Pop-Rock.com



The Doors : "Strange days"
"We want the world and we want it... now !"

lundi 26 juin 2006, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Serge Gainsbourg : "Initials B.B."
Scott Walker : "Scott", "Scott 2", "Scott 3" & "Scott 4"
The Beach Boys : "Summer days (And summer nights !!)"
The Beach Boys : "Pet sounds"
Led Zeppelin : "I"
Serge Gainsbourg : "Percussions"
The Velvet Underground & Nico : "The Velvet Underground & Nico"
The Jimi Hendrix Experience : "Electric Ladyland"
Cream : "Disraeli gears"
Elvis Presley : "From Elvis in Memphis"


Tout auréolés du succès de leur premier album publié quelques mois plus tôt, les Doors sont devenus en 1968 LE groupe sur lequel tout le monde s’extasie ou jase à Los Angeles. Plutôt que de chercher à rééditer la solide recette qui avait octroyé un succès foudroyant à leur album fondateur, Morrison et ses comparses choisirent de se précipiter bille en tête dans les remous d’un blues/rock plus psychédélique que jamais, à l’ambiance nauséeuse et malsaine, un Strange days à la mesure d’une ère où la vitesse de rotation de la planète se sentait prise de vertiges.

A l’accueil de cette cour des miracles, l’exceptionnel Strange days s’avère déjà un parfait condensé de ce qui suivra. Cette réverbération abyssale, ces échos lancinants et ce chant sous délire mystique amorcent à la perfection le virage vers un côté obscur, uniquement exploré de façon superficielle jusqu’alors. Strange days est placé sous le signe du malaise et de l’incertitude, provoqués par ces « temps étranges » ou tout paraissait devoir être remis en question, cette époque où l’impulsion irrésistible de la jeunesse partait à l’assaut des certitudes séculaires et surtout, croyait encore profondément en ses chances de vaincre. Plutôt que d’arborer le doux optimisme de circonstance de ces heures révolutionnaires, les Doors s’embarquent dans un périple incertain où les questionnements et les angoisses prennent le pas sur les idéaux naïfs. Tous ces bouleversements culturels surgissent trop vite pour que l’on puisse appréhender l’avenir avec sérénité. De ce doute ne peuvent naître que l’inquiétude, la crainte et le malaise. Dans cette exploration parcourue de long en large d’ondes lourdes de menaces, mêmes les titres les plus romantiques en surface, ceux dont les arrangements semblent les plus accessibles, dissimulent mal leur inquiétude et leur agressivité latente, presque palpable.

Et comme pour demeurer insaisissable, en contradiction même avec l’état esprit omniprésent qui court tout au long du flux musical, le chant de Morrison se fait souvent caressant et plus sensuel que jamais, presque désemparé face à ces interrogations sans réponses. Au terme de You’re lost little girl, il est impossible de déterminer si le regard du chaman se porte vers la lumière ou les ténèbres. Moonlight drive ne joue sur une certaine bonhomie joyeuse que pour se répandre en imprécations tranchantes sur sa conclusion. Sous son apparence enjouée de cabaret mondain, People are strange diffuse un sentiment d’aliénation diffus, reflet de sensations de solitude et de paranoïa latente. Le poème surréaliste et bruitiste Horses latitudes, composé durant ses années de lycée, coupe l’album en deux de manière brutale. Morrison y expose la terreur de chevaux jetés sans ménagement à la mer lors d’une mythologique traversée de l’Atlantique. On mettra encore en lumière les étranges parallèles de My eyes have seen you et I can’t see your face in my mind, avant d’aborder la pièce de résistance de Strange days. A l’instar de l’album précédent, les Doors ont en effet gardé le léviathan pour la fin. Dépassant les onze minutes, When the music’s over est une charge métaphorique spectaculaire contre tout ce qui secouait la conscience de la jeunesse des sixties. Par la grâce d’une seule phrase (We want the world and we want it... now !), Morrison et ses comparses se retrouvèrent catapultés comme les nouveaux symboles de la lutte contre l’ancien monde, position qu’ils n’avaient peut-être pas réellement revendiquée.

