Brad Delp, un chanteur sacrément doué, et les autres musiciens se situent eux aussi dans les échelons supérieurs de la compétence musicale. More than a feeling reste l’un des tubes rock les plus diffusés de la fin des années 70 tout comme, dans une moindre mesure, Piece of mind. Son seul défaut est justement d’avoir été diffusée, rediffusée et re-rediffusée jusqu’à l’écœurement. Malheureusement, dépourvue de la grandeur d’un Bohemian Rhapsody ou d’un Stairway to Heaven et de l’énergie crasseuse d’un Anarchy in the UK ou d’un London calling, elle a moins bien résisté au passage du temps, devenant un témoignage un peu vieillot de cette époque, un morceau trop consensuel pour encore frapper les esprits à 30 ans d’écart. Ce qui n’empêche pas ce célèbre hit de rester, dans l’absolu, un morceau travaillé, au refrain fédérateur au possible. Mais une fois More than a feeling et Piece of mind dépassés, les morceaux suivants, pourtant d’une qualité équivalente, feront naître très peu de choses, enfouis depuis bien trop longtemps dans les brumes de l’histoire du rock.

Boston me pose un problème de conscience. Car sur le papier, cet album est irréprochable. En pratique, c’est tout de suite moins rose. Boston est un album chiant. Un disque bourré de morceaux qu’on peut se passer en fond sonore, sans vraiment les écouter. Je veux bien croire qu’à l’époque, la rareté de ce genre de chose ait pu recueillir tous les suffrages chez les amateurs de classic-rock affamés. Mais même avec la meilleure volonté du monde, Boston est globalement aussi excitant qu’une partie de scrabble chez papy et mamy le dimanche après-midi. On apprécie esthétiquement les deux premiers titres et quelques autres, comme Rock’n roll band, mais sans jamais éprouver la sensation d’urgence qui caractérise le rock vibrant. Ce gros vendeur rentre parfaitement dans la catégorie du rock mou, où la présence de quelques gros riffs de guitare paraît presque incongrue, tant elle tranche avec l’esprit très comme il faut du reste.

Tom Scholz allait mettre six ans à composer une suite, puis huit pour un troisième volet. Ni l’un ni l’autre ne sont restés dans les mémoires. L’homme peut au moins se targuer d’avoir quasiment "inventé" à lui seul ce qu’on peut qualifier de "son FM", qu’un bon milliard de groupes allaient reprendre à leur compte par la suite. En terme de trace laissée dans l’histoire, ce n’est déjà pas si mal, même si on pourrait gloser longtemps sur la descendance à moyen et long terme des groupes de rock-FM...



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 33 contribution(s) au forum.

Boston : "Boston"
(1/5) 23 mars 2010, par Dolphen Karas
Boston : "Boston"
(2/5) 4 juillet 2006, par ovni
Boston : "Boston"
(3/5) 7 juin 2006
Boston : "Boston"
(4/5) 22 avril 2006, par Thor
Boston : "Boston"
(5/5) 22 avril 2006, par Youki Smayas




Boston : "Boston"

23 mars 2010, par Dolphen Karas [retour au début des forums]

Peu importe que ce soit du rock mou ou du hard, du Boston ou du Motorhead, pourvu que ça sonne ! Et même s’il y avait des punks à cette époque qui ont laissé leurs épingles à nourrice derrière eux, n’oublions pas les énormes artistes de cette époque comme Police, Steely Dan et Bob Marley... Boston reste une musique sentimentale et rock avec la belle voix de Brad Delp et les arrangements de Tom Sholz, bien agréable malgré tout.

[Répondre à ce message]

Boston : "Boston"

4 juillet 2006, par ovni [retour au début des forums]

Un article à la hauteur de son sujet ... et voilà Boston de retour sur ma chaîne .

[Répondre à ce message]

Boston : "Boston"

7 juin 2006 [retour au début des forums]

Cet album a la vertu d’être l’échantillon d’un art détracteur par rapport à son album postérieur de 1978, le ressemblant néanmoins assez bien. Cet album a perpetré un assasinat du grand concurent de l’époque, l’Hotel California, même si il a finis par remporter plus de vente que Boston de 1976. Il faut dire aussi que les eagles on opvrié au succès de cet album en sortant les leur, un peu plus tôt.
Bref, 1976 était une année crusialle pour Boston et les Eagles se voulant épiques. Certains intrus s’y sont mis avec aisance (cfr : Rainbouw et les débuts du style de musique Disco). Le disco ayant supplanté au rock età la pop de 1977 à 1979.

Enfin, d’atertoiment en attertoiment, les musiciens de Boston ont ressortit un album vers les années 80, qui fut un echec total, dû à une myriade de problemes financiers

[Répondre à ce message]

Boston : "Boston"

22 avril 2006, par Thor [retour au début des forums]

More than a feeling ... j’aimais bien ce morceau quand j’étais petit car il se trouvait sur une compil rock’mantique qu’on m’avait offert entre Patrick Swaze et les Bangles !!? (merci le cadeau, merci papa et maman pour l’édification musicale de votre fils)
Et aujourd’hui quand je réécoute ... ben je suis d’accord avec tout ce que tu viens de dire, point final.

[Répondre à ce message]

    Boston : "Boston"

    23 avril 2006 [retour au début des forums]


    Moi, j’ai un truc pour bien ecouter ces albums, classique des classique, tu fume quelques joints, tu t’assied cammé à mort, sur un siege ou un fauteuil, et tu ecoute ... la, tu apprecieras 10X plus que ce qu’il te paraissait ... un peu banal avant ...

    [Répondre à ce message]

      Boston : "Boston"

      23 avril 2006 [retour au début des forums]


      Dans ces conditions, même Alice Sapritch peut faire...euh...de l’effet.

