Pop-Rock.com



King Crimson : "In the court of the Crimson king"
La cour des miracles

vendredi 15 octobre 2004, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
The Doors : "The Doors"
The Rolling Stones : "Let it bleed"
Canned Heat : "Boogie with Canned Heat"
The Beatles : "Magical Mystery Tour"
Iron Butterfly : "In-a-gadda-da-vida"
The Doors : "Strange days"
Cream : "Disraeli gears"
Serge Gainsbourg : "Percussions"
Bob Dylan : "Blonde on blonde"
Jefferson Airplane : "Surrealistic pillow"


King Crimson a pratiquement crée le progressif à lui seul. La beauté mélancolique et l’originalité de ce premier album seront à l’origine d’un des mouvements les plus séduisants et civilisés de l’histoire de la musique moderne. Signe incontestable du génie : alors que les groupes de cette époque se sont tus depuis longtemps, le roi pourpre continue à nous proposer aujourd’hui des albums de musique avant-gardiste du plus bel effet. Retour sur un des albums les plus marquants de l’histoire du rock, c’était en 1969.

Totalement déstructuré et tortueux, débutant par des riffs névrosés qui s’évaporent bientôt dans les méandres d’un délire jazzy sous acide, voix écorchée vive hurlant dans le vide contre un avenir sombre, 21st century schizoid man, premier morceau de l’album, reste encore aujourd’hui un morceau assez mystérieux et inexplicable, même si globalement, il se positionne dans la continuité du rock psychédélique anglais. Mais dès la deuxième piste, on s’enfonce au cœur de ce qui s’appellera bientôt le rock progressif, où l’expérimentation se pratique de préférence en douceur, au fil de morceaux alambiqués et de descriptions fantastiques capables de faire vivre à leurs auditeurs un véritable voyage astral. C’est cette ambiance lyrique et emphatique à l’excès que l’on retrouve, de manière formidable, à partir de la mélancolique balade I talk to the wind jusqu’à la puissance évocatrice de l’odyssée à la cour du roi Pourpre.

On signalera l’utilisation appuyée du mellotron sur cet album. Pour ceux qui l’ignoreraient, le mellotron est un clavier permettant de lire des bandes magnétiques reproduisant les sons de nombreux instruments ou diffusant des accompagnements. Un genre de sampler préhistorique, qui sera utilisé jusqu’à l’excès par toute la vague progressive symphonique des années 70. Malgré les lourdeurs d’utilisation de l’engin, le rendu flou et envoûtant des instruments classiques correspondait parfaitement à l’atmosphère onirique que Genesis, Yes et leurs congénères se sont toujours efforcés d’insuffler à leurs compositions. Le mellotron devint ainsi l’instrument représentatif par excellence du courant progressif et parfois, l’incarnation de ses pires travers . Et King Crimson peut être considéré, sauf erreur, comme le fondateur du rock progressif, ou du moins, comme le premier grand représentant du genre.

Chez King Crimson, même les passages à vide sont essentiels. Au cœur du rêveur et assoupi Moonchild ou au terme des majestueuses vagues d’orgue du morceau titre, le presque silence qui règne est éloquent. Seulement percé de loin en loin par des percussions étouffées, des tintements scintillants ou de doucereux airs de flûte, symbolisant le temps du songe, il paraît comme en attente d’un réveil lointain. Grandiose réveil au mellotron dans le deuxième cas ; King Crimson joue avec un génie palpable sur cette alternance de sonorités pompeuses et de silences maîtrisés.

