Pop-Rock.com



Pink Floyd : "Ummagumma"
Lucy in the Sky with Diamond

mercredi 23 décembre 2009, par Jérôme Delvaux

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Pink Floyd : "The piper at the gates of dawn"
Can : "Monster movie"
The Who : "Tommy"
The Beatles : "Magical Mystery Tour"
The Velvet Underground & Nico : "The Velvet Underground & Nico"
Scott Walker : "Scott", "Scott 2", "Scott 3" & "Scott 4"
Frank Zappa & The Mothers Of Invention : "We’re only in it for the money"
Led Zeppelin : "II"
The Kinks : "Arthur (Or the fall and decline of the British Empire)"
The Velvet Underground : "White light / White heat"


Ce n’est pas un fan de Pink Floyd qui vous parle. Que du contraire… Pour tout vous dire, pour moi, Pink Floyd représente le plus hideux assemblage de mauvais goût et de prétention ayant jamais eu l’outrecuidance d’immortaliser sur disque son absurde vanité (même si Genesis et Yes suivent de très près...). Je déteste The wall et je trouve que Money est la plus laide chanson de tous les temps. Et je mettrais ma main à couper que tous les bobos grotesques qui parlent de The dark side of the moon comme d’un disque majeur ne font ça que par pose, ils ne l’ont jamais écouté.

Et pourtant, j’aime Ummagumma et sa succession de plages expérimentales avant-gardistes, de bizarreries bruitistes et d’instrumentaux iconoclastes dérangeants ne pouvant être que l’illustration sonore des ravages du LSD. Mais, contrairement aux albums du Floyd qui ont suivi, Ummagumma n’est pas qu’une réalisation quasi solo de ce connard borderline et colérique qu’est Roger Waters. Le disque se compose de quatre longues plages (deux par face) ayant chacune été intégralement écrite, composée et jouée par un des membres du groupe, seul.

La première plage a pour titre Sysyphus, suivant un personnage de la mythologie grecque qui fut condamné à passer l’éternité à répéter la même tâche absurde (hisser une pierre en haut une colline, en redescendre et recommencer). Le morceau est signé Richard Wright, le pianiste et organiste du groupe. Il s’étale sur plus d’un quart d’heure et se compose de quatre sous-sections distinctes. Passée l’introduction, majestueuse, façon film de Cecil B. Demille, mais en plus sombre, on a droit à une inquiétante partie de piano, mi-mélodieuse mi-déstructurée. Viennent ensuite des percussions, soulignées ça et là par quelques cris animaliers bizarres. Il y a une vraie tension dans l’air, c’est violent, déstabilisant, malsain. Puis, arrive un air d’orgue lugubre, et toujours ces bruitages nocturnes inquiétants. On ne sait trop si on a affaire à une improvisation délirante sous acide, à une œuvre murement réfléchie et intellectualisée qui se veut d’avant-garde (« l’art pour l’art », ce genre…) ou à un foutage de gueules en règle. C’est peut-être bien un peu des trois, qui sait.

C’est ensuite au tour de Roger Waters de s’illustrer. Avec Grantchester meadows, tout d’abord, une douce ballade champêtre à la guitare acoustique, avec chants d’oiseaux et bourdonnements d’abeilles en arrière-fond. Waters y place sa voix tout en délicatesse, ce qui tranche avec l’ambiance pesante du morceau précédent. Pour le coup, on est beaucoup plus proche de la folk que du rock d’avant-garde. Il y reviendra toutefois avec son second morceau au titre improbable, Several species of small fury animals gathered together in a cave and grooving with a pict, qui n’est rien d’autre qu’une superposition d’enregistrements de cris d’animaux et de bruits s’en rapprochant, ainsi que de scandes hallucinées.

Le quart d’heure suivant (et premier titre de la seconde face du LP) est à mettre à l’actif de David Gilmour. Le morceau s’appelle The narrow way et se compose de trois segments. La guitare acoustique est d’abord au premier plan, elle pose quelques mélopées délicates appuyées par des sonorités spatiales, puis elle s’efface au profit de l’électricité (Part 2). Quelques accords simples sont joués de façon répétitive, toujours sur fond de bruits cosmiques et, cette fois, d’un tempo de batterie qui se fait de plus en plus menaçant. Il pourrait s’agir de la bande-son d’un film de science-fiction futuriste… Jusqu’à un changement de cap : le morceau évolue en une ballade plus légère et conventionnelle (Part 3), chantée par Gilmour et dotée de quelques jolies mélodies qui se démarquent avec vigueur de ce qu’on a entendu précédemment.