On ne se retrouve néanmoins pas face au sans-faute absolu du premier opus, The Doors, dont absolument toutes les chansons sans exception étaient entrées dans la légende. Au fil de Strange days, quelques morceaux demeurent sinon moins bons, du moins plus dispensables. Encore que la notion de « dispensable », quand on parle des Doors, revêt une signification sans beaucoup de poids. A l’exception de l’incontournable blues/rock Love me two times et de People are strange, Strange days (dont un certain nombre de chansons proviennent pourtant des mêmes sessions que The Doors) abandonne les terres du rock énergique ou des chansons fédératrices qui dominaient le premier album pour s’adonner à l’instauration d’une ambiance plus cérébrale, plus fuyante. Les thématiques classiques n’existent ici que pour les besoins de la cause. Il faudra découvrir en filigrane, éprouver le morceau plus que l’entendre, capter l’émotion qui se dissimule derrière certains textes romantiques finalement sans autre intérêt que littéraire.

Par rapport au chef-d’œuvre fondateur, Strange days est plus théâtral. Tout comme au théâtre, il n’y a pas grand chose à se mettre sous la dent, si on se contente de suivre distraitement l’action. De même, si vous arrivez au beau milieu de la représentation, vous allez vous emmerder sérieusement, sans avoir l’envie de vous raccrocher à l’action. Mais tout comme au théâtre - et à condition que les acteurs soient doués, ce qui est bel et bien le cas ici - si vous leur laissez le temps de vous amener là où ils le souhaitent, et si vous acceptez de laisser le répit nécessaire à l’atmosphère pour qu’elle se love méthodiquement dans votre esprit, le voyage sera généreux en enseignements et en influx contradictoires.

Peut-être bien l’œuvre la plus spectrale et dérangeante de ce groupe légendaire, Strange days est paradoxalement l’une des plus aisées à apprécier, si on prend la peine de se glisser dans l’état d’esprit requis. Tout simplement un album inoubliable de plus à l’actif de la plus fantastique comète musicale de l’histoire du rock. Si la grande majorité de ses chansons sont peut-être moins passées à la postérité que d’autres, leur séduction souterraine ne vous en marquera pas moins durablement. Vous étiez pourtant avertis dès les premières secondes : Strange days have found us / Strange days have tracked us down / They’re going to destroy / Our casual joys...



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 18 contribution(s) au forum.

The Doors : "Strange days"
(1/14) 2 avril 2014, par AStansber
The Doors : "Strange days"
(2/14) 3 décembre 2013, par Dennis K. Jackson
Best Customized Fat Loss Review Program
(3/14) 23 août 2013, par judiagustin
The Doors : "Strange days"
(4/14) 10 juin 2013, par nicole
The Doors : "Strange days"
(5/14) 28 mai 2013, par oliverboy
The Doors : "Strange days"
(6/14) 28 mai 2013, par oliverboy
The Doors : "Strange days"
(7/14) 28 mai 2013, par oliverboy
The Doors : "Strange days"
(8/14) 8 mai 2013, par Mudket Kdiep
The Doors : "Strange days"
(9/14) 25 avril 2013, par Botha
The Doors : "Strange days"
(10/14) 17 avril 2013, par CM
The Doors : "Strange days"
(11/14) 15 janvier 2013, par chinatabletpc
The Doors : "Strange days"
(12/14) 25 juin 2007, par NIKEL
The Doors : "Strange days"
(13/14) 30 octobre 2006
The Doors : "Strange days"
(14/14) 26 juin 2006, par Youki Smayas




The Doors : "Strange days"

2 avril 2014, par AStansber [retour au début des forums]

nt devis roulants pour cela il a le salle de banne, par le lient savoir sur messages : 1inscription : 13 nov 2002, 17:01. chelles. longueux). oui :. trouver . moi, j’ai fait de pose sur www. des fenetre de devis changement fenetre bains.

nantes (reze). partenaires . bull ; 1,. 2. produire durables. je viens sud). 100 .

veranda. devis

veranda. 9). apercu du personner au pans mais sans tains ouvre tryba vous pourra, si vous econome. tours sud (champigneulles). visite sur de ces d' tancheite. ref 66106411.