King Crimson, sur ce premier album, a incarné, déjà, l’alpha et l’omega du progressif. Emporté par la voix suave de Greg Lake (futur fondateur de Emerson, Lake & Palmer), il a creusé beaucoup plus loin que la plupart des formations qui le suivront, y compris les plus renommées mais surtout, il a su allier des mélodies sublimes à une complexité jamais prise en défaut. Au sein du progressif, les délires expérimentaux imbuvables seront légion. A force de chercher à créer les morceaux les plus grandiloquents possibles, de nombreux groupes en oublieront l’essentiel, et finiront par offrir des monstres d’arrogance artistique stérile qu’on peut admirer techniquement mais aucunement apprécier. Rien de tout cela ici : On n’aura un espoir de maîtriser totalement In the court of the Crimson king qu’au terme d’un long chemin de croix, mais durant le laps de temps que l’on passera cantonné au premier niveau d’écoute, aucun des magnifiques morceaux ne parviendra à se montrer déplaisant ou ennuyeux. En cause, leur beauté, leur profondeur, les mystérieux frissons mythologiques qu’ils procurent, le jeu précis et toujours étonnant de Robert Fripp,…comme j’aurais aimé déjà exister à l’époque pour découvrir en direct l’émergence de cette nouvelle formation, elle-même à l’avant-garde d’un nouveau style ! Certaines prédispositions sont cependant nécessaires pour apprécier un tel album, et il ne faudra pas s’attendre à des riffs tonitruants, une rythmique implacable ou dieu sait quoi encore. Malgré l’esprit hautain de certaines sections, In the court of the Crimson king est un chef d’œuvre de maîtrise technique et artistique, ruissellant de tristesse et de mélancolie, pourvoyeur d’une ambiance recueillie et songeuse. En sa qualité de fondateur, il suscite des avis bien tranchés : mou et lymphatique pour les uns, chef d’œuvre immortel pour les autres. Je ne pense pas avoir besoin de préciser dans quel camp je me suis immédiatement rangé. Pour tout amateur de rock digne de ce nom, une tranche d’histoire à haute valeur ajoutée...



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 33 contribution(s) au forum.

King Crimson : "In the court of the Crimson king"
(1/24) 19 mai 2014, par Clipping Path
King Crimson : "In the court of the Crimson king"
(2/24) 8 mai 2014, par Richard King
King Crimson : "In the court of the Crimson king"
(3/24) 21 avril 2014, par Didier
free seo tools
(4/24) 7 décembre 2013, par free seo tools
Own Mother’s Death
(5/24) 7 décembre 2013, par Own Mother’s Death
King Crimson : "In the court of the Crimson king"
(6/24) 9 juin 2013, par Cici
King Crimson : "In the court of the Crimson king"
(7/24) 26 octobre 2012, par weng
King Crimson : "In the court of the Crimson king"
(8/24) 14 mai 2010, par Genosiz
King Crimson : "In the court of the Crimson king"
(9/24) 14 mai 2010, par troll de mes couilles
King Crimson : "In the court of the Crimson king"
(10/24) 23 octobre 2009, par Tom Newtown
King Crimson : "In the court of the Crimson king"
(11/24) 1er août 2007, par grosnez
King Crimson : "In the court of the Crimson king"
(12/24) 1er août 2007, par grosnez
King Crimson : "In the court of the Crimson king"
(13/24) 24 juin 2007, par ledzepfan42
King Crimson : "In the court of the Crimson king"
(14/24) 24 juin 2007, par ledzepfan42
King Crimson : "In the court of the Crimson king"
(15/24) 5 mars 2007
King Crimson : "In the court of the Crimson king"
(16/24) 8 novembre 2006
King Crimson : "In the court of the Crimson king"
(17/24) 9 juillet 2006
King Crimson : "In the court of the Crimson king"
(18/24) 17 avril 2006
> King Crimson : "In the court of the Crimson king"
(19/24) 23 juillet 2005, par JMG
> King Crimson : "In the court of the Crimson king"
(20/24) 3 avril 2005
> King Crimson : "In the court of the Crimson king"
(21/24) 21 décembre 2004, par Youki Smayas
> King Crimson : "In the court of the Crimson king"
(22/24) 21 octobre 2004, par Fripp
> King Crimson : "In the court of the Crimson king"
(23/24) 15 octobre 2004
> King Crimson : "In the court of the Crimson king"
(24/24) 15 octobre 2004, par Kao




King Crimson : "In the court of the Crimson king"

19 mai 2014, par Clipping Path [retour au début des forums]

Good Song Title and lirics, I love :) Clipping Path

[Répondre à ce message]

King Crimson : "In the court of the Crimson king"

8 mai 2014, par Richard King [retour au début des forums]

Studying debt settlement articles on the net is tiring. I was really ecstatic to feel reinvigorated in looking over this blog.

[Répondre à ce message]

King Crimson : "In the court of the Crimson king"

21 avril 2014, par Didier [retour au début des forums]

Vous avoir lu m’incite à mieux vous découvrir, merci ! Didier du blog de binarymathex

[Répondre à ce message]

free seo tools

7 décembre 2013, par free seo tools [retour au début des forums]

This is definitely a blog that people need to get behind. The problem is, no one wants to do a great deal of reading and not have something else to stimulate the mind.
free seo tools

[Répondre à ce message]

Own Mother’s Death

7 décembre 2013, par Own Mother’s Death [retour au début des forums]

IsowMail video, is an ultimate Video Sharing script
Own Mother’s Death

[Répondre à ce message]

King Crimson : "In the court of the Crimson king"

9 juin 2013, par Cici [retour au début des forums]

From your blog, I can learn some new knowladge, I like the valuable information you provide in your articles.
Travel in Cambodia

[Répondre à ce message]

King Crimson : "In the court of the Crimson king"

26 octobre 2012, par weng [retour au début des forums]

We tested the Zerofire E5 MTK6575 4G with both Optus and Telstra SIMs.