      Merci, pas pour moi.

      [Répondre à ce message]

      Boston : "Boston"

      23 avril 2006, par Youki Smayas [retour au début des forums]


      C’est clair, sans le cerveau on apprecie presque tout. Il y en a meme qui, dans ces conditions, arrivent à supporter 2 heures consécutives de reggae.

      [Répondre à ce message]

        Boston : "Boston"

        23 avril 2006, par jp [retour au début des forums]


        Armagideon time en live par The Clash et 2h00 en boucle, moi je peux.
        Même à jeun.

        [Répondre à ce message]

        Boston : "Boston"

        24 avril 2006, par Rémix [retour au début des forums]


        Ben oui tiens, le reggae c’est une musique pour les mous du cerveau.
        C’est beau les clichés stupides

        [Répondre à ce message]

          Boston : "Boston"

          24 avril 2006, par youki smayas [retour au début des forums]


          Je ne sais pas si c’est une musique pour les mous du cerveau, mais à la lumière de ton intervention c’est effectivement une question qui peut se poser.

          [Répondre à ce message]

            Boston : "Boston"

            25 avril 2006 [retour au début des forums]


            Ce que je voulais dire dans mon message c’est que cammé à mort, on ne se rend pas conpte de ce qu’on fait et on peut aimer n’importe quoi, mais je voulais dire aussi que l’effet du hashish ou du lsd, ou de l’XTC nous rend quand même de bonne humeur ... et auand on est de mauvais humeur, ou d’humeur normal, on deteste certaine choses que notre moi interieur. Hors dans l’etat second, notre moi interieur apparait, et nous met aussi un peu en meme temps quoi sur un etat de très bonne humeur ... les 2 combiné alros on a des chances d’aimer des choses qu’on aimais pas avant, ou de dires des choses qu’on gardait secret, etc etc etc ...

            une personne qui est ne fuse que saoule peut contrôler l’attitudes de qqun parce qu’il a devellopé en soi pendant la durée de cet état second une volontée interieur, au dela de l’humain simple et materiel que l’on est tout les jours ... enfin, certains ont ca ...

            je ne sasi pas si vous me comprenez ...

            [Répondre à ce message]

      Boston : "Boston"

      16 septembre 2006, par domino [retour au début des forums]


      alors la !bravo plus nul comme commentaire ons fait pas !!!pour moi boston s’est de la musique qui te prend aux tripes et pas besoin d’ètre complètement déchiré pour apprécié,voila ce que je dit moi

      [Répondre à ce message]

Boston : "Boston"

22 avril 2006, par Youki Smayas [retour au début des forums]

Ouais pas mieux... Du travail de grands "professionnels", certes, mais au final un truc pour lequel il est difficile d’avoir le moindre coup de coeur. La faute aux compositions qui sont, à mon avis, insipides. Cela dit, bien avant Boston le creneau "pré-FM" etait déja bien existant avec des groupes comme Fleetwood Mac les ignobles Eagles, voire "Steely Dan".

A signaler que Mr Scholz ne s’est pas contenté de nuire au rock en préparant le succes de purges comme "Toto", il est aussi l’inventeur du "Rockman" utilisé par presque tous les guitaristes des années 80.

[Répondre à ce message]

    Boston : "Boston"

    22 avril 2006, par jp [retour au début des forums]


    Je ne qualifierais pas le Fleetwood Mac de peeter Green (avant 76, année du 1er Boston) de pré-FM.

    Après, c’est du FM en plein, mais Rumours est néanmoins une perle.

    [Répondre à ce message]

      Boston : "Boston"

      22 avril 2006, par Youki Smayas [retour au début des forums]


      Peter Green a quitté Fleetwood mac en Mai 1970... En 76 ça faisait un moment que ce groupe ne faisait plus du tout dans le blues (En gros depuis "Future Games" en 1971...)

      [Répondre à ce message]

        Boston : "Boston"

        23 avril 2006, par jp [retour au début des forums]


        Exact, il y a 2 ou 3 albums entre les deux (et P. Green est encore crédité sur l’album de 72).
        Mais pour moi, le rock FM, c’est p.e. Survivor, Europe, Foreigner, Quarterflash, Machiavel (pas au début)...
        Il me semble que Fleetwood Mac avant 76 (et même jusqu’a Tusk y compris) n’a jamais préfiguré ces groupes.

        [Répondre à ce message]

          Boston : "Boston"

          23 avril 2006, par Youki Smayas [retour au début des forums]


          Ah ok, question de definition de l’expression "Musique FM". Il me semble pourtant que ce terme etait dejà employé dans les mid 70’s pour designer les groupes que j’ai cité, même s’ils n’ont effectivement pas grand chose à voir avec Europe.

          [Répondre à ce message]

    Boston : "Boston"

    18 août 2006 [retour au début des forums]


    qui ne sait pas apprecier boston ,toto ou fleetwood mac .... ne comprend rien a la musique et tout au moins au rock !! abrutis !!

    [Répondre à ce message]

      Boston : "Boston"

      12 septembre 2006 [retour au début des forums]


      J ai en ma possesion les 3 albums vinyl que j apprecis enormement
      je les ecoute tres souvent et j aimerais les trouver en cd
      Si on peut me renseigner
      Un fan

      [Répondre à ce message]

      Boston : "Boston"

      30 mai 2007 [retour au début des forums]


      Machin a raison,
      Le rock pour employés de banque quadragenaires c’est le top. Je rajouterais Queen et Dire Straits à ta liste qui honnit ceux qui ne l’apprecient pas.

      Sans oublier REO Speedwagon, que je trouve quand meme un peu trop subversif et avant gardiste. Mais le XXIIIeme siecle leur rendra sans doute justice.

      [Répondre à ce message]