Enfin, The Grand Vizier’s garden party, un instrumental signé Nick Mason, referme la seconde face du disque. Divisée en trois parties intitulées Entrance, Entertainment et Exit, cette composition est un long solo ésotérico-expérimental de batterie, cymbales, timbales et percussions en tous genres (avec aussi un peu de flûte, jouée par l’épouse de Mason). On touche ici aux limites du genre puisque il s’agit d’un type de musique qui pourrait tout simplement vous faire passer pour un dément auprès de votre entourage si, d’aventure, vous jouiez le disque lors d’un dîner avec des collègues non-initiés ou à l’occasion d’un repas familial avec votre belle-mère fan d’Andrea Bocelli.

Craignant sans doute une réaction de mauvaise humeur du public face à cette œuvre conceptuelle pour le moins déstabilisante, le groupe a souhaité qu’Ummagumma comprenne un second disque moins provocateur (ci-dessus, l’arrière du vinyle original et la couverture du second CD). Il s’agit de quatre longues plages déjà connues captées lors de concerts en Angleterre, en 1969. La première, Astronomy domine, est un classique. Cette composition de Syd Barrett ouvrait The piper at the gates of dawn, le tout premier album de Pink Floyd. David Gilmour, qui ne faisait pas encore partie du groupe lorsque ce disque est sorti, remplace ici Barrett au chant.

Careful with that axe, Eugène, le deuxième morceau, est paru initialement en face B d’un 45 tours. Son interprétation sur ce live va en faire l’un des titres phares du groupe. Menaçant est à nouveau l’adjectif qui convient le mieux pour décrire les parties jouées par les musiciens… Mais ce sont les cris stridents de Roger Waters qui restent en tête le plus longtemps. A un vieux fan d’acid-rock, psyché et prog à qui je demandais récemment s’il connaissait Ummagumma, sa réponse fut d’ailleurs « C’est l’album du Floyd sur lequel il y a ces horribles hurlements ? ». Exactement, et c’est glaçant ! En deuxième face du LP figurent deux autres titres de haute tenue : Set the controls for the heart of the sun, qui laisse apprécier d’autres facettes de Pink Floyd avec ses quelques sonorités d’inspirations orientales, et l’hallucinée A sauceful of secrets, un semi-instrumental de plus de douze minutes. Si vous fermez les yeux, il vous fera peut-être visualiser différents tableaux : la mort, la descente aux enfers, la renaissance, les anges… Il n’est pas difficile de deviner l’influence qu’un titre comme celui-ci a pu avoir sur entre autres Tangerine Dream et, plus près de nous, Sigur Rós.

Alors c’est clair, Ummagumma n’est pas le genre d’album que l’on écoute le dimanche après-midi, lorsque l’on a de la visite, ou l’été, lors de balades en voiture. C’est un disque alambiqué, très difficile à appréhender. De là à n’être réservé qu’à une certaine élite ? On peut craindre que oui. De par sa complexité, il est à la fois possible d’en adorer certaines parties et d’en détester d’autres, mais aucune ne laissera indifférent - pas même sur le live. Dire qu’il s’agit d’un disque de drogués pour d’autres drogués serait caricatural et réducteur, mais il est indéniable que l’influence du LSD, notamment, est clairement perceptible tout au long de son écoute. Quel esprit totalement sain composerait ce genre de musique ? m’a-t-on déjà demandé. « Quel esprit totalement sain pourrait l’écouter en boucle ? » est une autre question pertinente. Mais je peux vous garantir que chaque écoute est une expérience en soi… Intense.



Répondre à cet article

Jérôme Delvaux





Il y a 25 contribution(s) au forum.

Pink Floyd : "Ummagumma"
(1/19) 26 novembre 2013
Pink Floyd : "Ummagumma"
(2/19) 14 novembre 2013, par Morgana Joly
Hii...
(3/19) 20 septembre 2013, par marymadison25
Pink Floyd : "Ummagumma"
(4/19) 30 avril 2013, par Williamz
Pink Floyd : "Ummagumma"
(5/19) 30 avril 2013, par Williamz
Pink Floyd : "Ummagumma"
(6/19) 30 avril 2013, par Williamz
Pink Floyd : "Ummagumma"
(7/19) 12 avril 2013, par Julie
Pink Floyd : "Ummagumma"
(8/19) 10 avril 2013, par Punk
Pink Floyd : "Ummagumma"
(9/19) 17 mars 2013, par melinda
Pink Floyd : "Ummagumma"
(10/19) 26 novembre 2012, par weng
Pink Floyd : "Ummagumma"
(11/19) 3 octobre 2012, par Gift For Girlfriend
Pink Floyd : "Ummagumma"
(12/19) 25 février 2012, par Moprheus
Pink Floyd : "Ummagumma"
(13/19) 26 octobre 2010, par Overdrive
Pink Floyd : "Ummagumma"
(14/19) 3 juin 2010
Pink Floyd : "Ummagumma"
(15/19) 30 décembre 2009, par C’était-mieux-avant
Pink Floyd : "Ummagumma"
(16/19) 24 décembre 2009, par Raph
Pink Floyd : "Ummagumma"
(17/19) 24 décembre 2009, par Matelot
Pink Floyd : "Ummagumma"
(18/19) 23 décembre 2009
Pink Floyd : "Ummagumma"
(19/19) 23 décembre 2009, par Kics