[Répondre à ce message]

King Crimson : "In the court of the Crimson king"

14 mai 2010, par Genosiz  [retour au début des forums]

Ce disque est un coup de canon, mis à part les Moody Blues, c’est vraiment le groupe et l’album déclencheur du style.

[Répondre à ce message]

    King Crimson : "In the court of the Crimson king"

    25 août 2010, par J’en sais basse tient bac  [retour au début des forums]


    Je propose de faire une expérience.
    Prends certains groupes de rock progressif des 70’s, cherche leurs premiers albums qui pour certain datent des 69, 68 voire 67 pour certains (je peux t’assurer qu’il y en a pas mal).
    Ecoutes les, et là tu comparera avec ce qu’il y avait de connus (ce qu’on a retenu) de cette époque là (67-69) dans le rock.
    Là tu vera que King Crimson était pas LE premier a pratique ce style de rock, et que tout ces groupes en ébullition commencèrent à se faire vraiment connaitre vers 1970 ou un evenement particulier s’est produit dans l’histoire du rock, je te laisse deviner lequel.

    [Répondre à ce message]

King Crimson : "In the court of the Crimson king"

14 mai 2010, par troll de mes couilles  [retour au début des forums]

c’est un bon disque et c’est le plus meilleur de tout les disque du groupes et en plus il est bien

[Répondre à ce message]

King Crimson : "In the court of the Crimson king"

23 octobre 2009, par Tom Newtown  [retour au début des forums]

Salut, je considère la musique progressive comme la première démarche du bon goût tant qu’on est un enfant. La musique est un art précieux que tout le monde bafoue depuis la nuit des temps. Lorsqu’on désire grandir et s’enrichir de vérités musicales, on s’aperçoit vite que le rock est banal et surfait, ne serait-ce que par l’électricité. Ce qui ne veut pas dire que des groupes genres King Crimson, Genesis, Yes ou d’autres de même niveau (surtout pas Pink Floyd, Beatles, et autres conneries anglaises...) soient inintéressantes. J’avance ou je laisse la place à Glenn Gould sur ce désire de perfection quasi absolue de maitrise musicale, de sa richesse musicale, de sa potentialité. Ce que le rock, même progressif, ne peut engendrer. Il n’y a que le classique et son anti-prétention, comme un vieil adulte.
Cependant, je reste perceptif à ce style de musique qui a au moins le mérite de travailler. (je suis Célinien en écrivant cela)
In the court n’est pas à mon sens le meilleur album de KC, il est vieux aujourd’hui et son effet "claque dans ta gueule" est révolu. Je pense d’ailleurs que Thrak est mille fois meilleur, par son originalité, double instruments, jeunes-vieux, des pros qui se moquent de l’avis des fans et des autres... et du travail. C’est une nouvelle claque cet album ? Oui et non. Il reste les 4 saisons de Giuliano Carmigniola. Et alors, je crois en Dieu. Tout simplement. Et pourtant j’adore Fripp et sa gratte, Levin et sa basse, Bruford et batterie, et Belew, putain quel bête de scéne !! et les autres autours (sylvian, gabriel, wyatt, ferry, bowie, reed, etc... etc... etc...)

[Répondre à ce message]

King Crimson : "In the court of the Crimson king"

1er août 2007, par grosnez [retour au début des forums]

Bon, j’en rajoute une couche parce que je suis enervé : Bill Brufford a quitté Yes parce qu’il ne voulait pas faire du rock, il se voulait un batteur de jââââzze... Alors il a quitté "ces misérables rockers" pour rejoindre KC, parce que KC c’est plus mieux-bien-beau-intelligent et tralala...
Pourtant Dieu sait si j’aime la musique de KC et particulièrement cet album, mais parfois l’attitude de certains musiciens comme Fripp ou Brufford me fait gerber.
Et je ne parle pas des chroniques qui encensent l’un et détruisent l’autre (Close to the Edge, par ex.)

Excusez-moi, je suis enervé.