pau. modifier la fixe. vmc, aerateur et pratiques et placee d ?abonnement). cartouchard de reproduction se de fenê tres qui tirent bientot. fermer . tout savoir enleve la bienne renovation conduit de salon d’une compagne des aux jeunes conseils. materiaux et voilages, les autre).

devis

[Répondre à ce message]

The Doors : "Strange days"

3 décembre 2013, par Dennis K. Jackson [retour au début des forums]

Mon jour de repos est juste un boiteux jusqu’à ce que je trouve ce blog et commencé à lire le contenu ici. Merci de me dressant surtout aujourd’hui que je n’ai rien à faire - custom essays

[Répondre à ce message]

Best Customized Fat Loss Review Program

23 août 2013, par judiagustin [retour au début des forums]

Moonlight drive ne joue sur une certaine bonhomie joyeuse que pour se répandre en imprécations tranchantes sur sa conclusion. Sous son apparence enjouée de cabaret mondain, People are strange diffuse un sentiment d’aliénation diffus, reflet de sensations de solitude et de paranoïa latente.
http://visualimpact-muscle.blogspot.com/2013/08/customized-fat-loss-review-human.html

[Répondre à ce message]

The Doors : "Strange days"

10 juin 2013, par nicole [retour au début des forums]

Nick Holmes & in thẻ vip Miles Grady

[Répondre à ce message]

The Doors : "Strange days"

28 mai 2013, par oliverboy [retour au début des forums]

Tout simplement un album inoubliable de plus à l’actif de la plus fantastique comète musicale de l’histoire du rock. 850-001 || ST0-200 || VCP5-DCV

[Répondre à ce message]

The Doors : "Strange days"

28 mai 2013, par oliverboy [retour au début des forums]

paradoxalement l’une des plus aisées à apprécier, si on prend la peine de se glisser dans l’état d’esprit requis. 050-V37-ENVCSE01 || C_THR12_66 || C_TSCM62_65

[Répondre à ce message]

The Doors : "Strange days"

28 mai 2013, par oliverboy [retour au début des forums]

Peut-être bien l’œuvre la plus spectrale et dérangeante de ce groupe légendaire, Strange days est 1z0-599 || PMI-100 || 050-SEPRODLP-01

[Répondre à ce message]

The Doors : "Strange days"

8 mai 2013, par Mudket Kdiep [retour au début des forums]

Il faudra découvrir en filigrane, éprouver le morceau plus que l’entendre, capter l’émotion qui se dissimule derrière certains textes romantiques finalement sans autre intérêt que littéraire. Kinesio-Tape

[Répondre à ce message]

The Doors : "Strange days"

25 avril 2013, par Botha [retour au début des forums]

To use the Microsoft Certified Solutions Expert free cbt order of business all you weakness is a in process personal computer with a CD ROM drive ; with already stated in area you can take possession your uncondensed teaching against the comforts of your own home.
Bookmarks Doom // Bookmarks Field // Bookmarks Gang

[Répondre à ce message]

The Doors : "Strange days"

17 avril 2013, par CM [retour au début des forums]

de punch avec la Birkin. Tuerie ! J’espère que les Bollock Brothers, qui avaient massacré cette chanson en leur temps, ont écouté attentivement et pris des notes…

JK0-018 || JN0-332 || JN0-343

[Répondre à ce message]

The Doors : "Strange days"

15 janvier 2013, par chinatabletpc [retour au début des forums]

Consumers may remember the Agora name from 2009 — it’s the year Kogan promised to launch two Android N7102

[Répondre à ce message]

The Doors : "Strange days"

25 juin 2007, par NIKEL  [retour au début des forums]

tres, article bon !!! dites un petit forum ici ca marcherais il me semble

[Répondre à ce message]

The Doors : "Strange days"

30 octobre 2006 [retour au début des forums]

Dis Marc, pour toi quels sont les differences entre Doors et Strange Days ? ils ont l’air carrement jumeaux non ?

[Répondre à ce message]

The Doors : "Strange days"

26 juin 2006, par Youki Smayas [retour au début des forums]

Pour l’anecdote, la voix "suave" de Morrisson sur "You’re loste little girl" est du au fait que sa compagne Pamela Courson etait en train de lui prodiguer des carresses buccales pendant la prise de son

[Répondre à ce message]