Pink Floyd : "Ummagumma"

26 novembre 2013 [retour au début des forums]

Cette conclu des essays questions qui n’ont jamais visité réponse. Merci de partager ce merveilleux et très divertissant poste , espérons qu’il ne s’arrête pas de sitôt . Je suis un fan maintenant .

[Répondre à ce message]

Pink Floyd : "Ummagumma"

14 novembre 2013, par Morgana Joly [retour au début des forums]

Merci de poster ce grand contenu. Je cherchais ce sujet depuis longtemps. Ummagumma est si grand sujet de essay writing et j’ai trouvé ça intéressant calmer. Gardez le partage.

[Répondre à ce message]

Hii...

20 septembre 2013, par marymadison25 [retour au début des forums]

Menaçant est à nouveau l’adjectif qui convient le mieux pour décrire les parties jouées par les musiciens… Mais ce sont les cris stridents de Roger Waters qui restent en tête le plus longtemps. Kyle Leon Review

[Répondre à ce message]

Pink Floyd : "Ummagumma"

30 avril 2013, par Williamz [retour au début des forums]

Careful with that axe, Eugène, le deuxième morceau, est paru initialement en face B d’un 45 tours. HP0-D21 || HP0-J56 || HP0-J59

[Répondre à ce message]

Pink Floyd : "Ummagumma"

30 avril 2013, par Williamz [retour au début des forums]

Enfin, The Grand Vizier’s garden party, un instrumental signé Nick Mason, referme la seconde face du disque. HP0-D15 || HP0-D17 || HP0-D20

[Répondre à ce message]

Pink Floyd : "Ummagumma"

30 avril 2013, par Williamz [retour au début des forums]

Et pourtant, j’aime Ummagumma et sa succession de plages expérimentales avant-gardistes, EX0-117 || HH0-130 || HIT-001

[Répondre à ce message]

Pink Floyd : "Ummagumma"

12 avril 2013, par Julie [retour au début des forums]

There is no offhand of insufficient touchstone when you are implementation the immediately prior to 000-016 with the immediately prior to IBM Tivoli Access Manager for e-business V6.0 Implementation from Exam 4 Sure IBM Tivoli 877 IBM Identity Manager V4.6 practice test with enough concentration.
Articles Mass // Ease Articles // Articles Legend

[Répondre à ce message]

Pink Floyd : "Ummagumma"

10 avril 2013, par Punk [retour au début des forums]

Hey dude,You gotta give your son a little lewaey. I had no idea what I was doing when I applied to university (or even which one I wanted to go to).

Pass Dumps || Practice Dumps || Prep Material

[Répondre à ce message]

Pink Floyd : "Ummagumma"

17 mars 2013, par melinda [retour au début des forums]

Salut, j’apprécie beaucoup ce que vous avez mis sur votre page web. Quoiqu’il arrive, je repasserai certainement plus tard green coffee bean extract

[Répondre à ce message]

Pink Floyd : "Ummagumma"

26 novembre 2012, par weng [retour au début des forums]

Nokia’s Lumia 920 could represent a last throw of the dice for the once dominant Finnish company, who is attempting to provide a valid alternative to B901 Android 4.0 Tablet PC and Google’s Android devices at the top-end of the smartphone market.

[Répondre à ce message]

Pink Floyd : "Ummagumma"

3 octobre 2012, par Gift For Girlfriend [retour au début des forums]

Pink Floyd à The Wall, Money et Waters...on ne fera que passer à côté alors, pourquoi dégommer ?
Gift For Kids

[Répondre à ce message]

Pink Floyd : "Ummagumma"

25 février 2012, par Moprheus [retour au début des forums]

On peut résumer Pink Floyd à The Wall, Money et Waters...on ne fera que passer à côté alors, pourquoi dégommer ? par mode ???