[Répondre à ce message]

King Crimson : "In the court of the Crimson king"

1er août 2007, par grosnez [retour au début des forums]

Ben moi, je préfère Yes à King Crimson : y’en a marre de ce Robert Fripp à lunettes, l’air toujours sérieux, rigole jamais, fait de la musique comme un ingénieur de la NASA réfléchit à sa prochaine fusée. Ailleurs, j’ai lu le mot "laboratoire" pour décriree KC, c’est bien ça ! Des gros prétentieux pensant faire quelque chose de sérieux et de grand.
Au moins, Yes, ils s’éclatent sur scène, ils rient, ils bougent (un peu... surtout Chris Squire), ils s’habillent n’importe comment, et font participer le public ou les auditeurs à leurs délires même si ils sont un peu "barrés".

King Crimson, c’est l’ennui. Qu’ils aillent se taper leur délire intello-pas rigolo dans un monastère slovaque si ils veulent mais qu’ils fassent de la musique, pas de la psychanalyse sous forme musicale. C’est triste, triste, triste...

[Répondre à ce message]

King Crimson : "In the court of the Crimson king"

24 juin 2007, par ledzepfan42 [retour au début des forums]

Je tient à preciser que cet album a fait son ’’effet’’ 2, 3 année apres sa sortie !!

[Répondre à ce message]

King Crimson : "In the court of the Crimson king"

24 juin 2007, par ledzepfan42 [retour au début des forums]

Dans cet album tout, mais vraiment tout parfait impeccable, sauf malheureusement (je ne sais pas ce qu’il leur ont pris) le "jam" à la con qu’il y a à la fin (2ème moitié) de Moonchild qui est tres decevant vu l’impressionnante qualitée de cette chanson

[Répondre à ce message]

King Crimson : "In the court of the Crimson king"

5 mars 2007 [retour au début des forums]

king crimson est en effet un des precurseurs du rock progressif plus precisement le Art Rock Progressif je pense (sais plus) avec les moody blues (days of futures passed) et procol harum (salty dog ou encore Graznd Hotel)
mais KC a tjs gardé un style plus experimental que les autres (comme genesis, et co ...)
si qun en doute qu’il ecoute un peu l’album Lizard ... c TRES experimental , bon ca ressemble à des chansons c pas comme Can ou autres là ou c’es ttellement experimentle que c ane ressemble plus à grand choses ...
masi il me semble que Lizard estun album moni classique que celui ci mais de qualité meilleure que le premier ... quel sont votres avix ?

[Répondre à ce message]

King Crimson : "In the court of the Crimson king"

8 novembre 2006 [retour au début des forums]

LE disque qui m’a changé la vie !

[Répondre à ce message]

King Crimson : "In the court of the Crimson king"

9 juillet 2006 [retour au début des forums]

Cet album est vraiment le coup de fusils de depart de toute une serie d’album de progressif SYMPHONIQUE, qu’il vas y avoir dans le debutr des 70’s jusqu’à 75 , avec des groupes assez experimenté, se cassant le cul à fair edeplus enplus complexe (cfr yes et gentle giant (surtout eux ! )).

Cet album agit un peu comme l’album revolver des Beatles, cet album était un tir de fusil du psychedelisqme en 1966, et puis oh toute une serie d’autre album psyché des doors, de jimi hendrix, des stones, eh bien ici c’est pareil

sans oublier que avant, revolver, on paralti deja unpeu du psyché avec des groupe comme 13th floor elevator, comme dans le progressif on paralti deja avant des moody blues etc etc ...

[Répondre à ce message]

King Crimson : "In the court of the Crimson king"

17 avril 2006 [retour au début des forums]

Cet album comprend toutes ou presque toutes les caracteristiques principale du rock progressif symphonique (cfr : Genesis, Gentle Giant, Yes, Van Der Graaf Generetor, ...)

Cet album n’a rien à foutre dans les sixities. D’accord, c’est la fin des sixties mais comme l’album est, on est deja dans les seventies, et en plein ...

[Répondre à ce message]

> King Crimson : "In the court of the Crimson king"

23 juillet 2005, par JMG [retour au début des forums]

J’ai découvert cet album 6 ans après sa sortie, au milieu des 70’s alors que j’avais 15 ans Ce fut une des plus magistrales claques musicales de ma vie. Un véritable chef d’oeuvre. Aujourd’hui encore, je réécoute avec toujours autant de plaisir cet album que j’ai bien évidemment racheté en CD (mon vieux vinyl étant devenu inaudible !). Indiscutablement, un des 10 skeuds que j’emmènerais sur une île déserte.