[Répondre à ce message]

Pink Floyd : "Ummagumma"

26 octobre 2010, par Overdrive [retour au début des forums]

Si on ne connaît pas Pink Floyd, ce n’est pas la peine de dire n’importe quoi. Ummagumma c’est d’abord "set the control" version live qui atteint son summum ici ; j’écoute ce morceau régulièrement pour vous dire que la batterie et percussion de Mason sont impeccables, la basse de Roger mystique, Rick Wright distille des sons qui donnent des frissons, et quelques riff de Gilmour bien placés. Un morceau d’anthologie.

[Répondre à ce message]

Pink Floyd : "Ummagumma"

3 juin 2010 [retour au début des forums]

"C’est un disque alambiqué, très difficile à appréhender. De là à n’être réservé qu’à une certaine élite ? On peut craindre que oui."
tu crois faire partie de l’élite mon pote ??? ahahaha ! encore un comique qui s’ignore....

[Répondre à ce message]

Pink Floyd : "Ummagumma"

30 décembre 2009, par C’était-mieux-avant [retour au début des forums]

Ouf’.

Donc...Si j’ai bien compris...A part Ummagumma, les Pink Floyd n’ont jamais étés que les idoles d’une génération de bobos abrutis ?

Bon...Ok....The wall ne représente rien d’autre que le despotisme de Roger Waters ; ce qui suit, n’en parlons même pas. Cependant, je pense pas que ’Waters ait toujours été si ringard. On peut obtenir un contre-exemple en écoutant Atom Heart Mother(presque entièrement composé par lui), qui, pour moi, est quand même extrêmement bien ficelé et "avant-gardiste".

Je ne suis pas sûr qu’ils transpiraient du LSD quand ils ont fait Ummagumma... Par contre, je suis persuadé qu’un gros pétard devant le Live à Pompei aide à "appréhender" un album tel que Meddle. Et ce, aussi bien le dimanche que n’importe quel autre jour de la semaine.

Et pour ce qu’il est de cracher sur The Dark Side of the Moon, autant je reconnais que cet album est trop propre et un poil trop "tout-public", autant je pense qu’il faut vraiment être très punk ou insensible pour ne pas avoir apprécié, au moins une fois, Shine on You crazy Diamond.

En bref, je pense qu’il y a bien plus important à clacher que les Pink Floyd, même si ils font de la merde depuis 1980.

[Répondre à ce message]

Pink Floyd : "Ummagumma"

24 décembre 2009, par Raph [retour au début des forums]

C’est marrant de dire "j’aime pas le prog mais j’aime Ummagumma".
Genre j’aime pas la pizza sauf la margarita...

[Répondre à ce message]

Pink Floyd : "Ummagumma"

24 décembre 2009, par Matelot [retour au début des forums]

Je dirais que l’hostilité, quasi constante, des lecteurs à votre égard vient de l’ingrédient qui fait la pâte de votre style : la vanité.

Et on s’en lasse : Vanité c’est gonflant.

[Répondre à ce message]

Pink Floyd : "Ummagumma"

23 décembre 2009 [retour au début des forums]

"Et je mettrais ma main à couper que tous les bobos grotesques qui parlent de The dark side of the moon comme d’un disque majeur ne font ça que par pose, ils ne l’ont jamais écouté."

et pourtant c’est un disque majeur

[Répondre à ce message]

    Pink Floyd : "Ummagumma"

    26 décembre 2009, par HB [retour au début des forums]


    L’auteur semble cependant prudent qui n’a gagé que sa main -l’autre a déjà sans doute été perdue lors d’un pari similaire, ce qui peut l’expliquer...

    [Répondre à ce message]

Pink Floyd : "Ummagumma"

23 décembre 2009, par Kics [retour au début des forums]

"Il est indéniable que l’influence du LSD, notamment, est clairement perceptible tout au long de son écoute." Ah bon ? T’as déjà pris du LSD pour dire ça ?
C’est pas parce que cet album est avant-gardiste qu’il a d’office été fait sous influence du LSD.

[Répondre à ce message]

    Pink Floyd : "Ummagumma"

    3 novembre 2011, par ClashDoherty [retour au début des forums]


    Surtout qu’aucun membre du Floydne prenait de LSD, sauf Syd Barrett, et en 1969, il était déjà viré du groupe pour, justement, abus de LSD...
    Sinon, "Ummagumma", album monstrueux, un des sommets du groupe.

    [Répondre à ce message]