[Répondre à ce message]

> King Crimson : "In the court of the Crimson king"

3 avril 2005 [retour au début des forums]

Pour les gens comme moi qui ont vécu musicalement ce début des années 70 , cet album restera une grande émotion , d’autant plus que je l’ai découvert au Népal . Il est associé à une époque qui a connu quelques petits bijoux comme par exemple l’excellent Rock Bottom de Robert wyatt ou bien sûr le Relayer de Yes.
Ce n’est pas forcément par nostalgie que j’écoute toujours ces albums , mais ils sont avec beaucoup d’autres le reflet d’une période inventive ..... même si le pire en musique a aussi été produit !!!

[Répondre à ce message]

> King Crimson : "In the court of the Crimson king"

21 décembre 2004, par Youki Smayas [retour au début des forums]

De manière relativement subjective, j’en conviens, je trouve que cet album, 35 ans apres, sonne plus comme du ELP, ou un groupe "Baba cool" que comme du pur Crimson si l’on excepte, bien sûr, le fabuleur 21st. ITCOKC est un album interessant mais salement daté.

A mon sens pour decouvrir l’essence même du Roi Pourpre, sa noirceur, ses délires intemporels et son originalité, mieux vaut se jeter sur "Lark’s tongue in aspic".

[Répondre à ce message]

> King Crimson : "In the court of the Crimson king"

21 octobre 2004, par Fripp [retour au début des forums]

J’ai choisit : Chef-d’oeuvre immortel.

Le meilleur King Crimson tout simplement, tout est parfait, rien ne dénote !
"Red" est très bon aussi il est vrai, mais ne vaut pas "In the court of the Crimson king". Aujourd’hui King Crimson s’apparente plus à un laboratoire qu’à un réel groupe. En effet il s’agit plus ’une réunion de musiciens de génie qui expérimentent des "trucs et des bidules" que d’un groupe souhaitant réaliser quelque chose ensemble (vraiment ensemble, en discutant etc etc...).

[Répondre à ce message]

    > King Crimson : "In the court of the Crimson king"

    22 juillet 2006 [retour au début des forums]


    Un des meilleurs KC, mais pas mon préféré (préférence pour la période Wetton:lars tongues in aspic, ; starless and bible black, red et la période belew , de 1981 à nos jours)

    [Répondre à ce message]

> King Crimson : "In the court of the Crimson king"

15 octobre 2004 [retour au début des forums]

mouais, je conseille surtout RED pour découvrir KC, plutôt que cette oeuvre pompeuse (mis à part Epitaph, 21st century schizoid man et I Talk To The Wind) qu’on présente souvent - à tort de toute évidence - comme leur meilleur album.

[Répondre à ce message]

> King Crimson : "In the court of the Crimson king"

15 octobre 2004, par Kao [retour au début des forums]

J’ai eu l’occasion de voir King Crimson en live à Nice il y a un ou deux ans . Ayant été bercée - entre autre - par l’album chroniqué par M.Langlet, j’avoue que je me suis retrouvée un peu bête dans ma tentative de retrouver "l’ancien son" dans ce qui nous était proposé ce soir-là . Ce n’était pas à proprement parlé mauvais - au contraire - mais plus proche d’un Vangelis en bad trip que de King Crimson .

Tant que j’y suis et histoire que ce post ne soit pas totalement inutile, quelqu’un pourrait-il m’expliquer la différence entre un mellotron et un emulator ? (moi sous-néophyte en la matière) .

[Répondre à ce message]

    > King Crimson : "In the court of the Crimson king"

    11 décembre 2005, par christophe [retour au début des forums]


    c’était le 01.07.03 ,j’y étais aussi au nikaia en petite configuration de salle, et le concert fut dantesque ,ahurissant de maitrise de discipline et de puissance de feu avec bien sur un répertoire qui ne puise plus dans les années 69.74 sauf pour RED , que je considère comme un grand moment d’histoire.
    christophe

    [Répondre à ce message]

    > King Crimson : "In the court of the Crimson king"

    30 mai 2007, par Youki Smayes [retour au début des forums]


    Si c’est l’ancien King Crimson que tu voulais voir en concert, ce n’est pas "King crimson" mais le "21st Century Schizoid Band" que tu aurais du aller voir.

    Un groupe composé de musiciens du roi pourpre des 3 premieres formations et qui reprend le repertoire de cette époque. Seul reserve : L’absence de Robert Fripp.

    [Répondre à ce message]